Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr)

Forum RPG au temps de Louis XVI, dans la Maison Royale de Saint Cyr à la veille de la Révolution Française.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Scrounch ! "Mangez des taupes !" Souvenirs... <3 (by Hed)

Partagez | 
 

 Oublier tout...Repartir à zéro ![PV Adèle P.de Rembraut]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Oublier tout...Repartir à zéro ![PV Adèle P.de Rembraut]   Dim 13 Mai 2012 - 16:46

Delphine descendit de la diligence .Le cocher était si las du voyage qu'il ne daigna pas de l'aider.
De toute façon ,elle détestait être servie et elle pouvait descendre d'un arbre sans problème.
L' homme d'écurie lui tendit son léger bagage et partit sans même la saluer.
Delphine,elle ,resta un moment impassible et rêveuse.Puis,la jeune adolescente avança lentement,à petits pas serrés qu'elle calculait avec attention.
On l'avait ,elle aussi forcée à se rendre à Saint-Cyr.Le très réputé internat pour jeunes demoiselles nobles désargentées.
Son père était veuf maintenant .C'était surtout par désespoir qu'il avait envoyée là-bas.Il était le Duc de Vallon -Pont d'arc. Ah,le malheureux Duc Samuel Courvoisier ! Sans son adorable Cécile,il n'était rien.
Delphine avait toujours voulu vivre une passion si profonde telle une flamme que l'on entretient.D'ailleurs,la jeune fille aux yeux malicieux et bridés et au sourire farceur assorti à ses longs cheveux d'ébènes opérait un charme fou sur les garçons.Mais ,de tous,celui qu'elle avait réellement aimé se nommait Théodore.C'était le jeune jardinier de la famille et elle avait été déchirée de devoir le quitter .De plus,dans sa région,il faisait toujours soleil et le mistral tiède soufflait à son plus grand bonheur.
Elle leva les yeux pour découvrir dans quel pétrin elle était.Ici ,pas de soleil chaud ,ni de mistral.Le ciel était nuageux et il régnait un calme oppressant. Elle qui ne supportait pas le silence,elle allait être servie ! Devant elle se trouvait une sorte de grand château blanc qui avait sans doutes perdu de son éclat d'antan.
Il n'y avait personne dans cette allée pour l’accueillir.Nul âme qui vive ,rien.Elle avança encore en écoutant,dans ce silence de plomb et cette atmosphère lourde ,les graviers crisser sous ses souliers à boucles.
Elle atteignait presque la grille du pensionnat.Elle poussa alors un dernier soupir en regardant en arrière:

-Chère liberté ...Tu vas me manquer.Mais je ne te dis pas adieu;je gagnerai toujours d'une manière ou d'une autre.Enfin,c'est toujours mieux que le couvent!

Elle ne pensait pas si bien dire.A ce moment ,un second carrosse arriva et une autre nouvelle en descendit .Elle devait être un peu plus âgée que Delphine.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oublier tout...Repartir à zéro ![PV Adèle P.de Rembraut]   Dim 13 Mai 2012 - 19:26

    Le voyage avait été bien long pour Adèle. Rester assise pendant de longues heures, dans une calèche qui vous secouait de toutes parts, sentant la poussière vous chatouiller le nez, voletant autour de vous, telles des mouches insistantes, vous piquant les yeux méchamment, comme pour ce venger d’une faute inconnue, et voyant, au fil du temps, votre robe agripper tous les petits grains, devenant grisâtre et poussiéreuse, chose si mal vue à la cour, non, c’était bien trop pour la jeune femme. Enfin, ce n’était pas vraiment pour ces petits contretemps qu’Adèle soupirait sans cesse. Non, le destin de sa robe l’intéressait peu, et sentir son petit la piquer ne la gênait pas tant que cela. Non, ce qui l’agaçait plus que tout, c’était de ne pas pouvoir bouger, de ne pas pouvoir gambader dans l’herbe verte, de ne pas pouvoir s’allonger, détendre ses jambes, sentir le vent frais dans ses cheveux. Non, il fallait qu’elle reste dans cette calèche, enfermée, dans la sombre lumière, alors que partout autour d’elle, les gens vivaient. Oui, partout autour d’elle, la vie continuait, avançait, entamait son long et éternel chemin, ne l’attendant pas. Tant de temps perdue pour si peu ! Heureusement que Versailles n’était point trop loin de Saint Cyr, sinon Adèle n’aurait pas pu tenir. Bon nombre de fois, elle avait soulevé le rideau de velours rouge qui cachait la fenêtre, pour pouvoir voir l’extérieur, pour voir quelque chose qui la ramènerait au monde, mais elle ne voyait que de la poussière, qui tourbillonnait comme un minuscule ouragan, s’infiltrant témérairement dans la calèche. Alors, elle rebaissait le rideau et se réinstallait sur son siège. Elle aurait bien aimé parler à quelqu’un, jouer avec quelqu’un, rire, faire quelque chose… Mais la seule présence humaine des alentours était son père, assit sur à la place du cocher, fouettant sauvagement les chevaux. Adèle soupira, et posa ses pieds sur la banquette en face d’elle. Elle s’ennuyait terriblement !
    Elle était en train de compter ses doigts quand la calèche ralentit, pour finalement s’immobiliser totalement. Adèle ouvrit grandement la porte, relevant la tête, laissant la douce lumière l’envelopper, la réchauffer, l’englober magnifiquement. Elle sauta à pieds joints par terre, sans attendre que son père sorte les marches, et gambada autour de la calèche. Ses pauvres jambes étaient toutes engourdies, si bien que la jeune femme ne les sentaient presque plus. Cela la faisait rire, elle était heureuse. Heureuse d’être arrivée, de marcher, heureuse de rire, de vivre. Heureuse quoi. Son père descendit lui aussi, beaucoup moins agilement que sa fille, et en la voyant s’amuser d’un rien, soupira. Il en voulait un peu à cette fille, qui lui avait piqué sa femme, son bonheur insouciant, son argent aussi. Il s’avait quand la laissant ici, il trahissait un peu sa femme, il s’avait quand la laissant ici, il lui brisait le cœur. Mais il espérait aussi pouvoir reprendre sa vie d’avant, avant elle, Adèle. Il espérait revoir sa femme sourire en le voyant, juste lui, pas elle, Adèle. Il espérait que toute l’attention soi de nouveau tourner vers lui, pas vers elle, Adèle. Il espérait, peut-être un peu trop. Mais si la vie ne redevenait pas comme avant, peut être serait-elle moins pénible ? Laisser cette petite idiote ne pouvait qu’être bénéfique, il en était convaincu.
    Grégoire, agacé de voir Adèle tourner et rire autour de lui fronça les sourcils, prit sa grosse voix et dit :
    « Il suffit demoiselle, calmez-vous ! »
    Adèle s’arrêta immédiatement et vint se tenir bien droite devant lui, comme un soldat attendant les ordres de son colonel. L’homme sourit. Adèle, comme quand elle était petite fille, avait toujours eu peur de sa grosse voix d’ours et de son regard perçant. Avec dix années de plus, cela marchait tout autant. Voir sa fille légèrement paniquée en attente d’une sanction, voilà la seule chose qui va lui manquer. Bon, allez, le temps était venu de la séparation. Il mit sa main sur l’épaule de sa fille, prit un air solennelle, se racla la gorge et commença son discourt, un discourt qu’il voulait ferme et fier, reste à savoir que si c’est comme cela que l’a pris Adèle.
    « Fille, il est temps pour nous de nous séparer. Soyez bien sûre que je ne vous oublierais point, et que ce moment n’est pas facile pour moi, seulement, il faut que vous deveniez une femme, une vraie. Cette décision, je l’ai prise pour vous, Adèle, et elle m’a coûté. Prenez soin de vous, et soyez sage. » Sur ce, il remonta en grimaçant sur la calèche, fit un signe envers sa fille, fouetta les chevaux et partit. Adèle agita son bras, jusqu’à ne plus entendre les sabots des chevaux marteler le pavé. Elle n’était pas trop triste de quitter son père. Pas qu’elle le détestait, loin de là, mais l’excitation de sa nouvelle vie était bien plus forte que tous les autre sentiments qu’elle aurait pu ressentir à ce moment. Elle se retourna gaiment, faisant valser le bas de sa robe. Relevant la tête, Adèle admira l’édifice qu’il s’élevait fièrement devant elle. Gris et sombre, il ne donnait pas une très bonne impression, mais cela ne découragea nullement la jeune fille qui sourit de plus belle. Elle s’avança vers la porte d’entrée, et là vit qu’une autre jeune fille venait juste d’arrivée, certainement quelques minutes avant elle. Elle courut jusqu’à, et arrivé à sa hauteur l’examina attentivement. Elle devait certainement avoir quelques années de moins qu’elle, et était assez jolie. D’emblée, la demoiselle plut à Adèle. Elle ne saurait dire pourquoi, ni quoi exactement, mais elle lui avait fait une bonne impression. Sautillant sur place d’excitation, elle lui sourit et dit gaiement, comme à son habitude :
    « Bonjour ! Moi c’est Adèle, Adèle de Rembrault. Je viens de Versailles. Tu connais Versailles ?
    Sans attendre de réponse, Adèle continua : J’ai 17 ans. Je suis nouvelle à Saint Cyr, comme toi non ? Je suis tellement excitée d’être ici. Je trouve ça merveilleux, pas toi ? Moi si ! » Elle soupira joyeusement, regardant l’immense bâtiment les yeux pétillants, sans vraiment écouter la réponse de l’autre jeune fille.


Dernière édition par Adèle P. de Rembrault le Ven 25 Mai 2012 - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oublier tout...Repartir à zéro ![PV Adèle P.de Rembraut]   Lun 14 Mai 2012 - 19:57

Delphine dévisagea la jeune fille qui s'avançait maintenant vers elle.Elle avait de longs cheveux noisettes attachés simplement ,des yeux rieurs et un sourire malicieusement optimiste .La jolie demoiselle Courvoisier lui sourit à son tour .
La joie que cette nouvelle se faisait d'entrer dans ce pensionnat terriblement pieux et sage lui rendait courage.Ainsi ,elle n'était plus seule !
La jeune Duchesse de Vallon -Pont d'arc remit ,d'un geste gracieux sans être précieux ,une mèche qui dépassait de sa coiffe.Elle avait vêtu une robe de voyage évasée, d'un bleu - gris indéfinissable et posé sur ses cheveux en bataille un chapeau de paille retenu par un ruban turquoise .Elle aimait beaucoup la simplicité et la sobriété dans ses tenue.
La fille s'approcha d'elle et débita à toute vitesse ,sans attendre que Delphine lui réponde :

« Bonjour ! Moi c’est Adèle, Adèle de Rembrault. Je viens de Versailles. Tu connais Versailles ? J’ai 17 ans. Je suis nouvelle à Saint Cyr, comme toi non ? Je suis tellement excitée d’être ici. Je trouve ça merveilleux, pas toi ? Moi si ! »

Delphine Courvoisier éclata d'un rire cristallin et amical.Quel dynamite ,cette Adèle!
Celle -ci la regardait d'ailleurs amusée d'avoir réussit à amuser sa compagne.

"J'ai nom Delphine Courvoisier et je dois t'avouer que je sais à peine ce qu' il y a à Versailles.A vrai dire ,je m'en contrefiche .Je suis arrivée aujourd'hui également et je ne me réjouis point trop à l'idée d'être privée de mes soeurs,de ma liberté et ....De mon ....Du garçon qui me tient à coeur .Dans quelle classe rentres-tu ?J'ai 15 ans à peine..."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Oublier tout...Repartir à zéro ![PV Adèle P.de Rembraut]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oublier tout...Repartir à zéro ![PV Adèle P.de Rembraut]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr) :: Extérieurs :: Jardin-
Sauter vers: