Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr)

Forum RPG au temps de Louis XVI, dans la Maison Royale de Saint Cyr à la veille de la Révolution Française.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Scrounch ! "Mangez des taupes !" Souvenirs... <3 (by Hed)

Partagez | 
 

 L'inconnue aux yeux verts...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: L'inconnue aux yeux verts...   Jeu 22 Avr 2010 - 11:42

Prologue :

William rêve maintenant depuis trois mois. Il fait pourtant le même rêve à chaque fois, mais cela ne le dérange pas. Sa vision est magnifique : deux beaux yeux verts le contemplent et cela suffit pour que son coeur manque d'exploser. S'il pouvait, il ne se reveillerait plus jamais. Mais le matin arrive et une autre vision s'empare de lui : une bâtisse gigantesque qui lui semble impénétrable. Il ne se souvient pourtant pas d'avoir d'avoir rêver de cela mais cette image ne le quitte pas. Les yeux verts non plus. Il y pense tellement qu'il finit par perdre l'appetit puis son travail et enfin son habituelle joie de vivre. Il n'a plus qu'une obsession, revoir ces jolis, non ces magnifiques yeux. Mais le soir, une seule angoisse le prend : et si, cette fois-ci, il ne rêvait pas ? Heureusement, au petit matin, ses craintes ne sont plus que souvenir, son souhait le plus cher a été exhaussé durant la nuit.
Les jours passent et William tombent de plus en plus dans la folie.
Et puis un jour, une lettre arrive. Pourquoi l'a-t-il ouverte, celle-là, alors que tant d'autres avaient jetées sans même être lues ? Croyait-il en un quelqueconque miracle ? Peut-être bien. Et c'est certainement ce qui arriva. Cette lettre était une lettre de son unique soeur, Elisabeth. Il la parcourut d'un air morne. A quoi cela lui servait-il de savoir qu'elle allait bien ? Il s'en fichait... jusqu'à ce qu'il tombe sur deux mots : St Cyr... Et il eu le déclic : la bâtisse de son rêve, c'était St Cyr, il en était persuadé ! Il se souvenait parfaitement avoir accompagné sa soeur là-bas ! Il est tellement heureux de cette découverte qu'il aurait pu embrasser la première personne venue. Et pourtant, quelque chose manquait à son bonheur ou plutôt quelqu'un... Les yeux verts refirent surface qans son esprit. C'était bien ça : il devait se rendre immédiatement à St Cyr retrouver le visage de cette mystérieuse inconnue aux yeux verts. Parce que cela ne faisait aucun doute : il s'agissait bien d'une demoiselle. Mais comment y entrer ? En cachette ? Non, il ne pourrait pas le faire bien souvent... En se faisant engager ? Oui, mais dans quel domaine ? Ce n'était sûrement pas en continuant d'être matelot qu'il allait se faire engager.
Mais il ne pouvait pas attendre, un désir irréprésible le poussait à partir sur le champ... Et c'est ce qu'il fit, enfin, en quelque sorte... Il laissa un mot à ses parents dans lequel il disait qu'il venait d'être engager pour un très long voyage, prit toute ses économies, son baluchon et entra dans le premier carosse en partance pour Versailles. le voyage serait long, il aurait le temps de réfléchir à son futur métier...


____________________________________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________________________________

Début du Rp :


William vient de se faire engager comme jardinier grâce à quelques passions enfantines et il est plus heureux que jamais. Ses rêves deviennent de plus en plus précis comme s'il s'approchait du but.
D'ailleurs, il a déjà commencé ses recherches. C'est simple : il doit trouver des yeux verts. Malheureusement, beaucoup de colombes ont les yeux verts mais ce n'est jamais ceux de son rêve. Pourtant, il ne désespère pas. Il est au bon endroit. Il le sent, il le sait.
Bien sûr, cela lui fait un peu de peine de mentir à sa soeur. En effet, celle-ci pense que c'est pour elle qu'il est venu et William n'ose pas démentir.
Il connait déjà plusieurs colombes, très gentilles, mais celles-ci ne peuvent le renseigner.
Un jour, il avait vraiment cru être près du but et la désillution avait été très cruelle :


[à vous pour commencer à racconter cet "horrible" jour]


Dernière édition par William le Ven 1 Oct 2010 - 20:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Mer 28 Avr 2010 - 13:05

    C'était intennable, toutes ses colombes qui retrouvé un parent ou tombé follement amoureux du premier venue à Saint Cyr. D'ailleurs quand Mlle d'Escoublanc apprit que le frère d'une bleue, une certaine Elisabeth du Bois Vermail, venait de faire son entrer dans Saint Louis. Elena fut en rogne, comment pouvait-il venir ici pour manquer sa liberté, voyager, découvrir de nouveaux horizons et ne sortir que pour acheter des tulipes ou des roses. Il fallait qu'on lui axplique, elle ne le comprendrait jamais ! La jeune demoiselle avait bien décidé d'en avoir la réponse, et si il fallait employer les grands moyens pour le faire dégarpir, elle le ferait. Elle sentait déjà qu'une nouvelle histoire d'amour se préparait, du bonheur et de jolis coeur. Répugnant ! voulait-elle crier. Jalouse, certain le penseront, mais non. Les hommes ne servait qu'à briser les coeurs de celles qui voulaient bien être assez sotte pour tomber dans l'amour. Il fallait que ça s'arrête, immédiatement. Déjà que cette bleue était en amourette avec l'ecuyer. Que le médecin cacher ses sentiments à Mlle de la Fleur, qui n'en fesait pas moins. Alors si tous le monde s'y mettait, ce ne serait plus un batiment de prier, ou Dieu seule devait compter à leurs yeux mais de rencontre, à ce qu'elle savait ce n'était pas le salon de thé ici. On l'avait placé ici pour qu'elle y reçoive une bonne éducation pas s'ameliorer dans l'art d'aimer. Mlagré son mécontentement d'avoir été mise ici jusqu'à ses 18 ans, elle préferait le batiment iniçiale que celui qui s'y préparait.
    Enfin passons, dès qu'elle le vu pour la première fois, tailler les beaux rosiers, que celle-ci avez déterriorer avec à.... eh oui, sa très chère Kat", ennemie juré. Des étincelles dans le yeux surgirent, lui rappellant cet instant de bonheur. Elle ne mirent pas longtemps à disparaître laissant place à des flammes dans ses prunelles océans. Plus déterminée que jamais, Elena avança d'un pas mesuré vers le jeune homme. Ne prenant pas la peine de l'examiner, elle déclara soudain ce qui fit rater la sculpture florale qu'il entreprennait :


    -Et Bien Monsieur, vous n'êtes pas très bon en jardinage. Regardez-moi ce travail, les pauvres fleurs, posant la main sur son front signe qu'elle les pleurait, elle continua, Et vous n'avez pas d'ouïe, non plus. Calamité ! De pire en pire de nos jours...

    Fesant mine de le plaindre, elle soupira encore se moquant de ses "talents" et de ne pas avoir entendu la demoiselle arriver :

    -Alors content de revoir sa soeur, de ne plus être libre de ses choix ? Prenant une voix plus dure, elle s'exclama de nouveau. Que cherchez-vous ? Parce que je doute que vous veniez ici que pour ses raisons, quitter des terres infinies pour rester entre quatres murs, c'est bizarre. Ou vraiment vous êtes fou ! Dasns les deux cas je pense que vous l'êtes quand même, mais malheureusement ça on peut rien y faire, finit-elle par dire, voyant son air béat, s'en été à rire. Comme si le jeune homme était mal à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Mer 28 Avr 2010 - 20:06

William, une fois de plus l'âme en peine, taillait les rosiers quand une jeune fille qui semblait assez jolie aux premiers abords l'aborda :

-Et Bien Monsieur, vous n'êtes pas très bon en jardinage. Regardez-moi ce travail, les pauvres fleurs. Et vous n'avez pas d'ouïe, non plus. Calamité ! De pire en pire de nos jours...

Oh mais apparement, elle n'était pas seulement jolie, elle semblait être une vraie langue de vipère ce qui allait souvent avec, malheureusement. Ainsi étaient les gens qui se savaient beaux... Cependant, cette jeune colombe n'avait pas idée de combien elle était proche de la vérité. Autant pour ce qu'il avait cru ! En effet, il se souvenait à peine de ses leçons de jardinier pour s'empêcher de se planter les cisailles dans le doigt ! Mais avant même qu'une réponse vienne à son esprit, celle-ci continua :

-Alors content de revoir sa soeur, de ne plus être libre de ses choix ? Que cherchez-vous ? Parce que je doute que vous veniez ici que pour ces raisons, quitter des terres infinies pour rester entre quatres murs, c'est bizarre. Ou vraiment vous êtes fou ! Dans les deux cas je pense que vous l'êtes quand même, mais malheureusement ça on peut rien y faire.

William en resta ébahi. Pourquoi le traitait-elle de fou ? Qu'avait-il fait ? Pensait-elle que c'était parce qu'il avit décidé de rester enfermé dans St Cyr ? Mais que savait-elle de ses vrais motifs ? Cela se voyait : elle n'avait encore jamais connue l'amour ! Elle était si jeune !
*Elle verra bien quand elle sera plus grande, pensa-t-il*
Mais pour ne pas rentrer dans de mauvais rapports, il répondit plutôt :


- Suis-je fou ? Peut-être bien. Fou d'amour, certainement. Vous n'avez pas idée de la passion qui m'habite depuis de longs mois déjà. Si je vous en expliquez le commencement, cela est sûr, vous seriez encore plus convaincue de mon état. En ce qui concerne mon choix d'être ici, vous vous trompez : je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie. Mais encore une fois, si je vous en expliquais les raisons, vous ne comprendriez point. Poutant, il le faudra bien un jour si je veux trouver ce que suis venu chercher ici...
En attendant, savez-vous jardiner puisque vous êtes si explicite dans vos conseils ? termina-t-il avec une légère ironie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Mer 28 Avr 2010 - 22:13

    - Suis-je fou ? Peut-être bien. Fou d'amour, certainement. Vous n'avez pas idée de la passion qui m'habite depuis de longs mois déjà. Si je vous en expliquez le commencement, cela est sûr, vous seriez encore plus convaincue de mon état. En ce qui concerne mon choix d'être ici, vous vous trompez : je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie. Mais encore une fois, si je vous en expliquais les raisons, vous ne comprendriez point. Poutant, il le faudra bien un jour si je veux trouver ce que suis venu chercher ici...
    En attendant, savez-vous jardiner puisque vous êtes si explicite dans vos conseils ?
    termina-t-il avec une légère ironie.

    Non pas lui ! Pas encore. Pourtant, depuis le début, elle l'avait su. Maintenant les proches des demoiselles ne venaient que pour ça. La Passion, l'amour ! Qu'est-ce qu'ils avaient tous avec ça. Elena était plus que révolté. Toutefois, elle se moquait fistrement de ce personnage, de tous le monde d'ailleurs pour l'aider à trouver soit disant ce qu'il cherchait. Pourtant, elle était bien curieuse de savoir qui été l'heureuse élue. Certainement une amie d'Elisabeth, qu'il aurait rencontrée au parloir et ouï dire de belles paroles à son sujet. En tout cas, tout ceci pouvez valoir un motif de se plaindre à sa Majesté. Elena était née comme ça..enfin, mauvaise et sans scrupule. Alors si il fallait dénoncer et railler l'honneur de ce lieu, elle le ferait avec plaisir, insignifiante à ce qui se produirait.

    - Monsieur joue les grandes paroles ! A la bonne heure, pas besoin de vous montrer sympathique avec moi, dites clairement ce que vous pensez. Ne suis-je pas formidable ? dit-elle aussi ironiquement qu'il l'avait fait, toutefois même si votre comportement me répugne, je veux bien servir une fois dans ma vie un camarade. Je comprendrais que vous ne vouliez point faire affaire avec moi, reprit-elle en souriant malicieuse. Mais comme vous l'avez sans doute compris, car j'espère que vous êtes fou mais guère sot, vous devez savoir comme je suis, rien ne m'échappe ici !

    Reculant de quelques pas, car le jeune homme n'avait pas l'air emballé par sa proposition. Tans pis il râtait quelque chose. Ce n'était pas chose courante, de voir la demoiselle en si bonne éduforme. Le spectacle était à admirer, elle continua laissant flotter sa magnifique voix qui accompagnait ses paroles :

    -Et pour ses jolies parfums, ne vous enfet pas si elle ne sont pas parfaite, c'est régale quand on y plonge, alors peut importe la forme. Pour montrer toute sa fierté, elle ajoutait même si elle n'en pensait un mot. Qui elle était n'avait aucune importance pour la jaune, une d'Escoublanc ? C'était à voir., sachez aussi qu'une personne de mon rang ne travail pas ses beautés de la natures, *Je ne me travail que moi-même, pensa t-elle* pas comme les Jardiniers, moi je me contente de les admirez quand le travail est bien fait ! répondit-elle en ponctuant légèrement ses derniers mots.

    Elle allait enfin partir, un grand soulagement surement pour le jeune homme, quoique perdre une si gentille jaune en sa compagnie fesait terriblement mal. Elle termina :

    -Donc après ses magnifiques compliments, faites-moi signe si vous voulez toujours de mon aide. Ah Oui, peut-être que je suis jeune pour ne pas comprendre, mais moi je ne me suicide pas ou du moins je ne le tente pas. A 16 ans, je sais déjà ce que je veux et ce que je cherche ! Et je ne veux pas dire mais vous n'êtes pas très âgé non plus, vous n'avez pas de raison. D'ailleurs ne dit-on pas : Pour retrouver sa jeunesse, il n'y a qu'à recommencer ses folies. Or vous êtes fou, donc vous êtes tout autant dans la jeunesse. Ce qu'on dit de soi est toujours poésie. On se croit toujours supérieur. Mais qu'est-ce que vous y connaissez à la vie, si ce n'est avoir que quelques années de plus que moi. Deux ou trois années ne signifient rien et l'amour parlez moi de l'amour, elle n'est faite que pour briser les coeurs. Elle est sans espoir, quand on y rentre, on s'y abandonne !

    Elena se souvenait de ses mystères qui forgeait sa vie. Car oui, les apparences sont souvent trompeuses.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Jeu 29 Avr 2010 - 18:20

Près des rosiers où elle avait rencontrée une certaine personne (... xD) Katharina vit un jeune homme dont elle n'avait jamais aperçu la silhouette. Certes, elle n'étais ici que depuis peu de temps, mais le personnel se devait d'entretenir le jardin tous les jours, non ? Il était sûrement nouveau. Avec un ricanement, Katharina imagina sans peine le garçon tout frémissant à l'idée de travailler dans une demeure appartenant au Roi, en compagnie des Colombes. Peut-être même s'imaginait-il pouvoir un jour se faire remarquer de Louis XIV, et être dirigé vers les magnifiques jardins de Versailles. Pauvre naïf, que connaisait-il à la vie ? Quels étaient ses centres d'intêret, à part son salaire et la beauté des Colombes ? Désinteressée du jardinier, l'Autrichienne s'apprêtait à retourner vers les écuries, lorsqu'elle aperçut qu'une autre demoiselle se dirigeait vers le jardinier. Elena. Cette peste échangea quelques mots avec lui, et sans pouvoir entendre leur conversation, Katharina sut qu'elle lui cherchait des noises. A grands pas, la tête haute, elle vint se planter devant les deux jeunes. Elle esquissa une petite révérence devant le jardinier, plus un signe de politesse qu'autre chose, car son rang l'autorisait à l'ignorer, puis elle lança, ses yeux bleus foncés taquins :

- Monsieur ? Pardonnez mon intrusion, je me présente, je suis Katharina, Colombe au service du Roi.
En énonçant ces dires, Kat' eut un soupir. Il ne lui plaisait pas d'être la chose du Roi parmi les autres choses... Passons.


- Alors vous êtes le nouveau jardinier ? Vous devriez vous mettre au travail, et cessez de bavarder ! A moins que ce ne fut cette demoiselle qui vous importune ? Je suis certaine qu'elle n'a daigné se présenter ! Vous avez devant vous la sublime, la merveilleuse Elena !
Ironiquement, elle envoya un clin d'oeil au jardinier, qui maintenant ne lui paraissait pas si antipathique.

- Puis-je savoir de quoi vous parliez ? Je serais ravie de participer à votre conversation !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Jeu 29 Avr 2010 - 18:58

    Alors qu'elle allait s'éloigner pour voir ailleurs. Aucun interessement à rester à côté d'un mur. Mais s'arrêta quand Katharina fit son apparition près d'elle et du jardinier. Elle devait ce faire un plaisir de voir sa camarade et un nouveau venu car elle décréta aussi tôt :

    - Monsieur ? Pardonnez mon intrusion, je me présente, je suis Katharina, Colombe au service du Roi.

    Après le soupir de la belle, Elena ricana. La jaune ne pensait pas un traître mot de ce qu'elle disait, c'était certain. Tous le monde pouvait le deviner sous ses grands airs, elle détestait etre à Saint Louis.
    Elena n'eut pas le temps de répondre à ses petits rires : franchement le Monsieur n'était pas une Dame et puis service service, que sa camarade continua :


    - Alors vous êtes le nouveau jardinier ? Vous devriez vous mettre au travail, et cessez de bavarder ! A moins que ce ne fut cette demoiselle qui vous importune ? Je suis certaine qu'elle n'a daigné se présenter ! Vous avez devant vous la sublime, la merveilleuse Elena !
    - Puis-je savoir de quoi vous parliez ? Je serais ravie de participer à votre conversation !


    Chouette, il y allait avoir de l'action. Son ennemie voulait la titiller pour lui faire comprendre ce qu'elle pensée, d'ailleurs elle venait d'envoyer un petit clin d'oeil discret au jardinier. Bien qu'elle voulut le montrer à Elena, pour ce payer sa tête. Tous ses tons ioroniques lui étaient égals. Et Oui, Elena était une peste en son genre...inutile de s'étaler à ce sujet.
    La demoiselle mit son bras en dessous de sa très chère Kat', comme si elles se connaissaient depuis toujours et qu'elles étaient les meilleures amies qui fuissent au monde et répondit joyeuse donnant des réponses bien que mesquine à la curiosité de la jaune :


    -Oh Ma Chérie, vous avez le don de tout deviner. Mais c'est bien trop de compliments que voilà. Je n'en dirais pas autant à votre sujet, moi-même ! Bref, et bien voyez-vous ma Chère, puisque vous voulez-tout savoir, une nouveau conte de fée va écloire dans cet maison. Ce jeune homme est amoureux d'une jeune colombe mais ignore où elle se trouve à part ici. N'est-ce pas chou. Je lui ai si gentillement proposé mon aide pour retrouver sa bien-aimée mais à votre vue il n'a rien répondu. Vous l'avez certainement effrayé, encore une fois, elle disait tous le contraire de ce qu'au fond d'elle, elle ressentait : du dégout. Elle termina cependant. Ah Oui, il s'en veut d'avoir abimé ses jolis fleurs mais je lui ai dit que ce n'était pas la peine de s'en vouloir car il y avait des personnes comme vous qui adoraient jouer à jeter ses camarades dans ce lit piquant, de ce fait une forme banale suffisait amplement.

    Difficile à déterminé comment réagissait Katharina à la réponse d'Elena.


Dernière édition par Elena le Ven 30 Avr 2010 - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Jeu 29 Avr 2010 - 19:47

William venait de finir sa tirade et espérait ne pas avoir trop bléssé la colombe, il ne voulait pas se faire des ennemies. Mais la colombe ne partageait visiblement pas son opinion car elle répondit :

- Monsieur joue les grandes paroles ! A la bonne heure, pas besoin de vous montrer sympathique avec moi, dites clairement ce que vous pensez. Ne suis-je pas formidable ? Toutefois même si votre comportement me répugne, je veux bien servir une fois dans ma vie un camarade. Je comprendrais que vous ne vouliez point faire affaire avec moi, reprit-elle en souriant malicieuse. Mais comme vous l'avez sans doute compris, car j'espère que vous êtes fou mais guère sot, vous devez savoir comme je suis, rien ne m'échappe ici !

Puis reculant de quelques pas car William avait été très étonné par son acceptation - ce que la colombe avait certainement mal interprété - elle continua :

-Et pour ses jolies fleurs, ne vous en faîtes pas si elles ne sont pas parfaites, c'est régal quand on y plonge, alors peu importe la forme. C'était à voir, sachez aussi qu'une personne de mon rang ne travaille pas ses beautés de la nature, pas comme les Jardiniers, moi je me contente de les admirez quand le travail est bien fait !

Oh ! Mais c'est qu'elle était imbue de sa personne, en plus ! Toutefois, il ne laissa rien paraître de ses pensées. Et puis, il ne comprennait plus rien. Voulait-elle l'aider ou pas ? Mais celle-ci n'en avait toujours pas terminé :

-Donc après ces magnifiques compliments, faites-moi signe si vous voulez toujours de mon aide. Ah Oui, peut-être que je suis jeune pour ne pas comprendre, mais moi je ne me suicide pas ou du moins je ne le tente pas. A 16 ans, je sais déjà ce que je veux et ce que je cherche ! Et je ne veux pas dire mais vous n'êtes pas très âgé non plus, vous n'avez pas de raison. D'ailleurs ne dit-on pas : Pour retrouver sa jeunesse, il n'y a qu'à recommencer ses folies. Or vous êtes fou, donc vous êtes tout autant dans la jeunesse. Ce qu'on dit de soi est toujours poésie. On se croit toujours supérieur. Mais qu'est-ce que vous y connaissez à la vie, si ce n'est avoir que quelques années de plus que moi. Deux ou trois années ne signifient rien et l'amour parlez moi de l'amour, il n'est faite que pour briser les coeurs. Il est sans espoir, quand on y rentre, on s'y abandonne !

Ce à quoi il répondit alors que la colombe amorçait un demi-tour pour partir :

- Attendez une seconde ! Vous ne me laissez même pas vous répondre ! Vous qui avez l'air de tout connaître en l'art de la répartie, vous ne conaissez même pas les rudiments ! Comment voulez-vous gagner à votre "jeu" si vous êtes la seule à participer ?
Bref, il me semble que vous aimez autant les belles paroles que moi puisque vous vous essayez également à la philosophie. Je crains que nous n'ayons plus de points communs que vous ne le souhaiteriez. Sauf sur un point : l'amour. Et oui on y revient toujours, l'être humain est ainsi fait. Vous dîtes que l'amour n'est que contraintes, souffrance et inutilité. Vous vous trompez. Mais ce que je pense surtout, c'est que l'on peut aimer que si l'on s'aime soi-même, ce qui apparement n'est donc pas votre cas. Que diriez-vous si je vous aidais à vous aimer et à aimer en retour en échange de votre aide pour rechercher ma bien-aimée ?


Mais Elena n'eut pas le loisir de répondre car une tierce personne venait d'arriver et dit sans détour :

- Monsieur ? Pardonnez mon intrusion, je me présente, je suis Katharina, Colombe au service du Roi.
Alors vous êtes le nouveau jardinier ? Vous devriez vous mettre au travail, et cessez de bavarder ! A moins que ce ne fut cette demoiselle qui vous importune ? Je suis certaine qu'elle n'a daigné se présenter ! Vous avez devant vous la sublime, la merveilleuse Elena !
Puis-je savoir de quoi vous parliez ? Je serais ravie de participer à votre conversation !


A ces mots, il reconnu alors qu'il ne connaissait même l'idendité de son interlocutrice. Elle s'appellait donc Elena ? Il s'en souviendrait, assurément. D'ailleurs celle-ci était en train de parler, mais perdu dans ses pensées il n'avait rien entendu.
Alors voyant les deux colombes bras dessus, bras dessous, il en conclut qu'elles étaient bonnes amies. Et se doutant que, Elena -donc-, avait dû racconter de quelconques mensonges, il entreprit de racconter ce qi venait de se passer, du mons en partie :


"Ravi de vous rencontrer Katherina, voyez-vous, votre camarade et moi moi-même étions en train de parler de cette chose bien particulière qu'est l'amour. Est-il synonyme de joie ou de souffrance ? Quel est votre avis ?"

[hors Rp : je suis désolé mais on a voulu poster en même temps et du coup le début de mon rp commence sans toi, Katherina. Comme, je l'ai présisé, Elena n'a donc pas eu le temps de me répondre et le fera après. Cela vous convient-il ?]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Jeu 29 Avr 2010 - 20:24

    Oui, Elena avait zappé toutes le récit que le jardinier lui avait dit alors qu'elle s'éloignait, elle ne voulait pas répondre à pareil sottise. Une part de ce qu'il disait pouvait être vrai, or une grande partie était fausse. Il ne l'a connaissait guère et commençait à dire se que ressenter Elena, c'était comme ci il l'a jugé. Comment pouvez t-il le savoir ? Il ne s'avait rien d'elle si ce n'est son comportement point digne. La jeune jaune s'acceptait comme elle était. Comment pouvez t-il dire qu'elle ne s'aimait pas. Elle aimmait ses boucles dorés et ses prunelles bleues. Franchement elle ne voyait pas pourquoi elle devrait se detestait, elle serait morte sinon. Le pire s'est que vu ce qu'il disait il ne connaissait certainement pas le chagrin d'amour, il fallez immédiatement qu'il s'arrête, ça en devenait horrible :

    - Attendez une seconde ! Vous ne me laissez même pas vous répondre ! Vous qui avez l'air de tout connaître en l'art de la répartie, vous ne conaissez même pas les rudiments ! Comment voulez-vous gagner à votre "jeu" si vous êtes la seule à participer ?
    Bref, il me semble que vous aimez autant les belles paroles que moi puisque vous vous essayez également à la philosophie. Je crains que nous n'ayons plus de points communs que vous ne le souhaiteriez. Sauf sur un point : l'amour. Et oui on y revient toujours, l'être humain est ainsi fait. Vous dîtes que l'amour n'est que contraintes, souffrance et inutilité. Vous vous trompez. Mais ce que je pense surtout, c'est que l'on peut aimer que si l'on s'aime soi-même, ce qui apparement n'est donc pas votre cas. Que diriez-vous si je vous aidais à vous aimer et à aimer en retour en échange de votre aide pour rechercher ma bien-aimée ?


    Si-fait, donc après avoir expliqué à Katharina ce qu'ils se disaient, le cuisinier en rajouta une couche et posa une question, encore sur l'Amour. Suffit, Sappristi ! Elena était en désolation, en plus de ça il était vraiment borné ! Elle répondit tous de même à la question destiné à sa camarade en s'esclaffant devant son manque d'information, avoir des amies, elle ? Elena, non, jamais, elle était solitaire :

    "Ravi de vous rencontrer Katherina, voyez-vous, votre camarade et moi moi-même étions en train de parler de cette chose bien particulière qu'est l'amour. Est-il synonyme de joie ou de souffrance ? Quel est votre avis ?"

    -Pour sûr, ma tendre amie se fera un plaisir de vous répondre ! La seule chose que je peux dire, vous avez faux sur toute la ligne. Je n'ai sans doute aucunement besoin de vtre aide en revanche vous avez grandement besoin de la nôtre !


    [T'inquiètes pas c'est grave, ça me convient ! (: ]


Dernière édition par Elena le Ven 30 Avr 2010 - 12:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Jeu 29 Avr 2010 - 20:36

Et Elena répondit :

- Pour sûr, ma tendre amie se fera un plaisir de vous répondre ! La seule chose que je peux dire, vous avez faux sur toute la ligne. Je n'ai sans doute aucunement besoin de votre aide en revanche vous avez grandement besoin de la nôtre !

- Oui, je viens de vous le dire ! Faut-il encore vous le répéter ? Concernant mon aide, et bien tant pis, j'aurais essayer. peut-être qu'à force vous comprendrez... Mais je persiste : on ne peut aimer que si l'on s'aime. Il ne vous reste que deux solutions : soit vous vous aimez, ce qui est bien heureux, et donc vous aimez et comprenez l'amour ; soit vous ne vous aimez point et donc là, il est normal que vous considérait l'amour comme inutile et stupide... A vous d'en tirer les bonnes conclusions. Sur ce, permettez-moi de reporter mon attention sur votre charmante compagne... Vous disiez ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Jeu 29 Avr 2010 - 22:26

    De pire en pire, il jouait les gentlemans, les philosophes, les jardiniers et maintenant professeurs. Reste sous ton statut de jardinier au lieu de prétendre tout savoir, voulait lui dire la demoiselle. Comme Elena n'était pas de grande politesse, franchement à quoi ça servait, et même si celui-ci "voulait reporter toute son attention sur sa charmate compagne...", elle répondit à la moitié de sa tirade qui lui été destiné. Qu'il veuille la faire taire, il pouvait toujours courir, il n'y arriverait pas. La jaune garda son sang-froid même si la rage qui l'animait ne cessé de crépiter en elle, d'ailleurs il n'y avait que ses yeux qui jettaient des regards hostiles avec toute la noirceur que possible alors que ça voix n'échappait aucune répulsion ni malveillance, sa voix restait aussi chantante qu'un rossignol avec quelques touche d'humour par ci par là, la moquerie, il n'y avait que ça que l'on pouvait faire devant le jeune homme, il était tellement drôle :

    - Arrêtez avec votre philosophie qui ne vaux rien ! Taisez-vous plutôt, sinon on va avoir pitié de vous ! Vous vous trouvez peut-être beau ? Ca sa reste à voir ! Sachez que j'aime puisque je m'aime et là à l'instant même j'ai une haine particulière pour un être abjecte qui se trouve en face de moi si vous voulez tous savoir ! Et puis vous êtes qui pour me donner des leçons sur l'amour, alors que vous même vous aimez un fantôme que vous cherchez ! Etes-vous certain qu'elle vous aimeras ? A non attendez, vous allez peut-être me sortir le destin, C'est déjà une ligne toute tracée...

    Voyant le regard de sa voisine elle se tût, sa camarade patientait pour parler, car depuis le début elle ne lui laissait pas le rediment de s'exprimer. Elle n'avait pas terminé de dire à ce prétendu Jardinier-qui tient par la même occasion ne s'était guère présenté lui non plus, juste un : Du Bois Vermail. C'était de famille : tous insensé et extravagant- tout ce qu'elle pensait de lui mais ça serait pour plus tard... Katharina ne prendrait surement pas son partie quoique. De toute les façons, elle ne changerait pas d'opinion, certainement pas !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Sam 1 Mai 2010 - 12:55

[je vais rép' vs inquiétez pas]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Dim 2 Mai 2010 - 16:17

[dsl Kat' niark niark, Eli se ramene hehe]

Eli se promenait avec ses amies bleues, Vic et Maelle, dans le jardin. N'etant pas tres bavarde, elle preferait fermer sa bouche et observer la nature tandis que les deux autres papotaient comme d'habitude. Les papillons, les chants d'oiseau elle adorait tout ca. Soudain, quelque chose de bizarre attira son attention. Quelque chose de connu mais d'inconnu en meme temps. C'etait comme si elle entendait la voix de son frere... Elle allongea le pas, surprenant ses compagnes. Elle sortit du groupe d'arbres dans lequel elles etaient rentrees et la,sa bouche s'ouvrit et ses yeux brillerent de joie.


- Wiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiil !!!!!

hurla-t-elle en prenant sa juppe a deux mains et s'elancant le plus vite qu'elle pouvait. Comme un clin d'oeil elle fut dans les bras du jeune homme de 17 ans qui etait son frere. Des larmes de joie coulaient sur ses joues tandis qu'elle tournoyait dans les airs, Will la serrant par le buste et tournant sur lui meme. Puis il s'arreta et la lacha. Elle s'ecarta un peu pour le contempler. Puis elle remarqua que deux jaunes, Kat' et Elena, la fixaient avec des yeux ronds de stupeur, tandis que Vic et Maelle s'etaient arretées au milieu de leur chemin, la bouche ouverte. Elle eclata de rire et fit :

- C'est... ha ha ! C'est mon... ha ha ha ! C'est mon frere !!!


Et elle rit de plus belle. Elle pirouettait en riant, sa jupe et ses cheveux tournant autour d'elle. Elle se sentait si légere, si joyeuse !

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Dim 2 Mai 2010 - 19:07

Ah ! Elisabeth ! Sa chère soeur l'avait trouvé ! Il était si heureux ! Il ne l'avait pas vu depuis... depuis très longtemps ! A vrai dire, depuis qu'elle s'était enfuie de la maison mais ce n'était pas le moment de lui demander des explications. Et puis, au risque de la blesser, il avait des affaires plus importantes à régler et il allait devoir lui mentir.
Alors, quand ils eurent finis de se tomber dans les bras, il la regarda et dit essayant de paraître le plus sincère possible :


- Ma chère Eli ! Que je suis content de te revoir ! (Au moins cela était vrai) Quand j'ai reçu ta lettre il y a un mois, j'ai été si heureux d'avoir de tes nouvelles que j'ai décidé de venir te retrouver, ici, à St Cyr ! Je me suis fait engagé comme jardinier. Rien de plus facile avec les cours que j'ai reçu quand nous étions enfants. Oh, vraiment, quelle joie !

Il avait dit cela avec tant d'entrain qu'il était sûr que personne ne remarquerait ses yeux devenus humides à cause de devoir mentir à sa soeur adorée. Mais elle avait l'air si convaincu qu'il était venu pour elle ! Il ne pouvait pas la détromper. Et puis, que dirait-elle si elle savait que c'était uniquement pour de beaux yeux rencontrés en rêve ? Elle qui était si pragmatique !

Mais soudain il eut une horrible pensée : il avait parlé à sa soeur sans se soucier des personnes qui l'entouraient. Or Elena, elle, savait qu'il mentait puisqu'il lui avait dit, bêtement d'ailleurs, qu'il était venu ici pour l'amour.
Mais dans quelle situation s'était-il mis ? La personne qui l'aimait le moins ! Pire, celle qui semblait lui vouloir tout le mal possible ! Il fallait absolument lui parler. Tout de suite !

Alors, bredouillant une excuse à peine inaudible, il attrapa le bras d'Elena et l'emmena quelques pas plus loin. Sur ce, il lui chuchota, le regard suppliant :


- Je vous en prie, Elena, ne dîtes plus un mot. Quoique vous ayez compris, tachez de l'oublier. Si cela vous est impossible, vu votre caractère, je fairai tout ce que vous voudrez. En attendant, nous allons rejoindre gentiment ces colombes et parler d'autres choses, compris ?

Sans s'en rendre compte, il avait pris un air menaçant, comme s'il parlait à un homme. Ses yeux lançaient des éclairs. La colombe avait dû s'en appercevoir car elle baissa la tête.

Ils rejoignirent donc le groupe qui les regardait curieusement. Comment allait-il expliquer son comportement ? Il s'apprétait à trouver une piteuse excuse quand une autre colombe prit la parole :
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Dim 2 Mai 2010 - 19:36

Isabeau était de fort méchante humeur ce matin .
Elle était passée à l'infirmerie pour rendre visite à une de ses amies convalescente quand la soeur infirmière lui avait demander d'aller trouver le nouveau jardinier pour lui mander quelques plantes .
Elle marchait donc dans les jardins à la recherche du jardinier .

Quand elle le vit il était entouré d'un groupe de colombes qu'elle connaisait de vue .
Sans faire attention aux autres filles elle s'adressa au jardinier:


-Bonjour Monsieur je viens de la part de la soeur infirmière qui vous demande de lui faire parvenir au plus vite de la jusquiame fraiche ainsi que de la citronnelle et une brassée de millepertuis.
Apporter les lui le plus vite possible c'est très urgent . Merci


Elle allait tourner les talon et repartir d'où elle était venue quand ..
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Dim 2 Mai 2010 - 22:07

- Ma chère Eli ! Que je suis content de te revoir ! (Au moins cela était vrai) Quand j'ai reçu ta lettre il y a un mois, j'ai été si heureux d'avoir de tes nouvelles que j'ai décidé de venir te retrouver, ici, à St Cyr ! Je me suis fait engagé comme jardinier. Rien de plus facile avec les cours que j'ai reçu quand nous étions enfants. Oh, vraiment, quelle joie !

Mensonge, mensonge, mensonge. Le pauvre jeune homme ne voulait point dire à sa soeur dans quelle situation, il était, et que ce n'était guère pour elle qu'il se trouvait ici. Or Elena, elle, elle savait, réfléchissant si elle déballait la vérité à Elisabeth, l'histoire de son frère de suite ou si justement elle attendait pour que cela fasse plus mal. Les faire souffrir tout deux, leur pourir l'existense, ahh ! Que plaisir ! Souriant malicieusement, elle s'appretait à parler en cachant une part de vérité, pour l'instant par egnime. Quand voyant surement la manigance, la jardinier lacha sa soeur et après quelque brefs paroles entraina la jaune un peu plus long pour lui dire d'un ton dure, comme un avertissement qui ne fesait aucun effet si ce n'est qu'Elena baissa doucement la tête, cachant une grand sourire ravageure, sans le savoir le jeune homme s'enfonçait de plus en plus. Et ses minuscules éclairs dans les yeux n'y changeaient rien. Il croyait quoi là, Elena ne se laissait pas démonter facilement. D'ailleurs peut-être qu'à cet instant, ce n'était pas elle qui vendait la mèche mais sa compagne, Katharina. Le jeune homme n'avait pas l'air de sans apercevoir. Elena avait maintenant un total pouvoir envers lui, pour son secret :

- Je vous en prie, Elena, ne dîtes plus un mot. Quoique vous ayez compris, tachez de l'oublier. Si cela vous est impossible, vu votre caractère, je fairais tout ce que vous voudrez. En attendant, nous allons rejoindre gentiment ces colombes et parler d'autres choses, compris ?


Jouant toujours sur l'ironie, elle répliqua, en relevant enfin la tête, les yeux brillants et noirs, un éclat malcins y régnait :


-Vous me priez, mais il faut s'agenouiller pour cela Et Moi oublier ? Mais vous rêvez là, je ne suis pas encore vieille à ce que je sache, vous devriez vous même le savoir : je suis trop jeune pour comprendre ! Il ne fallait, certes pas me divulguer t'en d'informer. Je suis parfois tellement sotte que les mots m'en échappent. Mais bon, (prenant un air de pitié en faisant un mou) je veux bien faire une exception puisque vous voudriez bien faire tout pour moi, je vais y reflechir. Je sens que notre "collaboration" va être enrichissante ! Même très, Will enfin William je suppose.(un peu clin d'oeil se reflata dans les yeux de son interlocuteur.)

Il allait plus que souffrir, Elena n'avait que des idées de tyrannies... Il ne fallait jamais lui faire confiance. Elle n'eut pas le temps de réfléchir plus longuement.. q'une jeune colombe est venu perturber ses douces pensées, s'adressant au Jardinier :

-Bonjour Monsieur je viens de la part de la soeur infirmière qui vous demande de lui faire parvenir au plus vite de la jusquiame fraiche ainsi que de la citronnelle et une brassée de millepertuis.
Apporter les lui le plus vite possible c'est très urgent . Merci


- Mademoiselle, s'exclama Elena ce qui fit stoppé..la verte vu ses rubans, elle voulait rajouter une couche sur le compte du jardinier, lui fesant comprendre qu'elle n'était pas facile, et ne se laissait pas manipuler. Elle pouvait toujours avoir mauvaise langue mais ne dirait à propos de le venue de William, ne lui faite pas trop confiance.(secouant la tête) Il ne prendra pas les bonnes plantes ou sinon elles seront toutes abimées et mortes, le pauvre n'a pas la main habile ni verte. Vous devriez les prendre vous même si vous y tenez, ou alors un remède qui ne soigne pas et des morts à Saint Cyr, ce n'est pas mal non plus.(conclut-elle fesant mine de réfléchir)

Continuant son petit discours sur Will, mais s'adressant ensuite à la bleue :


-Oh Elisabeth, votre frère est charmant, il adore dire n'importe quoi, il n'est pas très douée par ailleurs, remarque l'on devrait sans douter c'est surement de famille ! Mais c'est tellement mignon ces retrouvailles, j'en presque larme à l'oeil ! Pathétique ! Le bonheur s'arrête forcément un jour et ce jour est proche...


Elle n'avait rien dit, juste laissait planer le doute...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Lun 3 Mai 2010 - 18:42

[Ouhla, je suis un peu dépassée là.... Bon, déso si la qualité du post est pas terrible, mais on m'a volé ma place ><]

Katharina, son bras fermement coincé contre celui d'Elena, s'apprêtait à répondre, lorsqu'une tornade arriva en hurlant sur eux, et se jeta sur William. Des hurlements et des embrassades, c'en était trop pour notre jeune Autrichienne, qui fit quelques pas en arrière. Il lui sembla reconnaître une bleue, Elisabeth. Elena, quand à elle, resta au milieu des embrassades qui tournèrent court lorsque le jardinier comprit la bourde qu'il venait de faire. Elisabeth était sa soeur. Les liens familiaux étaient fortement prohibés dans l'enceinte de St-Cyr, pour ne pas gêner l'éducation des Colombes. Il pria Elena de tenir sa langue, et Katharina eut un sourire. Il ne la connaissait pas, pas du tout même ! Cette langue de vipère joua au chantage, et la blonde crut lire une lueur de desespoir dans les yeux du jardinier. Et voila qu'une petite s'élançait vers eux, le visage fermé, pretextant un besoin urgent à l'infirmerie. La méchanceté d'Elena se mit en route, et elle dévoila à voix haute le secret qui unissait la Bleue et le Jardinier, tout en déployant ces retrouvailles dégoulinantes d'amour pathétique...
Katharina se rapprocha et tira Elisabeth par le coude, exaspérée, la rapprochant d'elle.

- Il est ennuyeux qu'une Jaune ai à faire la leçon de discrétion à une Bleue. Ne collez pas votre frère comme cela Elisabth, ou bien une maîtresse rappliquera et ce jeune homme sera renvoyé. Et ne prêtez pas oreille à ce que vous raconte Elena.

Katharina prit Elena par le bras, et l'emmena à quelques mêtres de la scène :

- Je ne suis pas rancunière, et je ne tiens pas compte de mes affinités en ce qui concerne la... philosophie.

Le dégout d'Elena pour l'amour cachait surement des blessures secrètes, Kat' était bien placée pour le savoir.

- Je vous suis sur votre vision de l'amour. Mais laissez les en paix, et découvrir par eux-même la souffrance et les pleurs, la vie est assez longue pour cela. Et ce bonheur pathétique comme vous le dîtes, n'est pas le vôtre. Il semblerait d'ailleurs que vous en soyez privée, car faire du mal aux autres vous apporte un plaisir éphémère et passagers, comme l'amour en sortes. je me demande bien pourquoi vôtre coeur est si rance ?!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Lun 3 Mai 2010 - 19:57

[Vous allez tous mourire MOUAHAH :^^]

Ambre marchait, non pas pour prendre l'air mais pour sentir l'air. La différence était de taille. C'était comme comparé la soleil à une bougie. Qu'es ce qui éclairait le plus ? Le jour, c'était forcèment le soleil, la nuit la bougie. Seulement, le jour, personne n'aurait dit le contraire. Ambre, elle, aimait dire le contraire tout en disant la vérité. C'était une question de principe chez elle et ceux qui ne la comprenait pas n'avait pas de chance. Bien sur, la Bleue ne se disait pas qu'ils étaient idiots, ceux qui ne comprenaient pas, elle avait pitié d'eux. Ils n'avaient pas sa chance. Seulement, à Saint-Cyr elle n'avait pitié de personne. Elle n'avait jamais vu une personne se rendre compte qu'ils étaient enfermés et que la mort pouvait être préférable à cette vie d'esclave sous les ordre des maîtresses de Saint-Cyr.

Pour Ambre, tous les élèves, les "colombes" comme on les appellait, étaient des moutons. Ils suivaient le berger, la directrice. En elle-même la directrice n'avait rien de négatif. Mais il fallait voir l'avenir, elle dirigeait cette école, cette prison avec une main de fer. Qu'était son but ? Faire le plus de mariage possible ? Elle était bien partie alors..peu de personnes auraient préfèré le couvent. Mais Ambre le savait, si elle n'avait plus le choix elle rentrerait dans les ordres. Tout sauf le mariage. Obéir à un homme la rendait malade.

Elle marchait donc dans les jardins. Habituellement, elle ne se serait pas arrêter mais deux filles étaient sur son chemin. Deux jaunes. Ambre soupira, elles n'avaient pas l'air de bien s'entendre. Elles venaient de quitter un groupe de personnes qui contenait une bleue et un homme. Qu'es ce qui se passait encore ? Du haut de ses dix-neuf ans Ambre était la plus grande. Elle aurait pu se joindre au groupe mais elel était plutôt solitaire. Elle continua sa roupe usqu'à se retrouver nez à nez avec les deux jaunes.


-Vous pourriez ne pas vous mettre en plein milieu du chemin pour discuter.

Froide comme la glace, Ambre avait arlé. Elle se cachait derrière sa froideur comme chaque être humain. Mais qu'importe. Elle n'avait rien contre l'amour. Elle voulais juste être libre et elle se battait pour cela.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Lun 3 Mai 2010 - 20:14

Katharina n'avait pas l'air de bien comprendre la situation. Selon ses paroles, elle pensait que l'amour dont elle parlait était le lien entre Elisabeth et William. Frère et soeur, certe les maitresses n'appréciaient pas ses mouvements d'amours mais ce n'était pas cela qui tourmentait le jeune homme, au moins il n'avait du soucis à se faire que pour la demoiselle, Elena qui pourrait tout rapporter celon sa guise. Sa compagne répondit à ses arguments décernait à la bleue :

- Il est ennuyeux qu'une Jaune ai à faire la leçon de discrétion à une Bleue. Ne collez pas votre frère comme cela Elisabeth, ou bien une maîtresse rappliquera et ce jeune homme sera renvoyé. Et ne prêtez pas oreille à ce que vous raconte Elena.

Ses paroles firent sourire de plus belle, Elena. Elle était franchement à l'ouest ! Continuant dans son récit mais prenant Elena un peu plus long pour qu'il n'y ait que elle qui l'entende. Et bien, on avait vraiment envie de lui parler.

- Je ne suis pas rancunière, et je ne tiens pas compte de mes affinités en ce qui concerne la... philosophie. Je vous suis sur votre vision de l'amour. Mais laissez les en paix, et découvrir par eux-même la souffrance et les pleurs, la vie est assez longue pour cela. Et ce bonheur pathétique comme vous le dîtes, n'est pas le vôtre. Il semblerait d'ailleurs que vous en soyez privée, car faire du mal aux autres vous apporte un plaisir éphémère et passagers, comme l'amour en sortes. je me demande bien pourquoi vôtre coeur est si rance ?!


Voilà que son ennemie, devenait soudement comme confidente, Elena n'allait certainement pas ce faire soutirer des imformations de sa vie, son passé. Katharina devait apprendre à ce meler de ce qui la regarde et la jaune prit bon à le lui rappeler. Elena ne voulait pas du tout jouer les martyres et répliqua si bien séchement que amusée :

-Ah la Bonheur, première mademoiselle vous vous trompez de chemin. Je n'en ai rien à faire d'Elisabeth et je ne parle pas d'amour frère et soeur. Deuxièmement, il faudriez que vous appreniez à vous occupez de vos affaires. Ne vous tourmentez point pour ma personne, et ne vous posez guère trop de questions. Après tout si vous voulez un al de crâne, faite ce que bon vous semble. Puis-je savoir que me vaux ce brusque changement de comportement, maintenannt vous éprouvez de la sympathie, vous me décevez ma chère !

Brusquement, une bleue, Ambre, qu'Elena avait déjà rencontrait, pas très polie et plutôt grande s'approcha des demoiselles, pour s'exclamait froide comme la glace :

-Vous pourriez ne pas vous mettre en plein milieu du chemin pour discuter.

C'était le défilée, une quantité de colombes venaient au même endroit, pour voir...le nouveau jardinier. Décidément...Elle n'avait pas du tout ça en tête et répliqua sans réfléchir avec un grand sourire :

- Certes que non, désolée de vous decevoir. Mais je peux vous aidez, vous faites juste deux pas sur le côté et vous pouvez passé, n'est pas incroyable ? Au fait, vous, vous pourriez ne pas placer votre grande personne devant nous, voyez-vous, nous ne pouvons plus faire bronzette non plus !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Lun 3 Mai 2010 - 20:45

Le sourire de la jaune avait quelque chose de minable. Cette fille ne vallait pas mieux que les autres. Même bien pire et elle se croyait mieux que tout le monde...Comme un sourire pouavait parler. Ambre sourit à son tour, plus discrètement, plus joliment, plus poliment, un sourire réélle sans faux-semblants. Elle pouvait bien se croire se qu'elle voulait, Ambre savait ce qu'elle était ce qui résument en un mot : rien. Elle n'était rien et elle essayait de se faire une place. Elle ne s'y prenait pas de la bonne façon. Tout d'un coup Ambre se rappella. Elles c'étaient déjà rencontrées. C'était cette fille qui ne voulait pas dire son nom comme quoi ça ne la regardait pas. Seulement elle ne comprenait pas. En refusant de donner son nom, elle se refusait à être une personne, elle montrait à quel point elle avait honte de elle-même. Elle refusait sa personnalité, c'était comme si elle ne reniait elle-même. C'était une chose horrible et elle ne devait pas connaître l'empleur de son acte.

- Certes que non, désolée de vous decevoir. Mais je peux vous aidez, vous faites juste deux pas sur le côté et vous pouvez passé, n'est pas incroyable ? Au fait, vous, vous pourriez ne pas placer votre grande personne devant nous, voyez-vous, nous ne pouvons plus faire bronzette non plus !

Elle se prenait véritablement pour ce qu'elle n'était pas. C'était une grossière erreur mais elle n'accepterait sans doute pas de commentaire. Ambre se surprit à rire. Un petit rire certes mais un rire tout de même.

-Ne vous donnez pas des airs que vous n'avez pas.

Elle était toujours aussi froide, par habitude sans doute. Ambre Serana, elle était et elle serait. Que ses parents la renient, que ses amis la maudissent elle serait elle-meême et elle n'en avait pas honte pas comme la jaune. La petite ne pouvait pas comprendre, c'était trop compliqué, trop complexe pour son esprit obtus. C'était une erreu d'avoir l'esprit fermé, Ambre l'avait elle-aussi mais, au moins, elle savait que c'était une erreur.

-Vous n'arriverez jamais à être ce que vous voulez, vous serez ce que vous êtes, rien de plus parce que c'est déjà bien assez.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Lun 3 Mai 2010 - 20:55

Oh là là, ces colombes ! Il ne se les imaginait pas si... méchantes... Peut-être, cela était-ce dû à l'enfermement... Quoique il en soit Elena ne perdait rien pour attendre. Elle voulait le faire chanter ? Soit mais elle perdrait vite à ce jeu là ! Avec toutes les manigances et les coups qu'elle faisait ! Sans compter les bétises. Il trouverait toujours quelque chose à révéler à la directrice tant il y en avait. Mais la question n'était plus là. Il devait se rendre à l'infirmerie avec les herbes demandées. Il avait bon espoir car cela voulait dire qu'il allait rencontrer d'autres colombes et pourquoi pas celle dont il rêvait tant... Alors, tout en s'excusant une fois de plus auprès de sa soeur, il se dirigea vers l'infirmerie, discutant gentiment avec Isabeau*. Et c'est à peine s'il remarqua Elena se bagarrant une fois de plus avec d'autres colombes...

[voilà, fini pour moi. Suite à l'infirmerie donc... Continuer à vous chamailler si vous aimez tant ça, lol)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   Mer 5 Mai 2010 - 22:13

Vic se promenait dans les jardins avec Maëlle et Eli quand cette dernière se mit à courir elle se demanda si elle n'était pas devenue folle!!Mais quand elle la vit se jeter dans les bras d'un jeune garçon(apparement le nouveau jardinier)elle se crut bonne pour emmener son amie à l'asile!!Jusqu'au moment ou Eli se mit à crier:- C'est... ha ha ! C'est mon... ha ha ha ! C'est mon frere !!!
Vic s'aperçu de la présence de 2 jaunes et s'exclama:Tu ne nous avait jamais dit que tu avais un frère!!qu'est ce que c'est que ce chantier??!!!
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'inconnue aux yeux verts...   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'inconnue aux yeux verts...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr) :: Extérieurs :: Jardin-
Sauter vers: