Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr)

Forum RPG au temps de Louis XVI, dans la Maison Royale de Saint Cyr à la veille de la Révolution Française.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Scrounch ! "Mangez des taupes !" Souvenirs... <3 (by Hed)

Partagez | 
 

 Une promenade nostalgique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Une promenade nostalgique.   Ven 18 Juin 2010 - 18:02

C'était par une belle après-midi de printemps. Aliénor se promenait dans les jardin de Saint Cyr. Elle regardait "ses" colombes. Et elle pensait. Elle réfléchissait à sa vie. Elle avait tout abandonné pour venir enseigné ici. sa famille, sa mère qu'elle aimait tant, son frère avec qui elle s'entendait si bien, et sa cousine qui était beaucoup plus jeune qu'elle mais qui avait perdu ses parents et qui était pour elle comme sa sœur. Et puis il y avait Tancrède. Son Tancrède. celui qu'elle aimait. Ils étaient sur le point de se marier quand on lui avait proposé une place en tant que maîtresse à saint Cyr. Ses parents avaient fait faillite et ne pouvait lui offrir une dote. C'est donc pour cela qu'elle s'était retrouvé à saint Cyr. Bien sur cela lui plaisait, et elle aimait ses colombes. Mais une présence lui manquait. Celle de son bien aimé. Ah si seulement il pouvait lui écrire mais il l'avait déjà surement oublié. Alors maintenant tout ce qui lui resté c'était ses colombes. Mais elles avaient leurs vie après. Et aucune ne semblait se soucier d'elle. Alors, elle errait dans ces magnifiques jardin en rêvant au prince charmant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une promenade nostalgique.   Ven 18 Juin 2010 - 18:37

Le printemps, et ses charmes attrayants. Le printemps, ou la redécouverte de la nature. Cette saison était la favorite de Kat', et lui faisait amèrement penser à sa belle campagne, et tous les plaisirs qu'elle offrait. Aussi, les autres Colombes profitaient du soleil timide, courant et riant à gorge déployée, tant qu'elle pouvait puisqu'elles étaient dans les jardins, le seul endroit où l'on ne les reprenait pas trop. Mais Katharina elle, errait entre les allées, laissant ses pensées et la brise la guider. HUmant le parfum des fleurs, sentant le vent dans ses cheveux blonds juste tressés, sa robe nue de rubans se soulever légèrement... et tous ces détails la rendaient mélancolique.

Se retrouver sur sa jument, sentir le rythme de ses sabots sur le sol, le vent lui fouetter le visage, pousser des cris de joie... et pas rester ici à faire semblant d'être parfaite. Car en fait, c'était ce qu'on leur demandait ; devenir des épouses parfaites et soumises. Instruites certes, mais pas trop. La rébellion n'était jamais loin lorsqu'on apprenait trop. Tandis qu'elle, dans son "ancienne" vie, elle savait tout, elle ne savait rien, elle était critique, elle était joyeuse, elle aimait la vie. Tout simplement. Et la couture, la botanique, la lecture de romans à l'eau de rose ne lui apportait en rien ces sentiments.

Bref, le printemps réputé pour être une saison gaie, la rendait plus triste qu'autre chose, bien qu'elle s'efforça de ne rien montrer. Soudain, une ombre apparut sur le sol alors qu'elle marchait tête baissée. Elle releva les yeux vers celle qui avait failli la percuter, s'apprêtant à lui demander des excuses, lorsqu'elle s'aperçut que c'était Aliénor, la maîtresse des Bleues. L'Autrichienne allait passer son chemin, quand elle reconnut sur le visage de la maîtresse une expression qu'elle ne connaissait que trop bien. Ses lèvres tremblaient légèrement, son visage était très pâle et ses yeux brillaient.

- Mademoiselle ? Vous ne vous sentez pas bien ? J'ai comme l'impression que vous allez fondre en larmes... Allons bon, même les adultes ont des soucis maintenant ?

Katjharina avait dit cette phrase avec ironie, en pensant à toutes les pimbêches de St-Cyr qui passaient leur temps à sécher leur yeux en pensant que leur vie sentimentale (ou scolaire selon la personne) était atroce, et que les adultes n'avaient pas ces problèmes de jeune fille en fleur. Et puis quoi encore ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une promenade nostalgique.   Ven 18 Juin 2010 - 19:35

Si l'amour donne des ailes, je dois voler depuis longtemps. Hier soir, après avoir déposé Maëlle à son dortoir, j'étais comme sur un petit nuage. Je n'avais jamais été aussi heureux de toute ma vie. Nous avions 5 ans d'écart mais je n'en avais rien à faire. Nous nous aimions, rien ne pourrais jamais luté contre ça.
Je voulais lui faire une surprise je m'étais donc rendu dans le jardin pour lui préparer un bouquet, je demanderais à sa maîtresse si elle pouvait le lui déposer. Je faisais donc un bouquet pour Maëlle mais aussi pour sa maîtresse pour la remercier de m'avoir écouté si elle ne voulait pas déposer le bouquet. C'était la moindre des choses. D'autant plus que la jeune maîtresse était jolie et qu'elle s'occupait très bien de ses élèves. La Maison Royale avait des maîtresses très compétentes, gentilles et charmantes. Les jeune demoiselles, le colombes du Roi étaient très bien entourées. Je prenais un peu de toutes les fleurs cependant j'essayais de les prendre de couleur chaudes rouge, jaune, rose, orange. Je voulais former un coucher de soleil avec les fleurs. Maëlle adore ce genre de bouquet. Quand nous allions avec mon oncle et ma tante en ville il fallait toujours s'arrêter chez un fleuristes pour que "Madame" ai son bouquet toujours avec un coucher de soleil comme dégradé de couleur.
J'allais donc retourner dans le bâtiment mais je vis que la maîtresse des bleues était dans le jardin elle aussi. Elle était en compagnie d'une jeune jaune. Tant pis, je me risquais, je n'avais rien à perdre.

-Mesdames, dis-je en leur tirant une révérence appliquée. Madame de Vieuxtemps, pourriez vous donner ceci à Mademoiselle de L'Azenor s'il vous plaît ? Voici pour vous, annonçais-je en lui tendant son bouquet à elle. Quelque chose n'allait pas chez la jeune femme, elle avait l'air malheureuse et au bord des larmes. Je voulais l'arracher à cette jeune impertinente de jaune qui lui avait parler avec ironie mais je ne pouvais pas. Je devais être un homme exemplaire.
-Que vous arrive-t-il Mademoiselle. Une jeune femme si charmante ne peut pas être malheureuse, dis-je d'une voix que je pensais rassurante ou plutôt que je voulais rassurante et convaincante aussi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une promenade nostalgique.   Sam 19 Juin 2010 - 14:58

mademoiselle de Vieuxtemps marchait plonger dans ses pensée lorsqu'elle percuta une jeune fille. Elle leva la tête et aperçus Katharina qui lui dit:
- Mademoiselle ? Vous ne vous sentez pas bien ? J'ai comme l'impression que vous allez fondre en larmes... Allons bon, même les adultes ont des soucis maintenant ?
Elle répondit donc:
Si si, je vais très bien. J'étais seulement en train de ... de rêver. ne faites pas attention à moi, allez donc rejoindre vos camarade.
Katharina allait répliquer quand un jeune homme s'approcha des deux jeunes femmes et lui dit:
-Mesdames, dis-je en leur tirant une révérence appliquée. Madame de Vieuxtemps, pourriez vous donner ceci à Mademoiselle de L'Azenor s'il vous plaît ? Voici pour vous
puis il l'observa et ajouta:
-Que vous arrive-t-il Mademoiselle. Une jeune femme si charmante ne peut pas être malheureuse,
Rien il ne m'arrive rien. puis voulant changer de sujet pour ne pas s'attarder sur elle-même. Je ne sais pas si je peux accepter ces fleurs. savez-vous que c'est interdit dans le règlement ??? Vraiment je ne sais pas. Mademoiselle de L'Azenor pourrais avoir des problèmes, sans compter moi même. Et puis, vous aime telle assez pour risquer sa place a saint Cyr pour vous ? Ajoutât elle en pensant à son amour du passé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une promenade nostalgique.   Dim 20 Juin 2010 - 13:18

La jeune maîtresse prétendit auprès de Katharina qu'elle allait bien et qu'elle était juste en train de rêvasser cependant, je n'y croyait pas. Autre chose perturbait la demoiselle. Une chose sans doute secrète. J'avais déjà vu cette expression sur le visage de ma bien aimée lorsqu'elle pensait à ses parents, qu'elle aimait beaucoup, mais qui ne s'occupaient jamais d'elle.
Mademoiselle de Vieuxtemps me répondit tout de suite après :

Rien il ne m'arrive rien. Sans doute pour ne pas s'attarder sur elle-même elle continua sur ma demande. Je
ne sais pas si je peux accepter ces fleurs. Savez-vous que c'est
interdit dans le règlement ? Vraiment je ne sais pas. Mademoiselle de
L'Azenor pourrais avoir des problèmes, sans compter moi même. Et puis,
vous aime telle assez pour risquer sa place a saint Cyr pour vous ?

Je voulais tellement que Maëlle reçoive ces fleurs et que la jeune maîtresse accepte le bouquet que je lui avais confectionné ? Mais après réflexion, Aliénor avait peut-être raison, il se pourrait que Maëlle ne m'aime pas assez pour risquer sa place à St-Cyr. Je n'en savais rien mais elle avait l'air de m'aimer autant que moi je l'aimais. Et je l'aime plus que tout au monde.
-Eh bien tant pis, je demanderais un parloir pour pouvoir lui offrir. Cependant acceptez tout de même ces fleurs... Dis-je en lui tendant son bouquet...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une promenade nostalgique.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une promenade nostalgique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr) :: Extérieurs :: Jardin-
Sauter vers: