Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr)

Forum RPG au temps de Louis XVI, dans la Maison Royale de Saint Cyr à la veille de la Révolution Française.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Scrounch ! "Mangez des taupes !" Souvenirs... <3 (by Hed)

Partagez | 
 

 Suite de "La Vie, rien que la Vie..." de la bibloithèque [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Suite de "La Vie, rien que la Vie..." de la bibloithèque [Libre]   Sam 28 Aoû 2010 - 20:11

    Quand Isaure avait annnoncé son nom, Isaure de Bravenie, la Verte réfléchissait. Mais à quoi? Et pourquoi? Cette fille avait-elle des liaisons avec avec sa famille? Quel était son nom, pour qu'Isaure aie une idée... Ah oui, Mademoiselle de Bragard... Bizarre, elle avait entendu sa mère avoir eu une conversation sur ce nom...

    Mais Isaure n'aimait pas le suspens. Elle voulait savoir de suite. Cela l'énerva. Mais Eris lui dit:


    -Viens suis moi. Nous allons aller dans un endroit plus tranquille pour discuter.

    Un coin où personne n'allait, vu qu'il n'y avait personne. Isaure était perturbée à présent. Elle savait qui était cette fille. [sa cousine?] Katareine, la maman d'Isaure, avait toujours parlé de sa soeur. Mais elle n'avait jamais prononcé son nom. Et puis, la Jaune jouait avec sa cousine étant petite. Mais elle l'avait perdue. Ce qui l'avait mise en carractère monstrueux. La petite cousine, toujours anonyme, était plus petite qu'elle de deux ou trois ans.

    Mais à ce moment là, Eris interrompait les pensées d'Isaure en lui posant une question plus perturbante.

    -Dis-moi Comment s'appelle ta mère ??? Et allait -elle a Versailles ???

    -Ma mère s'appelle Katareine. Je ne sais pas si elle était à Versailles puisque j'étais là ici, toute petite.

    Mais c'était quoi ce problème? Pourquoi posait-elle cette question? Serait-elle sa cousine? Eris de Bragard?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Suite de "La Vie, rien que la Vie..." de la bibloithèque [Libre]   Sam 28 Aoû 2010 - 22:46

Question, question. Isaure réfléchissait. Quand elle répondit a Eris...

-Ma mère s'appelle Katareine. Je ne sais pas si elle était à Versailles puisque j'étais là ici, toute petite.

Quoi Katareine!!! Mais c'était le nom de sa tante, celle qui l'avait accueilli pendant sa période de vide. Après le massacre. Non ce n'était pas possible. Mais elle ne savait pas si elle était a Versailles. Ben Eris le savait car quand elle était chez elle, Katareine la laisser avec sa nourrice pendant qu'elle faisait les appartements. Flash, flash ....Eris regarda encore dans le vide une petite fille courant avec elle. La regardant, le même regard qu'Isaur...La jeune verte sursauta. Non ce n'était pas possible. Elle se leva fixa la jaune, oui le même regard. Bref sa tante lui avait souvent parler de sa fille qu'elle avait envoyer a Saint-Cyr. Mais Eris n'avait pas fait le rapprochement.
Elle se rassit, baissa la tête, rougit et commença a pleurer...Non il ne fallait pas !!! Elle essuya vite ses larmes et sourit. Oui il fallait sourire c'était peut-être la seule personne de sa famille qui lui restait, appart sa tante. Sa mère avait disparue on ne sais pas ou.
La verte avec une voie étranglée dit a Isaur....


-Isaur j'ai quelque chose a vous dire...


A cause du stress elle commençait a vouvoyez Isaur. Celle-ci la regarda toute ouïe.

...Vous .....Vous êtes ma cousine...

Eris la regarda pour voir sa réaction. Et elle était positive et négative en même temps. La verte commença a prendre sa lourde robe parsemée de rubans et a se lever. Mais sa cousine la retient d'un geste. Et lui dit avec un immense sourire qui lui réconforta quelque peut le cœur...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Suite de "La Vie, rien que la Vie..." de la bibloithèque [Libre]   Dim 29 Aoû 2010 - 19:41

Isaure n'en était pas sûre. Ce n'était pas sa cousine. Pas possible. Et pourtant, si.


    Isaure observa la Verte pleurer. De joie? Isaure sourit pour la réconforter. Mon Dieu! Ce n'était pas sa journée! La Verte essuya ses larmes de suite et Isaure la prit dans ses bras.

    -Pourquoi tu pleurais? demanda-t-elle.

    Eris n'avait pas entendu la question et réfléchissait. Hmm... Longtemps. Isaure commença a avoir des doutes. Quoi? Mlle de Bragard, elle? Sa cousine? Naaaan! Isaure refusait d'y penser. Avant, sa cousine était bien plus amusante que maintenant! Ce n'était pas possible! Même si Isaure sait que dans la Vie, les choses changent.

    -Isaur j'ai quelque chose a vous dire... Lui dit Eris.

    -Vas-y, parle. Tu peux lâcher le poids.

    -...Vous .....Vous êtes ma cousine...

    Wath? Sa cousine? Sérieux? Isaure n'y croyait pas jusqu'à maintenant. Pourquoi fallait-il qu'elle l'annonce pour qu'Isaure la croie? Hein? Pourquoi? Parce que... Ce n'est pas son jour de chance.
    Soudain, la petite se leva mais la Jaune la rattrapa en souriant.

    -Je te crois, maintenant. Je me souviens aussi. Comment s'appelait ma tante, déjà?

    Comment oublier ça...?


Par le fil du temps, on oublie des choses.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Suite de "La Vie, rien que la Vie..." de la bibloithèque [Libre]   Dim 29 Aoû 2010 - 20:55

-Je te crois, maintenant. Je me souviens aussi. Comment s'appelait ma tante, déjà?

Ah souci !!! Eris ne savait pas comment s'appelait sa mère. Plus rien, non plus rien. Elle ne savait pas comment lui dire. Bon quand il faut se lancer, il faut se lancer. Elle regarda Isaur, respira un bon coup et lança:

-Je ne sais pas.

Elle baissa la tête et ses oreilles bourdonnaient. Pourquoi rappeler le souvenir de sa mère. Elle qui n'a jamais était la pour la verte.
Isaur lui mit son index sous le menton et lui releva la tête, Eris rabaissa ses yeux. Et la jaune posa une question. Eris ne l'entendit pas. Mais elle cru en comprendre le sens. Vite répondre a cette question était très important.


-Car je ne me souviens pas de ma mère et le visage de mon père est presque effacer. Je ne me rappelle que de la nuit ou des brigands nous on attaquer mon père et moi. Et je crois que je revenais de chez vous ce jour la .Elle rougit. Quelque fois j'ai des flash et des souvenirs qui me reviennent mais c'est très flou. Je n'ai plus que vous et votre mère. Car la mienne je ne sais pas ou elle est. Et je garde l'image sanglante de mon père dans une flaque de sang.

Et elle se mit a pleurer....
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Suite de "La Vie, rien que la Vie..." de la bibloithèque [Libre]   Dim 29 Aoû 2010 - 21:16

    -Je ne sais pas.

    Comment ça "je ne sais pas"? Ce n'était pas une réponse. Mais la question était sans importance. A quoi bon répéter la question. Isaure demanda pourquoi à la jeune fille. Elle prit du temps à répondre. Peut-être n'avait-elle pas compris la question? Mais elle répondit de suite:

    -Car je ne me souviens pas de ma mère et le visage de mon père est presque effacer. Je ne me rappelle que de la nuit ou des brigands nous on attaquer mon père et moi. Et je crois que je revenais de chez vous ce jour la.

    A ce moment là, la demoiselle rougit. Mais oui! les brigands! Isaure avait totalement oublié ces nuits de guerre dans le petit village. Oh, c'était terrible. Du sang, des morts, des blessés... Mais Isaure avait échappé à cette guerre civile. Les parents d'Isaure avaient oublié d'emmener les autres avec eux. Ils avaient totalement oublié l'existence des parents, de la famille. Ils avaient même oublié Isaure. Mais celle-ci avait rattrapé ses parents en criant et en hurlant. Elle avait oublié de ramener Eris, sa bien aimé cousine qui était restée avec sa mère. Mlle allait la chercher mais avait été retenue par ses parents. On ne pouvait pas faire demi-tour, c'était tout.

    Ces moments là avaient des images très claires dans la tête d'Isaure. Mais elle s'était toujours demandé qu'est-ce qu'elle était devenue, Eris. Si elle était morte de la guerre. Si les brigands l'avaient emmené. Peut-être qu'elle se souvenait? Mais Eris reprit:

    -Quelque fois j'ai des flashes et des souvenirs qui me reviennent mais c'est très flou. Je n'ai plus que vous et votre mère. Car la mienne je ne sais pas ou elle est. Et je garde l'image sanglante de mon père dans une flaque de sang.

    Cela n'étonnait pas la Jaune. La jeune cousine pleurait maintenant. Aaah... On ne va pas appeler l'infirmière, il n'y en avait pas dans ce domaine Isaure était la seule à ses côtés et elle en était consciente.

    -Je connais cette histoire. Mais je en veux pas te la raconter, c'est trop horrible.

    Pire même.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Suite de "La Vie, rien que la Vie..." de la bibloithèque [Libre]   Dim 29 Aoû 2010 - 21:55

-Je connais cette histoire. Mais je en veux pas te la raconter, c'est trop horrible.

Quoi !!! Isaur connait cette histoire !!! Eris respira un bon coup essuia les larmes qui avaient coulé sur ces joues et dit ...

-Je suis prète a l'entendre meme si horrible. Je ne pleurais pas, je te le promet.

La jaune lui répondit quelque chose. Eris, maintenant qu'elle savait qu'isaur était sa cousine, lui pris la main et la regarda dans les yeux.Ceux de la verte étaient ferme et décidaient.

Et la jaune commenca son long récit....

[Desoler c'est cour j'avais pas d'idées ( pour une fois lol! )]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Suite de "La Vie, rien que la Vie..." de la bibloithèque [Libre]   Lun 30 Aoû 2010 - 22:11

    -Je suis prête a l'entendre même si horrible. Je ne pleurais pas, je te le promet.

    Donc elle voulait l'entendre? Non non... Elle était trop petite pour entendre ça...

    -Tu en es sûre?


    Elle regarda Isaure en lui prenant les mains. Isaure la fixa et prit son regard pour un oui. C'était partit...

    -Tes parents et les miens ainsi que nous deux vivions ensemble. On s'amusait tout le temps, toi et moi. Je ne vais pas raconter tous les détails... J'y vais directement, racontait-elle. Un jour, il faisait moche et sombre, on entendit des gens hurler, toi et moi. On commençait à avoir peur, car on était conscientes. Tu es allée avec moi prévenir nos parents. Ils avaient eux aussi l'air affolés. Ils nous dirent de sortirai dehors et de trouver une cachette pour ne pas que les gens nous voient. Evidemment, on y a crut. On s'est cachées. On a échappé aux gens qui passaient, des brigands. Ma mère me cherchait partout et me trouva. Elle ne t'avait pas vue alors pour ne pas annoncer ta cachette, je suis sortie. Ta mère te cherchait aussi, désespérée. Nos parents commençaient à se disputer et toi tu restais cachée. Ma mère m'a emmenée loin, très loin, avec mon père. On a prit la fuite. Moi je ne voulais pas t'abandonner. Mais tu étais trop loin pour m'entendre. Et mes parents me demandaient de me taire et de ne pas faire marche arrière. Nous avions marché sur du sang, j'ai faillit être enlevée, mais toi, toi, je ne savais pas qu'est-ce que tu étais devenue. J'ai pleuré jusqu'à la moitié de l'année de mes 14 ans. J'ai pensé que c'était terminé et que tu n'étais plus là. Mais tu étais là, en rouge.

    Une larme se versa sur les joues d'Isaure. Pour les retrouvailles, et aussi pour l'histoire et la perte de ses parents.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Suite de "La Vie, rien que la Vie..." de la bibloithèque [Libre]   Mar 31 Aoû 2010 - 0:37

-Tes parents et les miens ainsi que nous deux vivions ensemble. On s'amusait tout le temps, toi et moi. Je ne vais pas raconter tous les détails... J'y vais directement, racontait-elle. Un jour, il faisait moche et sombre, on entendit des gens hurler, toi et moi. On commençait à avoir peur, car on était conscientes. Tu es allée avec moi prévenir nos parents. Ils avaient eux aussi l'air affolés. Ils nous dirent de sortirai dehors et de trouver une cachette pour ne pas que les gens nous voient. Evidemment, on y a crut. On s'est cachées. On a échappé aux gens qui passaient, des brigands. Ma mère me cherchait partout et me trouva. Elle ne t'avait pas vue alors pour ne pas annoncer ta cachette, je suis sortie. Ta mère te cherchait aussi, désespérée. Nos parents commençaient à se disputer et toi tu restais cachée. Ma mère m'a emmenée loin, très loin, avec mon père. On a prit la fuite. Moi je ne voulais pas t'abandonner. Mais tu étais trop loin pour m'entendre. Et mes parents me demandaient de me taire et de ne pas faire marche arrière. Nous avions marché sur du sang, j'ai faillit être enlevée, mais toi, toi, je ne savais pas qu'est-ce que tu étais devenue. J'ai pleuré jusqu'à la moitié de l'année de mes 14 ans. J'ai pensé que c'était terminé et que tu n'étais plus là. Mais tu étais là, en rouge.

Voila l'histoire de la mort de son père et de la disparition de sa mère. Eris serra les dents, non il ne fallait pas pleurer. Mais une larme sintillante perla sur la joue rouge d'Isaur. La jeune verte la lui essuya avec un mouchoir en dentelle qu'elle vanait d'enlever a son deuxième jupons . Les deux cousines se sourirent. Elles discutèrent de tout et de rien. Mais la sonnerie stidente de Saint-Cyr retentit. Ce qui annoncait la fin de la récréation. Les deux alies se quittèrent sans joie, chacune allait retrouver sa classe; Jaune ou Verte.

[Voila je termine l'histoire car je pourrais pas répondre. Je déménage et donc je n'aurais pas internet pendant un petit moment. Razz ]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Suite de "La Vie, rien que la Vie..." de la bibloithèque [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Suite de "La Vie, rien que la Vie..." de la bibloithèque [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr) :: Extérieurs :: Jardin-
Sauter vers: