Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr)

Forum RPG au temps de Louis XVI, dans la Maison Royale de Saint Cyr à la veille de la Révolution Française.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Scrounch ! "Mangez des taupes !" Souvenirs... <3 (by Hed)

Partagez | 
 

 Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]   Jeu 11 Mar 2010 - 19:48

Katharina adressa un sourire charmeur au cocher de la petite carrosse royale qui s'éloignait, tandis que celui lui répondait par un salut de la main.
* Mignon, pensa-t-elle, quoique surement trop naïf !*
Elle lissa sa jupe de soie bleue claire, et redressa son buste, engoncé dans son bustier blanc. Elle vanait tout juste de ressortir du bureau de la directrice, une personne qui lui avait paru point trop sévère, même peut-être agréable, mais elle le savait mieux que personne : les apparences sont milles fois trompeuses !
Elle été donc repartie donner l'ordre au cocher de rentrer à Versailles, avec une missive de Mme Hedripha pour le Roi, attestant que Mlle De May était bien arrivée.
Elle y était donc, ce n'était pas un rêve, pas un cauchemar. La blonde soupira, et sentit son coeur se serrer, comme prisonnier d'une cage. Mais c'était toujours mieux que la Bastille... après ce qu'elle avait fait, bon nombre de jeune filles issues du monde noble y aurait séjourné pendant un certain moment.
Mais ne revenons pas la dessus. Il était temps de se tourner vers l'avenir. En l'occurrence, de se détourner de la grille fermée de St-Cyr, et d'avancer dans les jardins.
Katharina fit tournoyer son ombrelle, se demandant si elle devrait plus être gentille pour manipuler les saintes nitouche en apprentissage ici, ou bien laisser libre cours à ses humeurs et faire régner sa loi... Un peu des deux ne la mettrai pas en trop mauvaise posture, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]   Ven 12 Mar 2010 - 20:11

Sa y est. Elle y était, comme bon nombre de filles, Elena venait de faire son entrée à Saint Cyr. Pourquoi ? Parce qu'elle était seule, et jeune. Ah la jeunesse, c'est ce qui fesait un grand défaut des demoiselles de cette maison. Et que Mme La Reine avait estimée plus convenable, de la mettre à Saint Cyr, de l'enfermer Oui ! Elena était malheureuse mais surtout pleine de rage. Elle aimait la liberté et ne cesserais de le clamer. Ne laisserais aucune chance aux jeunes filles de Saint Cyr. Il ne fallait point la chercher pour la trouver. Devant, ce grand portail, elle marchait au ralentit, attendant peut-être un miracle. Mais non, ce n'était pas un rêve et le sol ne s'évapora pas non plus. L'espoir fait vivre ! Il fallait qu'elle s'enlève ses idées de la tête. Sinon, elle ne tiendrait pas longtemps, 5 ans c'est long quand on ne surporte pas d'être entre des murs. C'est vrai, elle avouait, elle avait eu comme pensée, de devenir insupportable au point de se faire renvoyer, mais s'était déshonoré sa famille. Pourtant, elle garderais un sale caractère dans cette maison. Elena soupira, valise à la main, après être allée voir La Directrice, où elle n'avait guère montrer une grande joie à rentrer à Saint Louis, elle avait eu pour classe : les jaunes. Ne sachant point qui étaient ses camarades, elle avait fait signe qu'elle se débrouillerait seule pour trouver son dortoir. Hélas, quand elle rentra dans le parc, elle découvrit un immense batiment auquel ses yeux azurs n'avait point fait attention auparavant. Ne voulant surtout pas aller chercher une maîtresse ou quelconque personnage, elle avait décidé de trouver inviduellement sans personne, ses fenêtres lui disaient le contraire et rentrer dans chaques pièces ne l'enchantait et ne l'amusait guère non plus. Il fallait qu'elle l'admette et s'y résoude, demander son chemin à au moins une demoiselle. Peut-être saura t'elle la seule conversation qu'elle puisse avoir avec une personne, si on lui répondait. Mais avec son visage, la jeune fille y était forcément contraint. Par chance, elle découvrit non loin, un damoiselle, pas plus grande qu'elle, éventail à la main, elle semblait pensait en souriant. Au moins une, songa la jaune. Elle ne portait rien à la main, si ce n'est cette éventail, qu'elle agitait fréquamment par cette faible chaleur. Peut-être était-elle là depuis plusieurs jours. De toute les façons Mlle d'Escanbourt n'avait pas le choix, s'avançant vers la jeune fille, toujours avec sa valise pleine et lourde. Elle commença à parler quand elle arriva à sa hauteur d'un ton neutre :

-Excusez-moi de vous importunez, Mademoiselle, mais savez-vous où se trouve le dortoir des jaunes ?

La jeune fille la regarda d'abord, étonnée qu'on lui ai parlé puis un éclat de malice au yeux ouvrit la bouche. La jaune craignait le pire, ses yeux ne lui disait rien de bon qui vaillent, mais ne se renfrogna point, elle serait prête à répliquer. Il fallait qu'elle montre qu'on ne devait pas lui marcher sur les pieds, loin de là.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]   Ven 12 Mar 2010 - 20:24

Une jeune fille, valise à la main, s'approcha d'elle par petits bouts de chemins, hésitant un peu, tournant en rond, puis se décida enfin. Arrivée à sa hauteur, elle la fixa droit dans les yeux, et la questionna, d'une voix plate et lasse :

-Excusez-moi de vous importunez, Mademoiselle, mais savez-vous où se trouve le dortoir des jaunes ?

Avec sa bouche en coeur, ses pommettes hautes et ses cheveux soyeux, Katharina sentit en elle un rivale pleine de fraîcheur. C'était ainsi, depuis "l'évènement" qui l'avait poussé à se rendre, elle ne cessait de jauger chaque demoiselle. La laissant attendre quelques instants, Katharina regarda la fille avec ses yeux de chat, tout en agitant son éventail. Puis elle répondit en prenant une voix trainante et désinteressée :

- Mmm... les Jaunes. Cela me dit quelque chose... Ah oui, suis-je sotte, Madame la Directrice vient de m'y placer ! Eh bien, figurez vous ma belle, que je viens d'arriver ! Vous auriez du faire comme moi, poser votre valise dans le hall voyons.

Puis, à voix faussement basse :

- Ah la la, ces filles qui jouent les originales !

Une irrésistible envie de titiller les nerfs de la blonde la démangeait, un peu pour son plaisir, un peu pour se venger de se trouver dans cette confortable prison. C'était injuste, certes. Mais très Katharinéen.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]   Sam 13 Mar 2010 - 0:14

- Mmm... les Jaunes. Cela me dit quelque chose... Ah oui, suis-je sotte, Madame la Directrice vient de m'y placer ! Eh bien, figurez vous ma belle, que je viens d'arriver ! Vous auriez du faire comme moi, poser votre valise dans le hall voyons.

Puis, à voix faussement basse :

- Ah la la, ces filles qui jouent les originales !

Elena avait presque envie de rire. Cette jeune avait tellement raison qu'elle ne put s'empêcher de répliquer :

-Oui, vous avez raison, celles qui sorte leur éventail à deux francs prétexant une chaleur, quel ridicule !

La phrase de la blonde auparavant ne l'avait point émoustillée, au contraire, franchement amusée, se retenant de se commentaire quelques minutes plus tôt, elle avait pû pourtant l'exprimer à sa camrade. Elene savait maintenant qu'elle sortirait toujours ses griffes et son venin, en fut presque ravie. C'était sûr, elle accumulerait les rencontres avec la directrice. Faire du mal , lui plaisait, après pourquoi ? allez savoir...
Ne sachant si la jaune avait appréciait ou non, elle continua :


-Bon, voulez-vous m'accompagnez, j'aurais peur que vous vous perdiez, petite sotte ?

Elle ne commençait franchement pas bien l'année, mais rien de telle que de faire le pleins pour être en forme, alors autant se divertir. Ses sombres pensaient été parties. Elena regarda le jeune fille avec un sourire taquin...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]   Lun 15 Mar 2010 - 18:43

A peine eut-elle lancé sa pique que l'autre répliqua aussi sec, avec une lueur de méchanceté dans le regard :

-Oui, vous avez raison, celles qui sorte leur éventail à deux francs prétexant une chaleur, quel ridicule !

Evidemment, c'était un sous entendu très personnel pour répondre à Aliona. Oeil pour oeil, dent pour dent. Mais la voila qui, avec un sourire, continuait :


-Bon, voulez-vous m'accompagnez, j'aurais peur que vous vous perdiez, petite sotte ?

Comment ? Comment osait-elle ? L'envie de la gifler la prit, mais Katharina se retint, bien que son allongée de bras soit plutôt forte, et elle préféra se contenter d'un petit rire de gorge.
Cette fille, en face d'elle, réveillait son côté masculin. Une rivale, voila ce qu'elle serait ! Elle n'avait pas encore compris à quel point Katharina pouvait être... sévère ?
Tant pis pour elle ! Jamais Katharina n'aurait pensé méprisé quelqu'un à St-Cyr, peut-être pas les chouchouter, juste laisser chaque pensionnaire à sa place et leur honneur sauf, mais elle allait peut-être devoir redevenir sur sa décision.
Cette grande cruche jouait la fine bouche, mais avec moins de subtilité, de classe et plus de méchanceté pure que la belle Autrichienne.
C'est pourquoi Katharina tordit sa petite bouche fraise, et la prit par le bras.

- Venez, je pense que si l'on suit toutes deux ce chemin, nous finirons bien par arriver quelque part... quitte à revenir au point de départ, cela nous fera de jolis gambettes !


Puis, passant devant un bosquet de roses fourni, Katharina s'arrêta pour s'extasier :

- Oh diantre ! Avez-vous vu ces roses orangé ? Elles sont sublimes non ? Enfin... pas autant que vous mijaurée égoïste et bien trop fière.

Et d'un grand mouvement de bras, elle poussa la nouvelle arrivée vers les fleurs qui tendaient déja, affamées, leurs épines pointues vers le beau tissu de la surement très chère robe.
Katharina, les sourcils froncés, les yeux brillants d'une lueur inquiétante, celle que ses yeux avaient lorsqu'elle avait compris les trahisons de sa mère et de.... bref.

- La petite sotte pourra peut-être t'apprendre à replacer ta fierté ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]   Lun 15 Mar 2010 - 20:58

La jaune n'avait pas l'air d'apprécier les ramarques d'Elena. C'est pourquoi Katharina tordit sa petite bouche fraise, et la prit par le bras.

- Venez, je pense que si l'on suit toutes deux ce chemin, nous finirons bien par arriver quelque part... quitte à revenir au point de départ, cela nous fera de jolis gambettes !


Puis, passant devant un bosquet de roses fourni, Katharina s'arrêta pour s'extasier :

- Oh diantre ! Avez-vous vu ces roses orangé ? Elles sont sublimes non ? Enfin... pas autant que vous mijaurée égoïste et bien trop fière.

Elena, égoîste et fière mais c'est l'hopital qui se moque de la charité, et ce qui suivit le prouvait vraiment...Et d'un grand mouvement de bras, Katharina poussa la nouvelle arrivée vers les fleurs qui tendaient déja, affamées, leurs épines pointues vers le beau tissu de la surement très chère robe.
Katharina, les sourcils froncés, les yeux brillants d'une lueur inquiétante. Pourquoi cette inquiètude ? Elle était surement contente de son geste. Elena eut un malin plaisir à comprendre qu'elle repensait à autre chose. Mlle d'Escoublanc savait que si son caractère était vraiment comme elle le pensait, elle allait forcement se venger.


- La petite sotte pourra peut-être t'apprendre à replacer ta fierté ?

Elena n'avait pas de fierté, elle n'était pas comme les autres colombes, petite fille pourrie gâtée malgré sa belle enfance et ses habits qui pouvait le faire croire. Mais L'inconnue devait savoir comment était les apparences ! Et puis la jaune ne connaissait pas sa vie, elle ne devait pas la juger sur ce plan, c'est pour cela qu' Elena répliqua :

- Merci, demoiselle de m'avoir fait goûter ses magnifiques senteurs !

Puis montrant qu'elle ne resterait pas comme ça, elle continua en la poussant elle aussi vers les beaux rosiers :

-Tenez, tenez allez sentir ce parfums, et surtout ses épines si pointue.

Les habits d'Elena étaient déchirés mais qu'en avait-elle à faire de ne pas plaire, cela était encore mieux pour faire plaindre la Directrice, cette jaune qui au passage se retrouvait en un un peu moins piteux état, parce qu'elle avait contrait le geste d'Elena, mais tout de même, venait de lui rendre un grand service. Et ne devait surement pas le savoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]   Mar 16 Mar 2010 - 18:25

La méchante demoiselle se releva tant bien que mal, puis attrapa à son tour Katharina, et la poussa vers les fleurs, en précisant :

- Merci, demoiselle de m'avoir fait goûter ses magnifiques senteurs ! Tenez, tenez allez sentir ce parfums, et surtout ses épines si pointue.


Katharina ne s'attendait pas à cette réaction, pensant que l'originale ne se donnait que des airs, et qu'une fois ses beaux habits déchirés, elle se mettrait à pleurer, comme toute bonne petite fille.
Mais il fallait croire que celle-ci avait la peau dure, ce qui l'étonna en la séduisant d'un autre côté. Car maintenant, cette jolie blonde, oui il fallait bien l'avouer, elle était une magnifique créature, et elle-même, seraient ennemies, pour qui "dirigerait" les Jaunes, si ce n'est pas St-Cyr tout entier. Il fallait juste attendre de connaître les Bleues.
Katharina, qui jamais ne sous-estimait ses adversaires, reconnaissait que le labeur serait dur. Mais l'Autrichienne ne devait pas se laisser abattre, elle ne l'avait jamais fait devant personne.
D'un coup de jambes, elle se retourna aisement sur le chemin, fit une petite courbette à l'autre, en lui déclamant :


- Très bien. Puisque vous me l'avez si bien demandé, nous serons rivales. Mais laissez moi vous apprendre quelque chose ma jolie, vous qui vous prenez pour la Reine, avec vos airs prétentieux : la beauté extérieure se fane, la beauté intérieure se cultive. Et la vôtre semble n'être pour le moment qu'un champs de mauvaises herbes !

Cette jolie leçon lui venait de sa bien aimée soeur, enfermée désormais dans un couvent. Cette pensée lui tira les larmes au yeux, c'est pourquoi elle fit volte face, et de son pas léger, elle s'éloigna, non sans lancer :

- Au fait, Schön [belle], le nom de celle qui hantera tes cauchemars, c'est Katharina. Et ne m'appelle pas Kat !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]   Mer 31 Mar 2010 - 17:07

- Très bien. Puisque vous me l'avez si bien demandé, nous serons rivales. Mais laissez moi vous apprendre quelque chose ma jolie, vous qui vous prenez pour la Reine, avec vos airs prétentieux : la beauté extérieure se fane, la beauté intérieure se cultive. Et la vôtre semble n'être pour le moment qu'un champs de mauvaises herbes !

- Au fait, Schön [belle], le nom de celle qui hantera tes cauchemars, c'est Katharina. Et ne m'appelle pas Kat !

Après les paroles de la jaune, Elena qui n'avait pour le moins pas changé de pensées fut toujours autant impassible. Katharina ne lui fesait pas peur et pour le moment celle-ci n'hanterait point du tout son esprit malgré son esperance, elle s'exclama alors :

-Hélas, Chère Kat', ce si jolie surnom dont elle avait interdiction d'utiliser, le serait comme même, puisque elles étaient ennemies dès le premier jour autant continuer, avez-vous peut-être raison...

L'air mélancolique mais pleine d'ironie, elle continua toujours presque à pleurer sur l'épaule de sa camarade :

-Vous me chagrinez au si au point, moi qui ai fait des cours de botaniques, je sais maintenant que je ne suis toujours point habile. Mais heureusement que vous ne m'épargnez guère votre amitié, vous pourriez m'apprendre...

Jouant la comédie, éclats dans ses yeux, elle releva la tête et dit plus dure :

-..Mais j'ai peur que vous n'en sachiez pas moins, vous venez vous même d'abimer ce jolie rosier ! Ô Kat, Kat, Kat lamentez-nous sur notre sort, vous êtes déjà sotte mais là alors... Qu'allons-nous faire de nous, je m'inquiètes plutôt pour vous, vous me direz ma chère !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]   Ven 2 Avr 2010 - 18:21

Evidemment, cette peste l'appela par ce surnom, ce surnom... qu"ils" utilisaient... mais bien sur Katahrina savait qu'elle allait le faire, elle voulait entendre ce mot dans sa bouche, pour essayer de s'habituer...
Car c'était tellement dur... quitter les plus belles personnes pour se retrouver à jouer à "pousse-moi, pousse-toi" dans les fleurs....
Tandis qu'elle se perdait, mélancolique, dans ses pensées les plus intimes, l'autre garce enchaina, prenant de faux airs théâtrals pour plaindre ce "pauuuvre rosiiier !", puis se lamentant sur leurs sorts malheureux...
La blonde joua sa dernière carte, provocante :

- Les Enfers m'attendent depuis bien longtemps, ma petite sucrée !


Hélas, oui surement... certains pêchés l'avaient rattrapés ! Puis, alors qu'elle faisait demi-tour, se dirigeant vers une porte qu'elle apercevait au loin, tout en jouant avec son petit éventail coloré, elle lança :

- A bientôt Schön ! J'ai beaucoup apprécié votre inutile numéro de petite fille frustrée !

Et elle tourna définitivement les talons loin de la peste qui lui avait fait remonté "ces" douloureux souvenirs...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sous son ombrelle, Jolie Rebelle [Elena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr) :: Extérieurs :: Jardin-
Sauter vers: