Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr)

Forum RPG au temps de Louis XVI, dans la Maison Royale de Saint Cyr à la veille de la Révolution Française.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Scrounch ! "Mangez des taupes !" Souvenirs... <3 (by Hed)

Partagez | 
 

 Fight with Love. White Flag. [PV Eli]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Juliette de Rousseau

♣ Admin Smily
Five o'clock Tea Time.

Féminin Nombre de messages : 364
Age : 20
Localisation : Fuckin' question
Date d'inscription : 29/05/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rousseau
Date de naissance && Âge: 17/03/1763 & 17 ans
MessageSujet: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Jeu 3 Juin 2010 - 13:16



Les rayons du soleil caressaient ses cheveux d'un blond foncé, leur donnant une délicate teinte dorée, comme si de petites diamants étaient incrustés dans ses cheveux, que seul le soleil pouvait faire ressortir. À pas de chats, elle s'avançait vers un banc, la tête haute, la poitrine dépourvue de rubans en avant, la tenue droite. Incroyable de la part de Catherine, de la voir si... si bien tenue. Cependant, une fois ce qu'on savait ce qu'elle avait dans sa petite tête de glandeuse souriante, on arrêtait de croire à une demoiselle bien éduquée, parce qu'elle était une glandeuse souriante qui aimait flemmarder. À vrai dire, elle aimait se tenir ainsi, pour mettre en valeur sa poitrine sans rubans. Fière de n'avoir aucun ruban bleu, c'était ce que pensait Catherine, et de son avis, toutes les Colombes devraient être pareilles. Enfin non. Sinon, elle ne serait plus la glandeuse souriante qui était si bien différenciée des autres. Bref. Pour une fois, ce n'était pas pour ça qu'elle souriait. Bon, ok, chez elle, c'est une habitude. Mais aujourd'hui c'était différent. Elle avait attendu ce moment avec impatience, chaque jour passant, sans que son vœu ne s'exauce. Catherine a dû attendre pendant plus de six ans ce jour. Et aujourd'hui, un jour qui pourtant semblait si ordinaire, le soleil brillant dans le ciel, les délicats parfums de fleurs, les petites brises qui faisaient murmurer les feuilles d'arbre, était différent. La glandeuse souriante flâna un instant dans le parc, ses chaussures effleurant à peine le sol, et finit par se poser sur un banc chaud, illuminé par le soleil.

Elle jeta plusieurs regards autour d'elle. Catherine était relativement tranquille, les autres Colombes discutant et gloussant entre elles, éloignées de la glandeuse. Mais son cerveau n'analysait pas ce qu'elle avait autour d'elle, la seule chose qui occupait chaque millimètre carré de son cerveau était la lettre qu'elle tenait entre ses doigts, enveloppé dans une enveloppe. Des nouvelles. Enfin. Depuis six ans, elle attendait cette lettre. Ses fins doigts effleurèrent d'abord le fin papier, hésitant presque à l'ouvrir. Les mains presque tremblantes, elle attrapa le bord de l'enveloppe, la déchirant, sortant une feuille pliée en deux. Son cœur commença à s'emballer, ses bras continuant à trembler. De joie ? De peur ? D'inquiétude ? Allez savoir. Avalant une petite goulée d'air frais, elle regarda la lettre. Une fine écriture à la plume, à l'encre noire. Catherine sentit un sourire rayonnant se dessiner sur ses lèvres en reconnaissant l'écriture de sa mère. Puis, ses yeux se mirent à absorber chaque mot écrit sur le papier. Plus ses yeux arrivaient à la fin, plus son sourire s'effaçait petit à petit. Son cœur commençait à battre la chamade, un sentiment de tristesse enveloppant délicatement son cœur, telle une douce couverture en soie. Le sang ne fit qu'un tour dans son corps, et à la fin de sa lecture, le ciel se couvrit d'un cou d'une épaisse couche de nuages noirs, gris. L'atmosphère devenait lourde et humide, triste. Comme le cœur de Catherine. Puis, une petite goutte vint s'écraser sur la lettre, suivit d'autres, puis d'une cascade presque. La jeune fille posa sa tête sur sa main, son bras appuyé sur son genou, et de l'autre main, la lettre lui glissa des doigts, aussi facilement que la fumée vous glisse entre les doigts.

La pluie devenait de plus en plus forte, des bruits d'orage résonnant. Catherine avait attendu six ans des nouvelles de quelqu'un, un petit signe de vie. Son cœur commençait à se calmer. En fait, pas vraiment calmer. Cela faisait déjà un moment qu'il s'était calmé. Il y a déjà sept ans, son cœur avant entier et rempli d'amour avait déjà été ouvert, formant un gros creux au milieu. Vide. Et maintenant, c'était comme si un médecin avait approché son scalpel de son cœur, appuyant de plus en plus fort dessus, le lacérant d'une extrême lenteur, pour faire durer la souffrance. Maintenant, son cœur n'était plus qu'une grosse masse de chair sanguinolent dans sa poitrine. Rien d'autre. Pendant six ans, elle avait attendu des nouvelles pour panser sa pompe qui était au bord de la mort. Pendant six ans, Catherine souffrait en silence, son organe vitale hurlant de douleur tous les soirs. Et pourtant, elle gardait le sourire aux lèvres. Toujours. Mais dans sa poitrine, c'était différent. Si on comparait l'intérieur d'un cadavre, on aurait vu la même chose. Un vide profond au creux. Sa souffrance était devenue plus intense que jamais. Elle pensait passer une belle journée, recevant de bonnes nouvelles. Et maintenant, elle se retrouvait sans cœur. Après tout, elle aurait dû le comprendre depuis le temps. Lorsqu'elle avait eu ses neuf ans, elle avait déjà perdu contre l'amour. Pas forcément l'Amour, mais rien que l'amour affectif qui la reliait à ses parents. Catherine aurait déjà dû savoir que Destin avait déjà décidé de laisser la petite glandeuse seule. Ça avait été pourtant si évident. Maintenant, c'était aussi clair que de l'eau de roche. Si dès le jeune âge on subit une perte, on en recevrait d'autre, d'autant plus douloureuse. Et c'est comme ça qu'elle avait vécu. Toute sa vie. Plus d'échappatoire. Elle avait essayé de se battre pour cet amour, elle s'était bagarrée autant qu'elle avait pu, autant que ses muscles et son énergie le pouvait. Destin n'avait fait que jouer avec elle, lançant de violents coups d'épée, Catherine contrant, mais maintenant, c'était le coup final. Pourquoi n'avait-il donc pas voulu en finir plus tôt ?

Catherine allait donc laisser tomber, baisser les armes. Drapeau blanc. Elle avait perdu, il fallait qu'elle s'y résigne. Puis, les gouttes de pluie dégoulinant sur son visage, mêlées aux larmes qu'elle n'avait pas pu retenir (miracle, Catherine éprouve de la tristesse a en venir aux larmes) elle éclata d'un doux rire cristallin.
Mais dans son cœur, c'était pareil. Le sang coulait aux bords de sa plaie de poitrine, inondant les particules de joie, comme ses larmes coulaient sur son visage.]


Dernière édition par Catherine le Lun 26 Juil 2010 - 1:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Jeu 3 Juin 2010 - 19:40

Marie-Anne se promenait dans les jardins. Elle ne s'aimait pas elle même. Elle était pourtant jolie tout plein... Mais elle n'était qu'une GAMINE ! une grosse gamine aux larmes trop faciles et au coeur trop fragile. Elle marchait trouvant les fleurs admirablement belles et gracieuse par rapport a elle. Soudain elle s'arrêta. Une jeune bleue pleurait a quelques mètre d'elle. Marie-Anne fut transperçée. Elle ne pouvait plus détacher ses yeux de la bleue. LA silhouette parfaite de la jeune fille et son visage si expressif donnèrent l'impression a Marie-Anne qu'elle avit rencontré un ange !
Une vrai admiration pour la bleue pleurant a chaude larmes devant elle, naquit en Marie-Anne ..
Marie-Anne voulu aller la voir et essayer, j'ai bien dis essayer de la consoler, mais Marie-Anne était une GAMINE ! A coup sûr si la bleue lui racontait se qui n'allait pas, la verte allait fondre en larmes. Le moindre petit "truc" tragique lui sortait les larmes si durement retenues, de la gorge.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Ven 4 Juin 2010 - 9:43

    Le Jardin, finalement le seule endroit tranquille et qui peut réchauffer le coeur de certaines. Enfin, si celui-ci n'est pas de pierre. Malgré la solitude qui entouré la belle jaune un bourdonnement incessant de demoiselles qui divaguaient à plusieurs occupations parvenaient à ses oreilles. Elle soupira désespéré, ne pouvait-il pas y avoir un monde paisible ? Elle détestait ses amours , ses amitiés, l'entêtement de vouloir à tout prit le Prince charmant. Mais ça n'existe pas, ce n'est que dans les histoires qui bercent les enfants le soir. Alors pourquoi chercher quelque chose d'introuvable ? Dramatique. Après tout, elle ne souciait pas des autres, qu'il meurt de chagrins. Qu'ils aient mal, tiens un petit sourire sarcastique fut de passage sur la demoiselle.

    Quelques peu sur son petit nuage, elle rêvait, comme toujours. Elle était calme malgré les tragiques situations sous ses yeux, les rayons du soleil l'apaisant. Levant le tête en l'air, main sur sa joue, regardant la beauté du ciel bleue infini. Quelques petits cotons blancs apparaissaient de temps à autres, Elena en imaginait les formes. Non, elle ne s'ennuyer guère, elle se divertissait à son plaisir. On pouvait presque la comparer à une personne bienfaisante. Son humeur ne durerait pas, elle le savait. Pourquoi , fallait-il quel lance des répliques mesquines à tous bouts de champs ? Bonne question, elle-même était dans le trouble. Elle n'était pas comme ça avant. Petit fille parfaite mais non les temps sont révolue et puis être dans la norme c'est tellement tout le monde. Elena faisait la tortue, carapace endurcie. Elle se dégoutait d'elle-même à prendre un grand plaisirs aux malheurs des autres. Mais elle s'y faisait, et s'apprécier pour ce qu'elle était. Avec son propre style, son propre caractère, elle c'est ça qui faisait toute la différence. Après l'on pouvait raconter divers ragot sur elle, sans qu'elle ne s'en offense du moment que l'on allait pas trop loin dans son passée...

    Elle baissa la tête, le temps que ses yeux se volent, mais guère d'une fine couche d'eau, pourquoi s'apitoyer sur son sort maintenant, finalement elle maudissait le ciel et ses bijoux, haîsssant ce qu'elle venait de voir parmis les nuages. Il fallait qu'elle se concentre sur autre chose, mais quoi ? A quoi bon, regarder de jeunes demoiselles caquetaient.
    Elle trouva enfin chose à regarder, isolé dans ce monde. Elle ne connaissait pas cette camarade, du moins ne l'avait encore jamais abordée. Elle n'était rien , aucune importante pour la belle française. Mais une sorte d'attirance subsistait toutefois, son esprit et ses yeux demeuraient toujours sur elle, elle préssentissait que quelque chose aller arriver. C'est ce qu'il se produisit...

    Le ciel se couvrait, pareil aux émotions de la jeune fille, son sourire se tordit, elle souffrait intérieurement. Une lettre était tombé devant ses pieds. De là où elle était Elena, elle ne pouvait apercevoir le contenu, à part l'encre noir qui coulait. La belle écriture partant après le carnage. Des larmes chaudes et salées mélangé à une petite eau plus douce. Les yeux embuaient, la jeune fille imitait la pluie qui allait tourner à l'orage. La jeune jaune n'avait aucune pitié pour elle, la demoiselle avait beau avoir mal, Elena ne se prit pas d'un élan maternelle.

    Et Pourtant...c'est peut-être ce qu'elle aurait été, petit couveuse assidu. Chaques jeunes filles avaient un passé malheureux ou heureux, soit elle se serrait les coudes ou soit, elle refusait toutes amitiés ayant tous simplement peur, Elena était sans doute une froussarde mais ça que elle ne devait le pressentir... C'est-là qu'elle aperçut une petite verte plantait au milieu de la cour, deux cristallins rivaient sur la pleurnichade. Quand à elle, voyant ses joues rouges et son expression, elle hésitait pour se précipitait dans les bras de la fille. Elena ria sous cape, tellement mignon. Vu son expérience, quand quelque chose de "dramatique" a lieu, on n'a certainement pas envie qu'une petite damoiselle viennent nous réconforter ou quoique si elle peut nous aider à passer les nerfs. Bref... Il fallait qu'elle fasse un geste, c'était tellement beau, de voir se consumer une St-Cyrienne. Se levant enfin du banc maintenant humide. Elle avança à travers la pluie. Les jeunes filles ne riaient plus mais, histériques à l'idée d'être trempé. Pour sûr, comment va se porter leurs belles coiffures, une grande catastrophe.

    Elle s'approcha d'abord vers la petite naïf et souffla à son oreille doucement :


    -Qu'est-ce que tu attend pour aller la réconforter, ce n'est pas ce que tu veux, la revoir sourire, fait-lui plaisir, aide-la ? N'hésites pas !


    Elle partit discrétement en arrière, et alla rejoindre l'extrémité du banc de la martyre. Celle-ci ne lui prêta acune attention, ailleurs, loin dans l'univers de la torture.
    Elena savait que la verte allait se décidé à venir, pour la jeune fille s'était trop, elle n'aimait pas les voir souffrir. Autant que celle qui pleurait rejette la petite avant de passer à l'attaque. Son sourire perdu et démoniaque était revenu, là Elena fusillante était de retour et se fichait bien des circonstances... Sa camarade a côté d'elle étouffa un petit cri et haleta, la jeune verte n'hésita plus dans son attention et fit ce qui était juste pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Juliette de Rousseau

♣ Admin Smily
Five o'clock Tea Time.

Féminin Nombre de messages : 364
Age : 20
Localisation : Fuckin' question
Date d'inscription : 29/05/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rousseau
Date de naissance && Âge: 17/03/1763 & 17 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Ven 4 Juin 2010 - 10:44

Un étau se mit à serrer ses côtés, la serrant comme une éponge, le liquide se déversant par ses petits yeux noisette qui avaient du mal à les faire évacuer toutes d'un coup. La douleur était si grande, si intense, que Catherine n'arrivait plus à respirer, chaque goulée d'air lui brûlant telle une flamme sa gorge sèche. Son cœur saignait de plus en plus fort, la plaie devenant de plus en plus béante, sa douleur s'accentuant. Ses larmes continuaient de couler sur son délicat visage blanc, s'écrasant avec légèreté sur ce qui restait de sa lettre de sa mère, déjà inondé, déchiré. Comme le cœur de Catherine. La jeune fille avait attendu de bonnes nouvelles pendant six ans, et pourtant, Destin avait décidé que sa patience aurait été qu'un long combat acharné avec Amour. Seulement ça. Elle voulait demander l'armistice, mais au lieu de panser sa plaie, elle continuait à déverser le sang qu'il contenait. Ainsi il n'existait donc aucun remède pour empêcher le cœur de notre Catherine de saigner si fort ? Elle aurait déjà dû y penser toute seule. Le temps ne panse jamais un cœur qui saigne aussi fort que le sien. C'était aussi douloureux physiquement que mentalement, comme si elle avait jusqu'à là attendu sur un lit d'hôpital qu'un médecin lui trouve un remède. Cette lettre venait de lui annoncer qu'il n'y avait pas d'autres solutions que d'attendre la mort. Toutes ces années d'attente, dans la souffrance, la douleur, le manque d'affection. La seule chose qui lui restait était un vide infini dans lequel elle se perdait, restant seule avec la douleur, ses larmes. Seule.

Catherine posa ses coudes sur ses genoux, sa tête tombant toute seule dans ses mains, ses paumes effaçant toutes traces des larmes qui continuaient pourtant à couler. Essayant de se contrôler, elle essaya de ravaler tous ses sanglots, mais son cœur n'en voulait plus. Elle n'avait plus de cœur. Il n'y avait plus où les stocker. Où était donc partie la glandeuse souriante ? Toujours glandeuse. Mais plus souriante. Une glandeuse triste. La pluie continuait de se déverser sur elle, se mêlant à ses larmes, aplatissent ses cheveux sur tête, qui perdaient tout éclat. L'étau commença un se serrer d'autant plus fort en pensant qu'elle allait devoir attendre ses vingt ans seule. Sans affection. Y pouvait-on quelque chose ? Non. La souffrance est trop intense, trop lente et douloureuse. Est-ce au moins un sentiment que l'on puisse décrire correctement, à la perfection ? Non, c'est impossible. Catherine souffrait trop pour qu'elle puisse expliquer ce qui lui arrivait, ses larmes et ses sanglots lui transperçaient déjà énormément la gorge, ne pouvant plus prononcer un mot. Elle n'aurait jamais pensé qu'elle aurait pu perdre contre Amour, qui avait été si longtemps son allié, mais qui pourtant s'était retourné contre elle. Mais maintenant, la guerre était finie. Catherine n'avait pas eu le courage que de secouer son drapeau blanc, restant seule sur un tas de chair mort et sanguinolent, juste avec ses larmes. Pouvait-il exister plus grande douleur ? Non, car celle-ci était aussi physique que mental. Comme si on découpait le cœur en morceau. Que ce soit vrai ou faux, c'est la même chose. Même douleur. Même souffrance. Même guerre.

Catherine sentit que son système lacrymale n'arrivait plus très bien à suivre le rythme acharné de la jeune Bleue. Ses larmes se calmèrent, mais ses sanglots étaient d'autant plus déchirants. La jeune fille sentit tout d'un coup une présence physique, pas très loin d'elle. Tournant légèrement sa tête, ses yeux noisette liquide masqués d'un voile lacrymale discernaient deux silhouettes féminines. Elle ne réussit pas à distinguer la couleur de leur classe, mais elle sut tout de suite qu'elles étaient plus jeunes. Catherine sentit ses joues s'empourprer. La fière glandeuse souriante toujours heureuse, avait affiché toujours ce visage heureux. Elle avait pensé que toutes les Colombes étaient rentrées s'abriter. Mais non, deux étaient là. L'une à l'extrémité de son banc, une debout, la fixant. Retournant à son occupation douloureuse, elle entendit une douce voix de soprano de la part de la jeune fille sur le banc :

-... que tu veux, la revoir sourire, fait-lui plaisir, aide-la ? N'hésites pas !


Catherine sentit ses larmes redoubler. Cette fois, elle croisa ses bras sur ses genoux, laissant son visage inondé tremper ses membres et sa robe. Mais cela n'avait aucune importance, la pluie l'avait déjà mouillé. Une goutte de plus, ou une goutte de moins, y'a-t-il une différence ? Non. Aucune. Catherine souffrait trop pour y accorder un tant soit peu d'importance. Ce qui la gênait, ce fut que deux Colombes la regardait d'un œil bizarre. Qu'elles partent dans ce cas. Catherine s'en fichait.


Dernière édition par Catherine le Lun 26 Juil 2010 - 1:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Ven 4 Juin 2010 - 21:33

marie-Anne entendit soudain une autre élève approcher. Elle se retourna. Avec un sourire malicieux qui découvrait ses dents d'un blanc parfait, la jaune lui chuchota :
-
Qu'est ce que tu attends pour aller la réconforter, ce n'est pas ce que tu veux, la revoir sourire, fait lui plaisir aide-la ? N'hésite pas !
je lui répondit en baissant les yeux :
-C'est que... J'ai peur de la déranger ! Certaines personnes préfères garder leur blessures pour eux !!! Et puis...je ne suis qu'une GAMINE ! Une fille qui ne cessera jamais d'être une gamine !!! Que peut faire une grosse pas douée comme moi ? Bien sûr que j'aimerai la revoir sourire mais je suis une gaffeuse une gourde ! J'ai toujours été nul en tout...je vois pas pourquoi j'arriverai a la consoler alors que je ne suis même pas fichu de mettre une table sans casser quelque chose ou sans blesser quelqu'un...
Marie-Anne avait parlé un peu fort mais elle ne s'en était pas rendu compte. Marie-Anne s'assit a côté de la jaune en se prenan les pieds dans sa jupe. Elle regarda la jaune avec un regard qui voulait dire * tiens regarde ! voila la preuve que je suis une gourde ! *

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Dim 6 Juin 2010 - 13:01

Eli avait fait d'atroces cauchemars pendant la nuit. Elle s'était tournée et retournée dans la paille qui recouvrait le sol jusqu'a ce que celle ci s'infiltre dans ses vetements et dans ses cheveux et etait toute endolorie et courbaturée. Ses yeux la grattaient, surement a cause des larmes et du foin. Ses joues etaient encore humides, surement avait elle pleuré pendant son sommeil. Une énieme larme avait perlé dans le coin de son oeil droit et roulé sur son visage. Suivie d'une cascade d'autres. Elle n'avait pas vraiment de raison de pleurer, elle devait juste et imperativement évacuer toute la reserve d'eau salée qu'elle avait accumulé en elle depuis... depuis un an ou presque... ! Elle s'etait rapprochee de la grosse jument enceinte allongée a ses cotés. La naissance de son poulin se rapprochait a vue d'oeil. Elle se blotit contre elle, enfonca sa tete dans sa criniere noire et soyeuse, la trempant plus vite meme qu'elle ne le pensait. Elle ne broncha pas. Peut etre n'en avait elle meme pas la force, mais surtout, elle aimait la jeuen bleue et etait prete a tout pour elle. Elle l'avait réchauffée, aussi peu que ce soit, avec son souffle tiede pendant la nuit de ce début de printemps. Eli se rappela d'avoir eu froid en dormant, mais que cela importait il ?

Eli entendit des goutes de pluie tomber dehors. Dans l'écurie, il s'était assombri en effet. Elle se leva puis se mit a crouppis et lui essuya la criniere affin de la secher au moins un peu. Puis elle sortit du box d'Alinéa et s'engagea dans l'allée centrale de l'écurie. Il y avait des brins de paille par terre, cela faisait longtemps que Pierrick etait abscent. A la pensée de son bien-aimé, elle sanglotta de plus belle. Ou pouvait il bien etre ? La directrice l'avait envoyé remplir quelque mission, et depuis...

Elle sortit de l'ecurie a l'instant ou la foudre s'abattait sur quelqu'arbre a l'horizont. En effet, bientot un feu monta dans les airs masi fut tout de suite éteint par la pluie qui tombait a cordes. Eli etait deja mouillée jusqu'a la moelle des os. Elle etait contente : on remarquerait moins qu'elle avait pleuré. Bien sur elle devait avoir les yeux rouge comme des tomates mais la pluie pouvait cacher ses joues humides. Elle ne voulait pas qu'on la voit dans cet etat, mais elle n'y tenait plus, dans l'écurie. Ce qu'elle voulait faire, tout simplement, c'est s'isoler dans un bosquet d'arbres, a l'écart de toute companie. Mais lorsqu'elle y repensa, avec la pluie, c'etait inutile.

Elle se trouva bete, tres bete meme, a chialer comme ca pour rien. A plus y penser, ce n'etait pas pour rien. Hier elle s'etait emportée betement contre une pauvre verte qui ne lui avait rien fait et elle s'en voulait. Elle ne reparlerait plus jamais a Leo, ou du moins jamais gentiment. Elle l'avait bien pensé, lorsqu'elle s'etait enquis de son etat, mais cette bleue ne lui avait pas fait confiance, et s'il y avait une chose qu'Eli detestait le plus au monde, c'etait bien qu'on lui mente. Et c'est ce que Leo avait fait. Et vu la boule de nerf qu'elle avait été ce soir la, Eli n'avait pas supporté. C'etait donc la faute de Leo si elle avait les yeux qui grattaient, le dos douloureux. A cause d'elle et a cause de Pierrick. Non, pas Pierrick, c'etait la directrice qui l'avait fait partir. Lui n'y pouvait rien et devait obéir, comme toutes les Colombes d'ailleurs, a Mme de VilleFranche. Elle commencait a la detester. Pourtant, meme avec la meilleure volonté du monde, elle n'arrivait pas non plus a pardonner a Pierrick. Elle aurait bien voulu le chasser, ce sentiment, mais elle lui en voulait. Lui en voulait pour etre parti, pour l'avoir abandonné, meme sur ordre de la directrice, meme s'il allait revenir. Elle lui en voulait terriblement.

Les larmes lui revinrent aux yeux, sans qu'elle sache d'ou elles venaient puisqu'elle avait pleuré toute la nuit. Y en avait il donc tellement en son corps ? Elle vit, bien que ce soit un peu flou, une silhouete repliée sur elle meme assise sur un banc. Elle ne semblait pas bien dans sa peau elle non plus. Eli aurait parié qu'elle pleurait. Elle s'approcha. Deux autre fille devinrent visibles alors qu'avant elles n'etaient que des ombres parmis celles des arbres et de la fille a pleurer. Elle s'approcha encore. Il y avait Marie-Anne, Elena et Catherine. Et c'etait Catherine qui pleurait. Sans qu'elle ne sache ce qui la poussait a agir ainsi, elle gravit la petite pente et alla s'asseoir a coté de la glandeuse d'habitude souriante. ces deux traits de caractere de Catherine l'enervaient et l'ennuiaient a mort, mais peut etre que ce n'etait qu'une carapace ? Et qu'au fond, Cath pouvait ne pas etre ennuyante ?

Eli avait arreté de pleurer. Enfin elle ne deversait plus des centaines de larmes a la fois, mais avait toujours encore les yeux brillants et, d'un temps a l'autre, une perle de cristal roulait sur sa joue. Perle qu'on pouvait facilement confondre avec une goutte de pluie, heureusement. Elles resternt assises sur ce banc isolé, alors que toutes les autres etaient dans le chateau, a se faire mouiller par les cordes se déversant sur elles, le silence troublé seulement par le tonnerre et quelques reniflement de temps a autre, les environs éclairés seulement par les eclairs zigzaguant dans le ciel lourd et noir.
[font=Times New Roman]

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com
avatar

Juliette de Rousseau

♣ Admin Smily
Five o'clock Tea Time.

Féminin Nombre de messages : 364
Age : 20
Localisation : Fuckin' question
Date d'inscription : 29/05/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rousseau
Date de naissance && Âge: 17/03/1763 & 17 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Lun 14 Juin 2010 - 19:53

Le terrible orage se transforma en de multiples averses, une petite pause et pluie de nouveau. Le ciel était toujours aussi noir, parfois barré traversé par un éclair lumineux. Le temps était comme celui de Catherine. Ses larmes se tarissant parfois, reprenant de plus bel, mais son cœur restant toujours aussi sombre, creux, vide. Elle pensait pouvoir se calmer au bout d'un moment, mais c'était pire, sa blessure saignait plus abondamment, elle s'ouvrait de plus en plus, déchirant sa poitrine. Ses dernières forces s'épuisaient petit à petit dans son système lacrymale. Catherine n'aurait jamais cru qu'une telle douleur pouvait exister sur terre, qu'une chose pourrait lui faire aussi mal, lui enlever son grand sourire. Plus de parents. Une sœur perdue qu'elle n'a jamais connu. Elle releva sa tête. Son doux visage d'ange aux yeux de noisette, sa peau délicatement translucide avait disparu, laissant la place à des yeux rougis par les larmes, les traces de ces dernières le barrant. Plissant ses yeux pour y voir plus clair derrière le voile de ses yeux, elle repéra une silhouette se déplaçant telle un chat vers elle. Sur sa poitrine était cousu quelques rubans d'un bleu roi. Ses cheveux châtains en boucles étaient trempés par la pluie, son visage aussi, et elle tremblait légèrement de froid. Elle s'approcha du banc où était assise Catherine, juste à côté d'elle. La jeune fille entendit à peine le froissement de sa robe, tellement ses sanglots étaient puissants.

Catherine avait envie de retourner dans son ancienne maison, là où elle avait vécu si heureuse avant. Elle avait envie se se blottir dans les bras chauds de sa mère, laisser ses larmes couler tranquillement, pendant que son souffle chaud enveloppait délicatement son cou, ses lèvres posés sur sa tête, la rassurant que tout ça n'était qu'un mauvais rêve. Mais parfois, il faut malheureusement garder la tête haute, affronter la vérité avec dignité. Et pourtant, c'était plus difficile que ça en avait l'air. Catherine était si déchirée par le chagrin, son cœur saignant si abondamment, qu'elle ne se posait plus de questions tellement son cerveau était confus, elle posa sa tête au creux de l'épaule de la fille de Bleue qui venait d'arriver. Peut-être n'était-ce pas sa mère, mais elle était tellement désespérée que la seule chose qu'elle souhaitait maintenant seulement un contact humain avec quelqu'un, juste de savoir qu'une personne avait peut-être compatit à la douleur que Catherine ressentait à cet instant précis. La pluie avait tellement mouillé le tissu de la Bleue qui venait d'arriver que les larmes de la jeune fille ne se verraient plus, juste la chaleur la réchaufferait peut-être.

Une heure qu'elle pleurait. Depuis tant d'années, elle n'en avait versé qu'une ou deux, et toutes ces larmes si longtemps refoulées, resurgissaient tout d'un cou en un torrent d'eau chaude salée. Au lieu d'être la torture qu'elle s'était si longtemps imaginée, étrangement cela lui procurait un certain « réconfort », un soulagement. Dans ses cheveux tombaient drus la pluie froide, mais aussi parfois un liquide plus chaud que les autres gouttes. Catherine sentit ses larmes commencer à se tarrir, et elle releva la tête, ses sanglots stoppant sur le champ, son esprit se sentant plus léger. Se calmant légèrement, elle tourna la tête vers la Bleue qui se trouvait à côté d'elle. Reniflant, elle passa sa main sur ses yeux voilés, essayant de voir plus net. Elle dut cligner des yeux, car son esprit eut du mal à assimiler l'information qu'il venait de recevoir. Catherine avait déjà rencontré cette jeune fille il y a peu, alors qu'elle venait d'arriver dans le dortoir de sa nouvelle classe. Pourtant, lorsqu'elle l'avait vu la première fois, c'était le visage rebelle, assoiffé de liberté. Là, elle gardait sa tête baissé, l'eau de la pluie coulant sur son visage... ses yeux étaient rouges et bouffies par... les larmes. Catherine fut étonnée de retrouver Éli ici, à côté d'elle, les yeux rouges de pleurs. Les questions se mirent à fourmiller dans sa tête. Catherine passa une main sur ses paupières closes, essayant d'évacuer tout ce liquide.

- Éli ? Qu'est-ce tu fiches ici, sous la flotte ?


Catherine savait qu'Éli ne l'appréciait pas. Son caractère était trop direct pour elle, qui préférait nettement embêter le monde et se « rebeller » d'une façon plus lente... Qui avait pour habitude de déstabiliser les gens. C'était un peu fourbe. Mais ce n'était qu'un détail à cet instant. Après cette courte pause, son cœur se mit à se déchirer encore plus violemment qu'avant, et reposant sa tête sur l'épaule d'Éli, elle laissa de nouveau libre cour à sa souffrance...]


Dernière édition par Catherine le Lun 26 Juil 2010 - 1:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Mar 15 Juin 2010 - 20:26

[ca fera un peu lourd ^^ mais :]

Le temps avait changé. Maintenant, la pluie ne se deversait plus en continu, mais par averses. C'est a dire qu'il pleuvait pendant quelques minutes puis les péripeties se calmaient pour reprendre quelques temps plus tard. Un peu comme Catherine. Sous les yeux d'Eli, le corps de sa camarade se crispait parfois et alors Eli pouvait deviner les torrents de larmes qui coulaient sur ses joues, se calmait quelques instants, pour ensuite se tordre a nouveau. Les larmes d'Eli, elles, n'etaient pas torrentielles - elle avait pleuré toute la nuit, ce qui avait entrainé deux choses, c'est a dire qu'elle avait premierement mal aux yeux et deuxiemement qu'elle n'avait plus beaucoup a pleurer. Elles coulaient lentement mais régulierement, l'une se détachant des yeux lorsque la précédente s'etait detachée des joues. Comme si elles tenaient a etre vues, perles brillantes sur une peau lacérée par la poussiere qu'y avait laissée la paille en se collant aux chemins d'eau faits par les larmes de la nuit, belles gouttes sortant d'yeux rougis et gonflés, tout ce qu'il y avait de plus moche. Ils etaient sencés etre verts, mais avaient une couleur kaki presque brun. La mochetée incarnée, surement. Et ses cheveux devaient etre encore pires... découffés, pleins de paille et de poussiere, et maintenant dégoulinants d'eau de pluie... Mais de toute facon, qu'Eli en avait elle a faire ? Elle, qui ne se souciait jamais de son apparence, et qui pour ca avait frolé la mort...

La mort. Surement etait-ce ce sujet qui tracassait Catherine... Comme tellement de personnes aussi ! Eli n'avait jamais eu affaire a la mort, et bien des fois, elle... Non cette pensée etait insencée. Jamais elle n'aurait souhaité la mort a personne ! Juste que ces personnes arretent de... de l'embeter. Elle dirait ca comme ca. Elle ne voulait pas repenser a son passé et lorsque ceci arrivait, elle essayait de cacher au mieux la vérité, meme si elle n'oublierait jamais, elle le savait. Pour en revenir a ses souhaits, elle n'aurait pas souhaité qu'ils meurent, mais juste qu'ils changent... qu'ils...
De toute facon, elle ne pourrait rien faire. A rien ne servait penser a ce qu'elle souhaiterait, a ce qu'il aurait du se passer, a des choses purement imaginaires, qui n'arrivaient meme pas en reves, donc d'autant moins dans la vie réelle.

Catherine. Surement etait-ce la mort qui la tracassait... Une mort dans sa famille, ou le déces d'un ami... Cath releva la tete sur Eli. Elle renifla, se frotta longuement les yeux avant d'etre sure de ce qu'elle voyait. Comme elle devait faire pietre impression, les yeux en pleurs... Meme si elle pouvait toujours esperer qu'a travers les siens Cath ne verrait pas, cela etait peu probable. Eli redressa un peu le menton. Si Cath sortait un quelconque commentaire, elle serait prete a l'accueillir comme il le fallait.


- Éli ? Qu'est-ce tu fiches ici, sous la flotte ?

- Eh bien tu vois bien, je compte les rayons de soleil.


fit-elle, sarcastique. Que croyait cette idiote ? Qu'elle petait la forme ? Qu'elle etait la pour s'amuser ? De toute facon, Eli elle meme ne savait pas. Mais quelle question débile qu'elle avait posée !


- Yen a qui sont vraiment aveugles


pensa-t-elle tout haut. Cela n'allait pas arranger la situation dans laquelle se trouvait la bleue mais elle n'avait qu'a pas etre bete, voila.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com
avatar

Juliette de Rousseau

♣ Admin Smily
Five o'clock Tea Time.

Féminin Nombre de messages : 364
Age : 20
Localisation : Fuckin' question
Date d'inscription : 29/05/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rousseau
Date de naissance && Âge: 17/03/1763 & 17 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Jeu 17 Juin 2010 - 17:25

[Un peu décevant mais bon TwT]

- Eh bien tu vois bien, je compte les rayons de soleil.

Ses larmes s'étaient calmées durant un maigre instant, car oui, Catherine ne trouvait pas ça normal que quelqu'un essaie de faire de l'humour alors qu'elle, elle souffrait tant. À vrai dire, si ça avait été l'inverse, elle aurait régit sûrement de la même façon. Mais là, c'était Catherine qui était la victime. Cela changeait tout. Mais son cerveau était trop confus pour s'en rendre réellement compte. Cette lettre l'avait tellement blessé, Éli ne pouvait pas comprendre ce que vivait la glandeuse heureuse d'antan. C'était pitoyable de pleurer. Et pourtant, même si on ne veut pas, c'est une sensation incontrôlable qui vous enveloppe délicatement de plus en plus, se renfermant sur soi-même, donnant un sentiment d'étouffement, de picotement aux yeux. Le seul échappatoire est de se laisser porter par une vague de larmes qui sont profondément enfouies en soit. Catherine en avait été malheureusement victime et qu'Éli puisse faire de l'humour (même si la blague est vaseuse) lui semblait inapproprié, alors qu'elle tentait désespérément de se libérer. Rugueux sentiment, douces perles de cristal.

- Y'en a qui sont vraiment aveugles.

Éli n'était pas loin de la vérité. Catherine était trop triste et ses yeux étaient tellement voilés qu'elle ne voyait pratiquement rien, elle était coupée du reste du monde, restant seule avec elle-même, sans vraiment faire attention aux présences physiques qui l'entouraient. La seule personne qu'elle sentait près d'elle était l'épaule d'Élisabeth où Catherine avait laissé sa tête y reposer. La jeune fille aux cheveux blond foncé releva de nouveau sa tête, le visage barré par les multiples traces de larmes qu'elles avaient laissées derrière elle, continuant tranquillement leur course, se mêlant aux froides gouttes de pluie.

- C'est quoi ton problème ? Tu ne m'aimes pas, je le sais parfaitement, je l'ai compris. Alors qu'est-ce que tu viens faire ici ?

Catherine avait finit par le savoir. Élisabeth ne l'aimait pas. Elle l'avait lu dans son regard la première fois qu'elle l'avait rencontré, dans son nouveau dortoir des Bleues. Catherine savait déjà à l'époque qu'elle passerait le reste de ses années ici à Saint Cyr seule. Elle n'avait jusqu'à là pas eu d'amies, et elle n'avait pas de sœ... Si, Catherine avait une sœur. Une sœur perdue qu'elle n'avait jamais connu. Et pendant toutes ces années, elle avait été totalement seule. Seule lorsqu'elle était triste, joyeuse. Parfois se laisser emporter par la tristesse détendait au fond.

Verrait-elle un jour sa sœur ? La rencontrerait-il un jour ? Pour l'instant, elle ne savait rien d'elle et elle ne savait rien d'elle, puisqu'elle venait d'apprendre la nouvelle il y a peu de temps. Si sa mère était toujours vivante, elle aurait pu lui écrire une lettre. Écrire une lettre trempée par ses larmes, une lettre écrite d'une fine écriture aussi noire et foncée qu'e l'était son cœur à cet instant.


Dernière édition par Catherine le Lun 26 Juil 2010 - 1:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Sam 19 Juin 2010 - 15:03

Les larmes arreterent de couler un instant sur les joues de Catherine, joues qu'elle posa sur l'epaule gauche d'Eli. Elle demanda :

- C'est quoi ton problème ? Tu ne m'aimes pas, je le sais parfaitement, je l'ai compris. Alors qu'est-ce que tu viens faire ici ?

En effet, Eli ne l'aimait pas. Enfin... elle etait sure que Cath pourrait etre difefrente, mais en tant que glandeuse souriante, comme elle se qualifiait elle meme, Catherine etait denuée de personnalité. Bien sur, si l'on considérait le fait de glander comme un trait de caractere, alors celui de Cath etait entier, et si le fait de sourire a tout bout de champs faisait de quelqu'un un être interessant, alors Cath l'etait plus que quiconque. Mais pour Eli, ces deux particularités ne constituaient qu'un masque derriere lequelle la nouvelle bleue se cachait lachement. Elle n'arrivait pas a avouer qui elle etait, elle ne cessait de se composer un visage joyeux et dans la lune, mais on voyait bien qu'en elle meme, elle ressentait surement bien d'autres choses, fortement, tres fortement meme, mais n'arrivait, ou plutot avait honte de les exprimer. Meme des petites vertes s'ouvraient plus qu'elle ne le faisait. Si elle etait bleue, elle devait arriver a s'accepter elle meme, et non se cacher derriere une paroi qu'elle essayait de rendre attirante ou attachante sans y arriver. Elle devait assumer sa personnalité, ses opinions, ses convictions.

- Je ne vais pas te cacher quoi que ce soit. La vérité est blessante, surement, mais necessaire. Ce n'est pas que je t'aime pas, juste que tu me dégoutes. As tu donc si peur de toi-meme que tu dois sans cesse te composer un visage avenant ? As tu donc si honte de toi meme que tu preferes te cacher derriere une paroi de sourires et de reverie ? Il faudrait a ton age commencer a t'accepter toi meme, a assumer comme tu es, ne trouves tu pas ? Je suis sure qu'au fond de toi meme, tu caches quelque chose, et ce quelque chose a envie de sortir. Je ne parle point la d'un secret, non, juste d'une personnalité repoussée jusqu'au fond de ton ame.

Elle prit Cath par les epaules et la regarda dans les yeux, de ses yeux verts percants, malgré leur rougeur et grosseur qui n''avait surement pas disparu, apres sa nuit de sanglots.

- Il faut la sortir !


conclut-elle.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com
avatar

Juliette de Rousseau

♣ Admin Smily
Five o'clock Tea Time.

Féminin Nombre de messages : 364
Age : 20
Localisation : Fuckin' question
Date d'inscription : 29/05/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rousseau
Date de naissance && Âge: 17/03/1763 & 17 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Sam 19 Juin 2010 - 22:44

Cette pluie ne cesserait-elle donc jamais ? La question était la même pour la douleur de Catherine. Cesserait-elle donc un jour ? Des personnes en avait déjà déduit qu'elle ne s'apaiserait jamais, qu'une blessure aussi profonde ne peut pas guérir, mais le temps permet de l'oublier un peu. Catherine avait déjà oublié les gouttes froides qui lui tombaient drus sur ses cheveux blonds foncés. Dans le silence d'un moment sans averses, la jeune martyr sentit le souffle chaud d'Élisabeth dans son cou refroidie :

- Je ne vais pas te cacher quoi que ce soit. La vérité est blessante, surement, mais necessaire. Ce n'est pas que je t'aime pas, juste que tu me dégoutes. As tu donc si peur de toi-meme que tu dois sans cesse te composer un visage avenant ? As tu donc si honte de toi meme que tu preferes te cacher derriere une paroi de sourires et de reverie ? Il faudrait a ton age commencer a t'accepter toi meme, a assumer comme tu es, ne trouves tu pas ? Je suis sure qu'au fond de toi meme, tu caches quelque chose, et ce quelque chose a envie de sortir. Je ne parle point la d'un secret, non, juste d'une personnalité repoussée jusqu'au fond de ton ame.

Le bras d'Éli entoura délicatement les épaules de Catherine. La jeune fille sentit la douce chaleur qu'émanait son corps à travers le doux froid de la part du vent qui soufflait. Catherine sentit son cœur ténébreux se barrer d'un mince filet de lumière. Élisabeth ne la détestait donc pas. Non, elle la dégoûtait. Catherine la dégoûtait. Pour cette stupide histoire de glandeuse souriante. Mais au fond, elle n'avait pas tout à fait tort. Ce masque cachait une terrible souffrance en elle, une envie de révolte. La jeune fille avait toujours préféré ce masque, cependant, Éli ne connaissait pas assez l'histoire de Catherine pour pouvoir comprendre pourquoi était-elle comme ça. C'est beaucoup plus complexe qu'on ne peut le croire. Cette partie, la vraie partie qui se cachait en elle, s'était cachée pour toujours. Elle avait bel et bien existé. Ce n'était pas de la lâcheté, pas tant que ça. C'était comme ça, Destin en avait décidé ainsi. Catherine avait assez profité de sa vraie personnalité, comme de sa vraie vie. À Saint-Cyr, elle a perdu sa vraie vie, et sa vraie personnalité. En arrivant ici, elle a tout perdu. En perdant son père, c'était déjà beaucoup. En perdant sa mère, cela allait être encore pire. Personne ne pouvait vraiment comprendre une glandeuse souriante qui souffre. Relevant légèrement la tête, elle sentit les iris vert liquide d'Éli se planter dans ses yeux noisette.

- Il faut la sortir !

Catherine remarqua que les yeux de la Bleue étaient aussi rouges et bouffies par les larmes que les siens. Même si elles ne pouvaient pas le voir, elle l'avait deviné. Malgré tout, la nouvelle Bleue soutenait son regard vert intense, sentant une ultime larme de cristal courir sur sa joue. Pour Éli, cela semblait si simple... Et pourtant, c'est plus difficile que ça. Pour Catherine, il y avait une explication plutôt claire. Elle avait perdu sa personnalité, et ça, on ne pouvait peut-être rien y changer. Elle posa sa main sur d'Élisabeth, s'efforçant de ravaler les larmes qui perlaient à ses paupières.

- Elle a existé. Un jour.

Catherine posa une main sur sa poitrine.

- Elle a disparu. Elle est restée enfermée trop longtemps pour ressortir. C'est trop tard... Je l'ai perdu.


Les souvenirs qu'elle avait laissé de côté pendant quelques instant refirent surface. Son père est mort. Sa mère venait de lui annoncer qu'elle n'allait pas tarder à quitter ce monde. Ceci explique cela. C'est pourquoi elle a perdu. Son corps se mit à avoir des spasmes, ses yeux se remplissant à nouveau de larmes...


Dernière édition par Catherine le Lun 26 Juil 2010 - 1:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Dim 20 Juin 2010 - 11:08

Une nouvelle larme coula de l'oeil couleur noisette rougie de Cath. Pourtant, elle soutint le regard émeraude d'Eli. Cath posa sa main droite sur l'epaule gauche d'Eli. D'autres larmes perlerent dans les coins de ses yeux mais elle les retint. Murmurant, elle fit :

- Elle a existé. Un jour.

Puis elle retira sa mais pour la poser sur sa poitrine.

- Elle a disparu. Elle est restée enfermée trop longtemps pour ressortir. C'est trop tard... Je l'ai perdu.

Son corps se crispa, et elle fut prise de soubersauts surement douloureux. Elle n'allait pas bien, c'etait sur. Des spasmes se propageaient sur elle, et les larmes coulaient sur ses joues, incontrolables. Eli la prit dans ses bras, la berca un peu, lui murmurant des paroles reconfortantes.

- Ca va aller, ne t'en fais pas, ce n'est rien...

*Elle pense surement a son passé...*

Le passé. Douloureux, tout ca. Tous les passés sont douloureux, ou presque. Eli ne connaissait personne qui ait eu un passé heureux, a St Cyr. Tout le monde avait vécu des évenements cauchemardesques. Et Eli n'etait pas une exeption. Ses muscles etaient un souvenir qu'elle avait gardé. Elle ne voulait pas s'en débarasser. Pas des muscles, ils lui serviraient surement encore, meme si pour la beauté ils n'etaient pas les bienvenus. Non, elle voulait plutot se débarasser du souvenir qui leur etait lié. Et ce souvenir n'en etait qu'un parmis tant d'autres...

*Non, ne plus y penser !*

s'ordonna-t-elle. C'etait ce que Cath devrait faire. Ne plus penser a son passé, continuer a vivre car de vie, on n'en a qu'une seule. Alors il faut profiter.


- Cath, il ne faut plus y penser, faut oublier. Mais faut pas t'oublier toi, faut oublier ce qui t'est arrivé. C'est pas ta personnalité qu'il faut cacher, c'est tes souvenirs. Seulement comme ca tu pourras continuer a vivre. Seulement comme ca, tu comprends ?

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com
avatar

Juliette de Rousseau

♣ Admin Smily
Five o'clock Tea Time.

Féminin Nombre de messages : 364
Age : 20
Localisation : Fuckin' question
Date d'inscription : 29/05/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rousseau
Date de naissance && Âge: 17/03/1763 & 17 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Dim 20 Juin 2010 - 13:15

Son corps était secoué de spasmes, tandis que des sanglots et des larmes incontrôlables s'emparaient petit à petit d'elle, sa souffrance devenant d'autant plus intense. Pour une raison qu'elle n'aurait pu expliquer, Catherine sentit les bras d'Élisabeth entourer sa délicate silhouette, la berçant tendrement, son souffle de velours chaud lui murmurant des paroles consolantes. Mais l'intensité de sa douleur était si forte, que c'était à peine si elle pouvait réellement entendre ce qu'elle disait. Pourquoi Éli montrait-elle tant de tendresse et de compréhension envers Catherine ? Cela n'avait pas d'importance. La jeune fille aux cheveux blond foncé avait enfin un contact humain et ce depuis si longtemps, que sa tête reposant sur la poitrine de la nouvelle Bleu qu'elle mouillait de ces larmes lui réchauffait son cœur froid. Catherine était encore un enfant. Un enfant qui souffre.

- Ca va aller, ne t'en fais pas, ce n'est rien...

Peut-être pour Éli. Mais pas pour Catherine qui devait assumer trop d'un coup sur ses frêles épaules. La vérité blesse, tout le monde le sait. Mais si blessante soit-elle, il faut garder la tête haute et l'affronter avec dignité. Même si on sait parfaitement que ce combat est voué à l'échec. Cependant ces paroles la consolèrent énormément.

- Cath, il ne faut plus y penser, faut oublier. Mais faut pas t'oublier toi, faut oublier ce qui t'est arrivé. C'est pas ta personnalité qu'il faut cacher, c'est tes souvenirs. Seulement comme ca tu pourras continuer a vivre. Seulement comme ca, tu comprends ?


Fermant les paupière sur ses yeux noisette, Catherine se concentra deux minutes pour stopper ses douloureux sanglots qui secouaient son corps. Elle se mit à réfléchir à ce que venait de lui dire Élisabeth, son visage toujours ruisselant de larmes. Au fond, pourquoi vivre ici à Saint Cyr ? Ce n'était pas une vraie vie, c'était une prison où elles étaient enfermées. C'était ça, la vraie vie ? Les pertes étaient trop douloureuses pour redevenir l'ancienne Catherine. La fillette aux cheveux blond foncé qui courraient dans les champs, laissant le vent souffler dans ses cheveux, sa silhouette fendant l'air telle une flèche, avait disparu. Parce qu'elle n'était pas faite pour vivre enfermée. Dieu l'avait créer pour être libre. Peut-être l'avait-il créer pour se révolter ? Se révolter avec amour et liberté contre souffrance et enfermement. Son esprit était trop confus pour vraiment se rendre compte de qui elle était. Prenant une petite goulée d'air, elle murmura une vague parole déchirée par les sanglots qui perçaient sa voix :

- Mon passé vient de refaire surface... Comment l'oublier ?

Comme un enfant effrayé de glisser, Catherine s'accrocha de ses fins doigts au bustier d'Élisabeth, laissant de nouveau l'eau chaude et salée la submerger. La jeune fille avait tout essayé pour se débarrasser de ces souvenirs, mais la mort de sa mère venait de lui rappeler qu'on ne se débarrasse pas si facilement de son passé. Notre passé est notre histoire. Notre présent est notre instant. Notre futur est notre avenir. Catherine n'arrivait pas à se détacher de son histoire, ni à s'attacher à l'instant, et n'arrivait pas à s'accoutumer à son avenir. Et comme un jeune enfant malheureux, elle sentit des frissons la parcourir alors qu'elle avait chaud.

- Je ne sais plus quoi faire..

C'était bien gentil de lui expliquer quelque chose, mais comment faire pour y parvenir lorsque votre cœur se déchire aussi facilement qu'on déchire une feuille ?


Dernière édition par Catherine le Lun 26 Juil 2010 - 1:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Ven 25 Juin 2010 - 10:41

Cath souffrait en silence, son corps secoué de spasmes, ses larmes chaudes innondant le corset d'Eli qui ne les sentait que grace a leur température differente des goutes de pluie. Temperature qui lui faisait ressentir le froid de dehors, puisque la difference etait enorme. Difference... quelle etait leur difference, entre Eli et Cath ? Seulement leur maniere de s'exprimer surement. Sinon, elles souffraient toutes les deux, elles avaient peut etre les memes pensées, les memes convictions, le meme caractere... Non, le caractere, il pouvait etre le meme, mais pour l'instant, une difference persistait encore entre celui de Cath et celui d'Eli. Eli, elle voulait se révolter, sans pour autant agir aveuglément, comme certaines Colombes le faisaient. Elle etait faite pour réfléchir, analyser, et agir. Mais pas seulement se jetter dans la gueule du loup comme ca, ca non. Cath, elle voulait surement aussi changer les choses, mais de la maniere dont elle s'y prenait, elle ne parviendrait a rien. Ou si elle réussissait quelque chose, elle ne serait plus de ce monde pour l'admirer.

Secouée par les sanglots, comme un enfant essayant de se rattacher a une pouttre avant qu'il ne se noie dans le flot de ses sensasions, elle demanda :


- Mon passé vient de refaire surface... Comment l'oublier ?


Et comme pour prouver ce sentiment de se raccrocher desespérément a un objet, menacé d'etre emportée, elle serra Eli encore plus fort. Elle fut parcourue de frissons.

- Je ne sais plus quoi faire.

- Quoi faire ? Tu... tu devrais arreter de te renfermer sur toi meme. Voila la premiere chose a faire.


Arreter de se renfermer sur soi meme. Un conseil que meme Eli ne respectait pas. Personne ne savait, appart Will. Et personne d'autre ne saurait jamais. Mais que Cath se confesse, ca c'etait une bonne chose, cela lui fairait du bien. Meme si elle ne lui avait pas tout dit. Elle lui avait juste dit que son passé etait douloureux. C'etait deja pas mal.


- Chose que tu as deja faite maintenant, puisque tu t'es ouverte, tu as laissé tes larmes couler librement sans les retenir, tu m'as fait part de tes souffrances. C'est bien.

Oui, c'etait bien pour Cath de s'etre confessée. Pour Cath.

- Ensuite, eh bien... il ne reste plus qu'a assumer la vie comme elle est, profiter de chaque instant, ne plus penser au passé puisqu'il est passé et que personne ne pourra plus rien y faire, ne pas penser au futur puisqu'il est tracé, mais profiter du présent puisqu'il n'y en a qu'un dans la vie entiere.

Glander. C'etait un encore un point a éclairer.

- Si tu aimes glander, et revasser, a ta guise. Tu souris souvent, aussi, pour ne pas dire toujours. C'est bien, sauf quand le sourire n'est pas sincere. Ensuite, je ne peu pas te dicter ta conduite eternellement, tu devras faire comme tu le sens.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com
avatar

Juliette de Rousseau

♣ Admin Smily
Five o'clock Tea Time.

Féminin Nombre de messages : 364
Age : 20
Localisation : Fuckin' question
Date d'inscription : 29/05/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rousseau
Date de naissance && Âge: 17/03/1763 & 17 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Ven 25 Juin 2010 - 20:15

« Quoi faire ? Tu... tu devrais arreter de te renfermer sur toi meme. Voila la premiere chose a faire. »

La façon dont parlait Éli était si rassurante et consolante mais cela paraissait si simple à ses yeux... Pourtant, les paroles honnêtes et blessantes d'Élisabeth lui rappelaient que quoi qu'il arrive, elle lui apportait un soutien morale et physique, qu'elle soit triste ou malheureuse. Comme à cet instant.

« Chose que tu as deja faite maintenant, puisque tu t'es ouverte, tu as laissé tes larmes couler librement sans les retenir, tu m'as fait part de tes souffrances. C'est bien. »


Catherine sentit un peu de sang lui monter aux joues, se rappelant qu'elle pleurait et sanglotait, la douleur déchirant son cœur en public, en face de tous. Enfin tout est relatif. Mais après tout, son geste était tout à fait humain. Contrairement à un animal, l'humain pouvait ressentir des émotions fortes. Telle que celle qui secouait la jeune Bleue à cet instant, ses larmes chaudes continuant à se déverser sur le bustier d'Élisabeth, sa tête enfouie contre le corps chaud de la jeune Bleue, ses bras entourant sa fine silhouette secoué de sanglots, ses doigts de procelaine s'accrochant à son bustier. La tristesse était si forte, était-ce seulement de faire quelque chose pour retenir toute cette douleur si longtemps caché dans son cœur à cet instant ? Toutes ces larmes qu'elle avait retenu au plus profond de son corps, ressortaient en une cascade. Comment une si petite fille pouvait-elle contenir tant de larmes ? La pluie toujours aussi tenace s'écrasant sur les deux Bleues, Catherine releva sa tête, son visage rouge, ses yeux brillant de larmes, plantant son regard de noisette liquide dans celui d'émeraude d'Éli.

- Ç'aurait été trop dure de les garder plus longtemps.


De nouvelles larmes apparurent, et Catherine recolla son visage là où il était avant continuant de pleurer. Elle sentait encore la main chaude d'Élisabeth sur son dos, ce qui la réconfortait maigrement. Élisabeth arborait d'ailleurs son visage impassible, ne laissant que de vagues mots flotter tels des paroles dites n'importe comment dans l'atmosphère si triste qui l'entourait. Catherine le savait déjà, cette dernière avait un cœur de pierre, ne succombant pas à la tristesse de la jeune fille, se contentant de la consoler un peu, de percer sa carapace. Ses larmes l'avaient déjà fait fondre. Élisabeth approcha doucement sa bouche de la tête de Catherine, pour qu'elle puisse mieux se faire entendre, sa délicieuse voix suave chatouillant ses oreilles :

« Ensuite, eh bien... il ne reste plus qu'a assumer la vie comme elle est, profiter de chaque instant, ne plus penser au passé puisqu'il est passé et que personne ne pourra plus rien y faire, ne pas penser au futur puisqu'il est tracé, mais profiter du présent puisqu'il n'y en a qu'un dans la vie entiere. »


Catherine s'appuya contre la poitrine d'Élisabeth, ses bras glacés la serrant avec autant d'ardeur qu'elle aurait pu serrer son oreiller tandis qu'elle versait des larmes. Les paroles de la Bleue était très sage au fond, et même si elle n'avait pas envie de l'avouer, elles étaient belles et biens réelles. Être restée seule pendant toutes ces années à Saint-Cyr sans s'ouvrir aux autres... À revoir quand même. La plupart des Colombes étaient pieuses, sages, et aimaient cette école. Depuis qu'elle connaissait Éli, elle s'était déjà dit que cette prison ne renfermait pas que de petites idiotes. Et ça, déjà, ça la rassurait. Catherine n'était donc pas seule sur ce monde, à souffrir en silence. Cette dernière ne prit pas la peine d'écouter attentivement les paroles qui suivirent, mais elle se rappela qu'elle avait presque raconté ce qui lui était arrivé à Éli. Parce qu'elle pleurait. Parce qu'elle sanglotait. Parce qu'elle souffrait.

Elle avait sentit des gouttes plus chaudes lui tomber sur la tête.

- Je me suis confessée à toi... Mais toi, tu ne me dis rien.

C'en était presque vexant.


Dernière édition par Catherine le Lun 26 Juil 2010 - 1:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Sam 26 Juin 2010 - 20:53

Eli sentit le visage de Cath se réchauffer soudainement contre son buste, elle rougissait, c'etait sur. Puis elle la serra encore plus fort, pleurant de plus en plus, s'accrochant comme désespérement a son bustier. D'une voix enrouée et entrecoupée de sanglots, elle avoua :

- Ç'aurait été trop dur de les garder plus longtemps.

Oui, Eli connaissait cette sensation. C'etait bien pour ca que la nuit d'avant, elle avait pleuré, pleuré, sans le savoir d'ailleurs, juste triste, en pleine depression. Et cela lui avait aidé. Elle s'etait tout de suite sentie mieux apres, meme si elle avait encore pleuré jusqu'a rencontrer Cath. Apres elle avait arreté. Enfin... pas tout a fait. Quelques larmes qu'elle ne pouvait retenir tombaient parfois sur les cheveux blond-foncés de Catherine. Celle-ci s'en apercut, des deux, du fait qu'Eli pleurait et de celui qu'elle n'avait rien dit. Elle semblait presque vexée lorsqu'elle dit :

- Je me suis confessée à toi... Mais toi, tu ne me dis rien.

- Je n'ai rien a dire.


rétorqua-t-elle vite. Un peu trop vite. Mais c'etait vrai.

*Arrete de te mentir*

D'accord, c'etait pas vrai. Mais presque. Elle avait des choses a dire, ca oui, mais elle n'avait pas besoin de les dire. C'etait pas la meme chose. Elle avait traversé et meme si elle y repensait encore plus que souvent, elle ne ressentait pas le besoin de se confesser a quelqu'un. Ni ne voulait d'ailleurs. Elle la rassura pourtant par menteries, par soucis de la vexer, ce qui aurait été plus qu'idiot et aussi parce qu'elle voyait bien qu'elle ne la croyait pas - et elle avait raison.

- C'est vrai ! J'ai pas besoin de dire quoi que ce soit, c'est passé pour moi. Je l'ai dit a... quelqu'un et c'est bon.

Elle se demandait si Cath allait percevoir qu'elle montait... Elle esperait que non, mais on pouvait jamais savoir. Mais de toute facon, la partie du milieu etait honete, elle n'avait pas besoin de dire quoi que ce soit. Personne ne saurait jamais. Appart ceux qui savent deja, comme Will et sa famille. Son pere etait le mieux informé, et pour cause ... !
S'interdisant de repenser a lui, elle se tourna vers la bleue aux yeux noisette qui la regardait depuis un temps qu'Eli ne put deffinir puisqu'elle avait été plongée dans ses pensées. Cath prit la parole...

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com
avatar

Juliette de Rousseau

♣ Admin Smily
Five o'clock Tea Time.

Féminin Nombre de messages : 364
Age : 20
Localisation : Fuckin' question
Date d'inscription : 29/05/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rousseau
Date de naissance && Âge: 17/03/1763 & 17 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Dim 27 Juin 2010 - 8:19

Catherine sentit son corps glacé se calmer peu à peu, stoppant les sanglots qui la secouait auparavant. Fermant les yeux, elle sentit sentit que ses larmes arrêtaient de sortir en cascade comme avant, ne laissant parfois que quelques unes qui ne faisaient que courir sur ses joues rougies. La plaie qui continuait de saigner dans son cœur déversait moins de sang, ne laissant qu'une simple douleur psychologique, tout en restant physique. Ses cheveux blond foncé étaient désormais collés à son visage trempé par la pluie, les larmes, puis elle tourna légèrement la tête, ne laissant plus que son oreille toujours collé au bustier d'Élisabeth. S'étant calmée, elle entendait clairement le délicat battement de cœur de la Bleue, ainsi que sa douce respiration. La pluie qui s'écrasait gouttes à gouttes par terre se transformait en une douce musique de fond qui la calmèrent. C'en était presque apaisant, ce silence seulement brisé par ces gouttes qui pesait dans l'atmosphère. Élisabeth ne semblait pas vraiment de cet avis, car ses paroles brisèrent ce silence.

« Je n'ai rien a dire. »

Catherine se contenta de serrer un peu plus fort la Bleue aux yeux d'émeraude. On a toujours quelque chose à dire. Elle n'était pas dupe, elle avait bien perçu de délicates gouttes chaudes lui tomber dessus, plus chaudes que les glaciales gouttes de pluie. Élisabeth avait-elle donc peur de lui dire ce qui la tourmentait, se contentant de rester assise là, à consoler une pauvre petite Bleue qui venait de subir une perte ? Catherine la fixa de nouveau de son regard larmoyant, faisant passer par ce regard la tristesse qu'elle ressentait et l'envie de savoir ce qui n'allait pas chez elle. Élisabeth disait à Cathy qu'elle la dégoûtait par sa personnalité qu'elle affichait et qu'elle devrait s'ouvrir... Elle était bien pour donner des conseils, mais apparement, elle n'était pas championne pour suivre les siens. Avait-on donc si peu de confiance en Catherine ? Après tout, cette Bleue est mystérieuse, et elle le restera. On ne peut pas découvrir ce qui tourmente Éli si elle décide de le cacher. En guise d'excuse, elle lui dit :

« C'est vrai ! J'ai pas besoin de dire quoi que ce soit, c'est passé pour moi. Je l'ai dit a... quelqu'un et c'est bon. »


Catherine se mit à utiliser un sens qu'elle n'avait jamais utilisé avant. Son sens de l'analyse. Derrière ses deux pierres d'émeraude et ce visage impassible se cachait quelque chose. Un secret. Quelque chose que personne ne réussirait à percer. Son regard était trop vide et son visage trop calme pour que tout aille bien pour elle. Le pourtour de ses yeux étaient rougies... par des larmes ? Excellente question. Éli cachait sa souffrance comme Catherine l'avait caché pendant si longtemps. Et depuis qu'elle s'était lâchée aujourd'hui, tout allait mieux. Depuis qu'elle avait été soutenue par la Bleue, tout était presque bien. Un sentiment de sérénitude commençait à envelopper avec délicatesse son esprit. Au moins, elle essayait de l'oublier. Pas comme elle. De nouveau, elle plongea son doux regard dans celui d'Élisabeth.

- On souffre tous. Tôt ou tard, ça finira par sortir.

Catherine sentit un sourire se découper sur son visage barré par les traces de larmes. Un sourire qui restait malheureusement larmoyant. Même si elle n'en avait pas envie, c'était plus fort qu'elle.

- Même si tu ne veux pas.

La jeune fille savait de quoi elle parlait. C'était un peu ce qui lui arrivait. Elle avait toujours voulu garder sa souffrance pour elle seule, la laisser ronger son petit cœur meurtri, mais c'était mission impossible. Ça avait finit par éclater au grand jour.


Dernière édition par Catherine le Lun 26 Juil 2010 - 1:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Dim 27 Juin 2010 - 12:32

Catherine se calma peu a peu dans les bras d'Eli. Ses spasmes avaient cessé de se propager sur son corps, ses mains aaient fini de trembler meme si elles s'aggripaient encore a son bustier, ses larmes, si elles ne se tarrirent pas, arreterent de se déverser en torrents... Eli sentit ses mains la serrer encore un peu plus. Il lui deviendrait bientot impossible de respirer si elle continuait...

- On souffre tous. Tôt ou tard, ça finira par sortir.

fit Cath. Elle devait surement penser qu'Eli donnait des conseils qu'elle-meme ne respectait pas. Elle n'avait pas tord, au fond, mais elle ne pouvait nier qu'Eli etait plus ouverte qu'elle. Elle s'exprimait, elle disait ce qu'elle pensait, elle faisait ce qu'elle voulait. Meme si elle gardait un passé douloureux, qu'elle emporterait dans sa tombe, en elle, elle etait ouverte

- Même si tu ne veux pas.

C'etait la chose a ne pas dire.

- Si je ne veux pas, ca ne sortira pas.

fit elle d'une voix froide, presque brutale. Résignée en tout cas, et volontaire. Oui, elle en avait décidé ainsi. Elle ne se laisserait pas controler. Elle ne se laisserait plus controler. Par qui ou quoi que ce soit. Depuis qu'elle avait commencé a vivre sa vie en suivant ses décisions a elle, elle ne contait plus arreter. Meme si elle avait du passer par St Cyr. C'etait elle qui l'avait choisi. Elle s'etait engfermée elle meme dans cette prison. Elle avait diminué sa liberté, mais c'etait pour son bien. Ils la retrouveraient partout, elle en était sure, et alors, elle savait tres bien ce qu'il arriverait. Ils ne la tueraient pas, ca non... Ils la surveilleraient tres bien pour ne pas qu'elle se tue par ses propres moyens, ils se controleraient pour la faire vivre a un cheveu de la mort. Une prison, aussi horrible qu'elle soit, demeurait quand meme une protection. Personne ne savait qu'elle etait la, et personne ne saurait jamais. Quand il serait temps pour elle de sortir, elle serait bien obligée. Ils ne l'auraient pas oubliée, mais peut etre y aurait il un espoir qu'ils aient diminué leurs forces quant a sa recherche ? Elle sortirait de St Cyr et continuerait a se proteger par ses propres moyens. Et elle reussira. Elle ne contait plus, mais vraiment plus, en aucun cas et quoi qu'il se passe, laisser quelqu'un diriger sa vie.


_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com
avatar

Juliette de Rousseau

♣ Admin Smily
Five o'clock Tea Time.

Féminin Nombre de messages : 364
Age : 20
Localisation : Fuckin' question
Date d'inscription : 29/05/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rousseau
Date de naissance && Âge: 17/03/1763 & 17 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Lun 28 Juin 2010 - 15:23

Catherine reposa avec délicatesse sa tête sur la poitrine humide de ses larmes d'Élisabeth, laissant de nouveau quelques larmes continuer de couler tranquillement sur son visage. La Bleue gardait sa main sur son dos, mais ne parlait presque plus, restant le regard perdu dans ses pensées, voyageant loin d'ici. Seule sa présence physique consolait Catherine à présent. De la part d'Éli, c'était déjà pas mal, pour une pauvre gosse comme Cathy. Mais apparement, elle avait bel et bien entendu ce que la jeune Bleue aux cheveux blond foncé avait murmuré.

« Si je ne veux pas, ca ne sortira pas. »

Sa délicieuse voix de velours chaude s'était métamorphosé en un ton froid de marbre et brutal. Catherine sentit à nouveau les larmes lui venir aux yeux. D'habitude, elle n'aurait jamais sentit ça pour si peu, mais ses nerfs étaient à fleur de peau, sa carapace trouée et tout ce qui était un peu méchant à cet instant lui faisait mal. Élisabeth était redevenue la fille que Catherine avait cru connaître. La seule chose dont elle n'avait pas besoin à cet instant, c'était d'entendre une voix glaciale lui adresser la parole. Les mains de Catherine s'accrochèrent avec plus de force au bustier d'Éli, par instinct. Mais au fond, peut-être avait-elle toucher sans le faire exprès un point sensible d'Élisabeth ? Personne n'a envie d'exposer sa souffrance au public, alors que l'on donne une image de quelqu'un qui ne veut que se rebeller et avoir enfin accès à la liberté. Catherine aurait mieux fait de tourner sept fois la langue dans sa bouche. Mais après tout, Éli venait de consoler Catherine qui se sentait déjà un peu mieux. C'est chou.

Catherine releva de nouveau sa tête en murmurant de sa petite voix de pleureuse :

- Ça fait mal, hein ?

Élisabeth pouvait dire ce qu'elle voulait, Catherine savait que cela finirait par ressortir. Même si c'est dans vingt ans. Cette douleur même si parfois on l'oublie, reste toujours là, au plus profond de nos cœurs. C'était exactement ce qui lui était arrivé. Indirectement, mais elle n'avait jamais eu envie de le montrer, et c'est sorti tout seul. Car c'était trop. Le poids était trop lourd pour ses frêles épaules, et elle avait finit par craquer. Élisabeth pensait pouvoir supporter ce poids durant toute sa vie ? C'est trop lourd. Elle verra bien un jour, pas la peine de s'énerver pour tout ça. Catherine ne supporterait pas de se faire envoyer balader maintenant. Un petit frisson la parcourut. L'atmosphère était plutôt froide, mais elles restaient là, Cathy appuyé sur le buste d'Éli, cette dernière restant assise à côté. Mais c'était si agréable de rester ainsi alors que pendant de longues années elle n'avait aucun contact humain...

S'efforçant de respirer normalement et correctement, Catherine sentit de nouvelles larmes perler à ses paupières. Le silence était si pesant, que les pensées noires de la jeune Bleue ne cessait de revenir inlassablement pour lui rappeler ce qu'elle avait vécut. D'une petite voix déchirée par les ses sanglots silencieux, elle murmura :

- Dit quelque chose...


Dernière édition par Catherine le Lun 26 Juil 2010 - 1:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Lun 28 Juin 2010 - 17:00

Catherine serra le bustier d'Eli encore plus. Qui aurait cru que cette Colombe si frele d'habitude et encore plus maintenant qu'elle avait pleuré, qu'elle eut autant de force ? Eli suffoquait. Enfin, Catharine releva la tete.

- Ca fait mal hein ?

C'etait la chose a ne pas dire. Eli sentit ses levres se pincer et son regard se durcir.Oui, l'etreinte faisait mal, mais ce n'etait pas de ca que Cath parlait. Dans son ventre germa comme une sensation de haine. Incontrollable. Elle aurait aimé se controler, pour Cath, qui en avait tant besoin en ce moment, mais ce sentiment etait indomptable comme un mustang. Un rale sortit un peu de sa gorge. Elle banda ses forces pour l'etouffer. Oui, cela finissait par sortir un jour, mais ses sentiments, pas son secret. Ses sentiments, elle leurs laissait libre cours, appart aux occasions comme celle la, bien sur.

Le ciel deversait toujours ses larmes par torrents, larmes qui sortaient de ces nuages noirs qui n'avait pas clairci ni rétraici depuis la bonne heure qu'elles étaient assises cote a cote ou plutot l'une sur l'autre sur ce banc, sur cette coline, dans ce jardin de cette maison-prison. Lui aussi avait surement vécu quelque désastre et avait besoin de se soulager en versant toute l'eau qu'il avait accumulée. Et lui aussi la versait sur Eli. Pas seulement, mais aussi. Entre ces deux chialeurs, Eli commencait a en avoir marre. Elle savait qu'elle aussi avait pleuré, mais elle avait bien arreté, non ?

Non, la était la vérité. Elle avait pleuré toute la nuit, ce qui revenait a 24 fois plus que Cath. Alors qu'elle arrete de critiquer cette pauvre bleue qui avait recu une lettre maudite qui avait fait fondre son coeur. Non, elle ne l'avait pas fait fondre, elle l'avait poignardé. Et la plaie saignait encore. Et saignerait longtemps encore. Celle d'Eli avait cicatrisé, meme si les points de souture etaient toujours présents, n'avaient pas disparu. Cath, elle, devrait attendre longtemps pour qu'elle cicatrise. Si elle s'y prenait toute seule. Avec quelqu'un a ses cotés pour la soutenir et pour lui tendre le fil tandis qu'elle manierait l'aiguille, elle arriverait beaucoup mieux, beaucoup plus vite. Voila pourquoi Eli devait retenir cette haine, qui heureusement n'etait plus que fureur. Si elle lui disait ce qu'elle pensait, maintenant dans les yeux, jamais Cath ne s'en remettrait.

Pourquoi pensait elle a la préserver ? Chez quiconque d'autre, elle n'aurait pas hésité, meme si ce quiconque avait pleuré pendant deux jours, meme s'il n'avait que 10 ans... Mais avec Cath, apparament, c'en etait pas ainsi. Eli ne comprenait pas. Pourquoi se retenait elle, en fait ? Pour ne pas blesser Cath, mais pourquoi voulait elle ne pas la blesser ?

De la fureur ne restait plus que la colere quand Cath, qui a nouveau s'etait mise a pleurer et qui essayait de calmer son souffle fit, et bien trop tot, de sa voix faible d'ou percaient les larmes :


- Dit quelque chose...

- Déssèrre un peu


ordonna Eli de son dernier souffle, mais sans réussir a en enlever cette colere. Elle lui avait intimé de parler bien trop tot. Si elle voulait qu'Eli la réconforte, elle aurait du attendre encore plus pour l'aborder. Maintenant, Eli ne pouvait se taire plus longtemps et la colere subsistait toujours. Essayant de changer de sujet, pour ne pas lui dire ce qu'elle pensait au visage, elle fit, la voix un peu crispée par le manque d'air et la volonté qu'elle bandait - en vain - pour ne pas paraitre trop froide :

- C'etait quoi c'te lettre ?


Elle n'avait pas abandonné cette manie de parler brusquement, sans aucune etiquette. C'etait pas sa faute si on ne lui avait adressé la parole que de la sorte. Elle avait appri a ne pas vouvoyer, a ne pas faire attention a ce qu'elle disait, a ne pas soigner son vocabulaire... Au point de choquer ou de vexer pas mal de gens qui eux avaient été bien élevés.

Tempis.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com
avatar

Juliette de Rousseau

♣ Admin Smily
Five o'clock Tea Time.

Féminin Nombre de messages : 364
Age : 20
Localisation : Fuckin' question
Date d'inscription : 29/05/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rousseau
Date de naissance && Âge: 17/03/1763 & 17 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Mar 29 Juin 2010 - 12:17

Catherine continuait de s'agripper avec force au bustier d'Élisabeth, le serrant d'avantage. Trop occupé à essayer d'oublier ce qui la faisait souffrir, elle n'avait pas remarqué que la Bleue était en train de suffoquer, sa respiration devenant haletante, ses deux pierres d'émeraude se durcissant et ses lèvres se pinçant. Catherine avait oublié qu'Élisabeth n'était pas un oreiller. Prenant une grande inspiration, elle s'efforça de prononcer ces quelques mots :

« Déssèrre un peu. »


Catherine perçait une onde de fureur qui venait de sortir tel un cracha des lèvres d'Élisabeth. Mais elle avait raison. Sans s'en rendre compte, elle avait serré la Bleue trop fortement, ce qui expliquait pourquoi elle avait du mal à parler. Sa poitrine était trop compressée pour pouvoir ne serait-ce que respirer une fois correctement. Relevant légèrement la tête, elle enleva avec délicatesse ses bras de la taille d'Élisabeth, ne laissant plus que ses mains s'attacher à son bustier, devant sa tête. Étrangement, le corps déjà chaud d'Élisabeth devint presque brûlant à travers ce voile de pluie froide. Catherine commençait sérieusement à se demander si elle n'était pas un peu énervante. Elle, elle se serait sûrement énervée à force de rester assise ici, une fille qui compressait son buste, pleurant à chaudes larmes. Pourtant, Élisabeth la laissait. Son visage s'était crispé à cet étrange étreinte, mais elle ne disait rien. Finalement, malgré ce que s'était imaginée Catherine, Éli l'appréciait peut-être. Bandant ses dernières force pour avaler une goulée d'air, la Bleue lança :

« C'etait quoi c'te lettre ? »

Ce qu'il ne fallait pas dire. Élisabeth venait de prononcer les mots que Catherine n'avait pas envie d'entendre. C'était comme si Éli avait appuyé avec le bout de son doigt sur le cœur de Cathy, écartant les bords de la plaie qui saignait déjà abondamment. La question à ne pas poser. Son dos se mit à frissonner, tandis que de nouveaux sanglots se mirent à lui déchirer sa gorge meurtrie. De nouvelles larmes perlèrent à ses paupières, sortant de nouveau en cascade, son corps se mit de nouveau à se secouer par les spasmes nerveux. Son cœur qui venait d'être pansé par une fine couche de tendresse, se remit à saigner, percé par la tristesse qu'Élisabeth venait de lui rappeler. Pourquoi la Bleue qui venait de la soigner avait-elle voulu remettre ce qu'elle venait de réparer en état de douleur ? Elle aurait dû s'en douter que si elle était en train de pleurer toutes les larmes de son corps ce n'était pas parce qu'elle n'avait aucun ruban qui décorait son bustier. Si elle souffrait, c'est parce qu'elle venait d'apprendre qu'elle n'avait plus de parents. Et qu'elle avait une sœur que peut-être elle ne verrait jamais de sa vie. À croire qu'Éli était venue déguster tranquillement une tasse de thé pendant que Catherine pleurait à chaudes larmes toutes les larmes que son corps pouvait contenir. Elle ne se rendait pas compte que ce qu'elle venait de dire était douloureux pour elle. Gardant sa tête baissé, sa voix déchirée par les sanglots, elle murmura :

- Morte...

Comme un enfant à qui on vient d'apprendre à parler, c'est le seul mot qui réussit à passer à travers sa gorge. Le seul mot que son cerveau avait retenu de cette lettre, qui maintenant reposait sur le sol, inondé par la pluie, déchiré par les larmes de Catherine, la fine écriture à l'encre noire ayant donné la même à couleur à son cœur, remplaçant le rouge vif de vie par un noir d'encre. De mort. La même douleur qui l'avait envahit une heure plus tôt et qui s'était calmé revenait à la surface, aussi rapide qu'une flèche qui fend l'air. Élisabeth ne se rendait pas compte de ce qu'elle avait créer en prononçant ces mots. Juste lacérer son énorme blessure, enfonçant un scalpel encore plus profondément.


Dernière édition par Catherine le Lun 26 Juil 2010 - 1:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Ven 2 Juil 2010 - 15:55

Des qu'elle eut prononcé sa phrase, Eli sentit qu'elle avait dit ce qu'il ne fallait pas. Cath se mit a pleurer comme avant ou peut etre meme plus, si cela etait possible, son corps fut secoué de spasmes a nouveau... Elle regretta tout de suite ses paroles. Non car elle avait blessé Cath, de toute facon cette derniere avait fait de meme quelques minutes auparavant, mais parce qu'elle venait de détruire tout ce qu'elle avait bati. Elle avait réussi a consoler la bleue aux cheveux blond foncés, avait diminué sa douleur, avait pansé sa plaie au coeur et se préparait a la souturer, et maintenant, elle avait tout foutu en l'air... Comme si les fils avaient craqué sous ses mains...

Cath baissa la tete et souffla un mot, un seul. Le mot :


- Morte

La mort. C'etait, comme Eli l'avait pensé et redouté, ca qui la tracassait. La mort. D'un ami, d'un proche, de sa famille peut etre...

Eli a sa place aurait été contente d'etre sure de ne plus jamais revoir sa famille. Les proches de sa famille. Les amis de sa famille. Tous dans le meme sac. Appart Will. Lui avait été encore assez gentil avec elle, en comparaison avec les autres. Il n'avait rien tenté pour l'aider, mais n'avait rien fait non plus qui puisse la compromettre ou empirer son etat. Elle l'aimait le plus. Le plus de sa famille, le plus au monde puisqu'elle ne connaissait pas d'autres personnes que lui, a l'époque. Maintenant, elle pouvait dire qu'elle aimait bien certaines Colombes. Cath en faisait partie, meme si elle la dégoutait comme elle se cachait eternellement derriere son air d'etre dans la lune et son sourire idiot. Mais au fond, Eli l'aimait bien. Elle savait grace a elle qu'elle n'etait pas la seule a se sentir emprisonnee dans cette maison. Il y avait bien sur Ambre et Kat qui pensaient de meme, mais c'etait pas pareil... Elles, elles se révoltaient betement, sans réfléchir, se jetaient dans la gueule du loup ou presque tellement elles etaient empressées. Cath, elle, elle y allait lentement. Trop lentement. Eli se trouvait entre les deux. Elle ne prentait pas son temps mais n'avancait pas non plus a l'aveuglette. Et elle se sentait plus proche de Cath que des deux, car elle savait qu'elle pouvait l'aider. Tandis qu'Ambre ou Kat, elles n'ecoutaient personne. Tempis pour elles.

Eli aurait été contente de ne plus jamais redouter sa famille. Elle ne voulait pas leur mort a tous, elle voulait juste etre sure de ne plus etre embetee, exploitée, comme une chienne ou plutot un boeuf. Elle voulait etre sure de pouvoir vivre sa vie a elle, sans recevoir d'ordres de personne. Elle n'avait jamais été libre de ses mouvements, de ses paroles, presque meme de ses pensées dans sa jeunesse. Puis un jour elle avait attrapé sa liberté au vol et l'avait suivie. Tout en sachant qu'on allait la lui reprendre. Un jour. Et plutot que se la laisser prendre pas des gens qu'elle detestait, elle avait décidé de l'offrir de sa propre initiative a des gens qu'elle n'aimait pas, sans pourtant les detester.
A St Cyr.

Elle n'etait pas venue ici comme les autres, a cause de leurs parents. Enfin, oui c'etait bien a cause de ses parents qu'elle etait la, mais ce n'avaient pas été eux qui l'avaient envoyée ici. Toutes les autres Colombes avaient été obligées de venir a la Maison Royale de St Louis. Pas Eli. Elle aurait pu s'en aller a Versailles. Elle aurait pu, mais y aurait vécu avec une peur constante. Enfin pas une peur, elle aurait juste du toujours faire attention a ou elle allait, ce qu'elle faisait. Elle avait préféré supplier Mme de VilleFranche, la directrice meme, de l'accueillir et lui procurer ainsi sans qu'elle le sache un asile. C'etait toujours mieux qu'un couvent. Meme si elle n'aimait pas. Mais du moins, elle avait une certaine liberté d'expression, de pensée et de sa personne. Malgré qu'elle ait l'interdiction de se déplacer, l'obligation de rester cloitrée entre les murs de cette prison dorée...

Cette fois-ci, ce fut a Eli de la serrer dans ses bras, de comprimer ses poumons. Elle essaya de faire passer une onde de chaleur et d'amitié a travers le corps de Cath jusqu'a dans son coeur, pour guerrir celui-ci. Elle regrettait de l'avoir lacéré encore plus par ca débile question. En repensant a ceux qu'elle detestait, elle avait découvert qu'elle l'aimait bien, Catherine. Meme si elle ne lui dirait rien de confidentiel de toute sa vie, elle l'aurait volontiers eu pour amie. Et les amies, ca se console. Ainsi, elle berca doucement sa compagne de dortoir tout en lui chuchotant comme avant :


- Ca va aller, ca va aller.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com
avatar

Juliette de Rousseau

♣ Admin Smily
Five o'clock Tea Time.

Féminin Nombre de messages : 364
Age : 20
Localisation : Fuckin' question
Date d'inscription : 29/05/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rousseau
Date de naissance && Âge: 17/03/1763 & 17 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Dim 25 Juil 2010 - 17:37


[J'suis pas satisfaite.. mais bon >w<]

Catherine sentit le contour de ses yeux douloureux, à force de pleurer depuis tant de temps. Pendant ce temps, elle sentit qu'Élisabeth venait de regretter ce qu'elle avait fait. Catherine aussi serait devenue tarée si elle était à sa place. La jeune Bleue ne comprenait pas. Pourquoi ? Pourquoi Éli se montrait-il si douce et gentille envers Catherine ? Son cerveau était trop confus pour réfléchir, mais elle commençait sérieusement à se demander si tout ceci n'était pas une ruse. Mais pourquoi Élisabeth voudrait-elle la ruser ? Elle semblait si sincère... Après tout, c'était elle qui était venue rejoindre Catherine. Tant de questions et si peu de réponses...

Élisabeth passa ses bras autour de la taille de Catherine, entourant avec délicatesse sa fine silhouette, l'attirant de nouveau vers elle, collant sa tête sur son buste. Elle la serrait si fort qu'elle commençait à avoir du mal à respirer. La jeune Bleue comprenait maintenant ce qu'Éli ressentait lorsqu'elle avait serré un peu trop fort. Mais c'était à peine si elle la sentait, l'étau de la souffrance la faisait déjà assez suffoquer. Sa respiration devint saccadé, tel un flûtiste qui aurait fait une fausse note. Cependant, être blottie dans les bras d'Éli la réchauffait autant mentalement que physiquement, tellement le rideau de pluie qui leur tombait dessus était froid. Sentant cette intense chaleur, ses larmes et sanglots finirent par se transformer en un fin film humide. Puis, les bras de la Bleue se mirent à bercer délicatement Catherine de gauche à droite. Frottant son dos, son délicieux murmure chaud filtré par ses oreilles :

« Ca va aller, ca va aller. »

Catherine finit par lâcher le bustier d'Élisabeth, se dégageant tant bien que mal de ses bras qui la serraient. Se remettant sagement assise, elle laissa ses larmes couler sur son visage rouge, tandis que ses beaux iris noisette fixaient l'horizon. L'orage continuait de verser d'énormes seaux d'eau, ses cheveux blond foncé collés sur son front, sa robe collée à son corps svelte. Un léger sourire taquin se dessina sur ses lèvres. Elle se tourna vers Élisabeth, plantant son regard dans ses iris d'émeraude.

- Le seul moment où tout ira, sera le jour où je quitterait cette fichue prison.

Un frisson se mit à parcourir son échine. Catherine était comme une enfant. Quand il est triste, il a besoin de chaleur, il a besoin de se blottir dans les bras de quelqu'un pour la trouver. Et c'est lorsqu'il quitte les bras tièdes, qu'il se rend compte à quel point le monde autour de lui est froid. Et c'est vrai. Une personne qui vous aime, et qui vous serre chaleureusement dans ses bras avec sincérité, on le sent. On a l'impression que tout autour de nous est bien. Et lorsqu'on se heurte à la mort, on se rend compte que la vie n'est pas un conte de fée. Vivre c'est seulement traverser des obstacles qui blessent, qui vous lacèrent le cœur. Catherine détourna son regard de celui d'Élisabeth.

- Merci, Élisabeth...

Sa phrase resta en suspens, ses lèvres entrouvertes. Avait-elle compris à quoi elle faisait allusion ? À quelle point ce qu'elle venait de faire comptait pour Catherine ? Elle avait envie de lui faire comprendre clairement qu'elle ne pourrait pas faire plus. Ce qu'elle avait fait été déjà assez. Comment avait-elle pu supporter cette gamine... Approchant doucement sa main de celle d'Élisabeth, Catherine murmura :

- Tu en as fais assez. Tu peux partir.

Ce n'est pas parce qu'elle disait quelque chose qu'elle y tenait. Cependant, si elle avait été à la place d'Élisabeth, elle aurait déjà fichu le camp à pas de loups, pour s'enfoncer à travers le couloir humide de pluie. La Bleue qui l'avait rejoint avait le droit de faire pareil.


Dernière édition par Catherine le Lun 26 Juil 2010 - 23:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   Lun 26 Juil 2010 - 20:16

Catherine dessera enfin son etreinte, ce dont Eli fut plus que satisfaite : elle inspira profondement, et il lui sembla que cela faisait une eternite qu´elle n´avait pas ainsi fait reserve d´oxygene. Cela lui faisait presque mal a la poitrine, de la remplir ainsi. Ce dont elle fut decue, fut que Cath se degagea pour s´isoler. Ne voulait elle donc plus d´Eli ? Apres tout ce que cette derniere avait fait pour elle ?? Une vague e deception la traversa. Ainsi qu´une vague de découragement : Cathy continuait a pleurer, des larmes de crocodile coulaient sur ses joues rouges, ses yeux noisette fixés a l´horisont... Elle tremblait imperceptiblement, surement ne le remarquait-elle meme pas. Son corps mince - meme si moins que celui d´Eli - semblait fragile, pret a se casser en mille morceaux a chaque goute de pluie qui lui tombait dessus et qui collait sa robe sur sa taille, la rendant encore plus fine. Pourtant, Cath se tourna vers Eli, une lueur farouche dans les yeux, un sourire malicieux aux levres, et dit d´une voix qu´Eli ne lui connaissait pas :

- Le seul moment où tout ira, sera le jour où je quitterait cette fichue prison.

Mais tout de suite, elle se retransforma en la petite enfant qu´Éli connaissait. Elle trembla, vraiment cette fois ci. Il faisait froid. Eli avait froid elle aussi. Cath s´etait degagee et Eli ne serrait plus personne, ne rechauffait plus personne, personne ne la rechauffait elle. Mais Cath ressentait le froid beaucoup plus qu´elle. D´une part parce qu´elle n´avait jamais eu froid avant, elle avait surement toujours eu une maison chaude et reconfortante, un abri, et n´etait donc pas habituee comme Eli. Mais surtout car elle venait de subir une perte, et lorsque quelqu´un nous abbandonne, on sent le froid. Comme lorsqu´on se degage d´une etreinte rechauffante. Mais en plus fort, bien sur. On a froid au coeur. Pourtant, Eli doutait qu´avec elle, ce fusse le cas aussi. on coeur a elle devait deja etre gelé. Non, peut etre restait il une petite braise pour Will, et une autre pour Cathy et certaines autres Colombes... Mais... elle n´etait pas sure si elle aurait froid si quelqu´un de sa famille venait a mourrir... Pas aussi beaucoup que Cathy. Meme s´il s´agissait de Will.

Elle regretta. Elle regretta amerement. Tout. Elle aurait peut etre bien aimé avoir un coeur comme les autres. Mais il etait trop tard, maintenant. Et de toute facon, cela servait, parfois, de ne pas sentir... De ne pas eter blessee... De ne pas pleurer...


- Merci Elisabeth...

Ah ba enfin ! Peut etre ce qu´Eli avait fait avait quand meme touché sa compagne. Enfin, elle disait touché, mais c´etait sur que Catherine l´avait été. Mais en se degageant d´Eli, elle avait semblé ne pas apprecier. Maintenant, elle l´avait remerciée. Elle avait laissé sa phrase en suspens, pourtant... que signifiait-ce ?? Qu´elle ne le pensait pas, ou qu´au contraire, elle voulait dire plus, remercier plus ? Eli ne comprenait plus rien... Puis elle remarqua un mouvement. Catherine bougeait sa main en direction de celle d´Eli. Lentement mais surement. Lorsqu´elles se toucherent, la premiere fit :

- Tu en as fait assez. Tu peux partir.

Et Eli fut tentee de se lever et de lui tourner le dos. La laisser toute seule. Elle commencait a en avoir marre. Elle pleurait toujours. Apres tout ce qu´Eli avait fait pour elle, ou au moins essayé de faire. N´allait elle jamais arreter ?
Non, il ne fallait pas qu´elle pense comme ca. Ce n´etait pas sa faute si un membre de sa famille venait de mourrir. Elle n´y pouvait rien.
Oui, mais Eli non plus.
C´est vrai, mais elle a besoin d´Eli.
D´accord, d´accord. Elle en aura encore longtemps besoin, soit, mais Eli resterait.
Decision prise
Deffinitivement.


[c´est pire que nul mais bon... desoow]

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Fight with Love. White Flag. [PV Eli]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fight with Love. White Flag. [PV Eli]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr) :: Extérieurs :: Jardin-
Sauter vers: