Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr)

Forum RPG au temps de Louis XVI, dans la Maison Royale de Saint Cyr à la veille de la Révolution Française.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Scrounch ! "Mangez des taupes !" Souvenirs... <3 (by Hed)

Partagez | 
 

 Espèce en voie de disparition. [P. Seymour]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Espèce en voie de disparition. [P. Seymour]   Sam 12 Mai 2012 - 15:16

Soupir. Je m'ennuie. Subitement, sans raison, pour presque la première fois. Oui, le temps devient long. J'ai beau me trouver dans le jardin, il fait beau, les élèves gazouillent, c'est formidable, avec un léger vent agréable, le ciel est bleu, c'est merveilleux.. et pourtant. Ce jardin, je le connais depuis une quinzaine d'année voire plus. A chaque pas, je sais à quoi m'attendre. Oui il m'agace. Alors je soupire. Je devrais peut-être surveiller mes chères élèves... Bah, elles ne feront pas de bêtises, je n'ai jamais vu une seule faire une bêtise. Pire qu'être sage comme des images. Et c'est peut-être moi la pire de classe au niveau du comportement. Alors je leur fais confiance les yeux fermés. Je regardai les fleurs, agréablement surprise de n'avoir jamais cette espèce là dans ce jardin. Et rien que cela me remit un sourire aux lèvres. Je regazouillai. Je la cueilli et pleine de joie, je sautillais un peu partout avec cette fleur entre mes mains. J'appréciai alors le beau temps et tous ce qui l'accompagnai. Bref, au revoir la déprime! Et oui, je pouvais facilement être une fille qui broie du noir pour ensuite chanter son bonheur en faisant référence à l'arc-en-ciel.

Je gambadai donc, comme à mon habitude. Il était très difficile pour quelqu'un qui me cherchait de me retrouver. Je pouvais dire à une camarade que j'irais dans la salle des maîtresses pour me retrouver dans un couloir sombre, soit parce que je ne voulais plus aller dans la salle, soit parce que j'empruntais un trajet que je disais "plus court" -c'est toujours bien de marcher, cela fait bouger les gambettes. Bref, j'étais une boule d'énergie et de sourire ambulante. Seule moyen de vraiment me retrouver était de chercher un haut de tête orange et vous avez alors plus de chance de pouvoir m'approcher. Et moi, que fais-je quand je cherchais quelqu'un? J'attends de le voir mais je ne le chercher jamais. Bien trop embêtant. Et puis, si c'est pour ensuite être triste de ne pas avoir pu lui parler car je devais de nouveau m'occuper de mes élèves, non merci.

Franchement, je laissai la vie tranquillement se couler. Peut-être que si un jour j'en aurai marre de cet endroit, je... non pas de mari... pas Versailles... pas ma région natale... je... Je mourrai. Oui, je mourrai alors. A force de rester ici, dans un monde retranché, je ne pourrai guère partir à part pour prendre la grande poste, celle de quitter la vie. Enfin bref, cette triste question de se pose pas pour l'instant et je ferai tout pour qu'elle ne se pose jamais. Non, jamais.

Je souriais sans aucune raison, comme à mon habitude. J'avais presque envie de crier de joie mais je me résolu à ne pas le faire -j'avais déjà essayé l'expérience, on a cru que j'étais blessé à mort étant jeune. Pour l'instant, j'étais dans une parti du jardin vide, mais j'entendais les enfants parler, jouer, crier, pleurnicher, rire derrière moi, et je savais aussi exactement où je me trouvais depuis le temps que j'étais ici. Je n'avais aucune inquiétude pour me retrouver. Par contre, il fallait que je fasse attention à combien de temps dure la pause. Quand il n'y avait plus aucuns bruits, c'était que les élèves étaient rangés dans la Cour Royale et il fallait alors que je me précipite pour ne pas trop faire attendre mes chères rouges. Car évidement à force d'aller un peu partout, j'étais toujours la dernière à reprendre mes élèves et plus d'une fois quand il pleuvait et que je m'amusais tranquillement sans vraiment avoir la notion du temps, je les retrouvais seules, j'étais complètement mouillée et crasseuse et plus d'une fois je m'excusais vivement auprès d'eux. Je n'étais vraiment pas un exemple à suivre...

Je regardai autour de moi les buissons, les fleurs, le ciel, les oiseaux, un homme, la pelouse, un homme... Un homme? Mais, mais... Juste auprès de moi un homme! Il avait dans la main des outils de jardinerie. Homme + Saint-Cyr + Outil de jardinerie... Un jardinier de Saint-Cyr! J'allais auprès de lui, toute heureuse de voir pour la deuxième fois l'espèce masculin des humains, tel un animal, tel une espèce en voie de disparition, et lui montrer ma fleur que je tenais toujours dans ma main et étaient toutes moites -ma main, et la fleur.

-Comment elle s'appelle?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Espèce en voie de disparition. [P. Seymour]   Jeu 7 Juin 2012 - 16:29

C'était un après-midi ensoleillé et chaud en Juin, les oiseaux gazouillaient et volaient dans le ciel bleu. Des murmures occasionnels de cris de joie venait de derrière la haie où Paul faisait son travail favori: la conception et l'agencement des fleurs à planter pour la saison prochaine. Il avait ses crayons, compas et d'autres outils. "Ils devraient mettre des marguerites ici avec quelques buissons de lavande il" Pensat-il lorsqu'ill dessinait les fleurs qu'il voulait légèrement dans son carnet de notes. Son esprit tout entier a été absorbé par son travail.

Son rêve était de devenir jardinier en chef et paysagiste à Versaille et il faisait tout ce qu'il pouvait pour atteindre cet objectif. Occasionnellement, Paul se sentait extrêmement seul a Saint-Cyr et avait envie de sortir dans les week-ends. Puisqu'il a rarement le contact humain avec n'importe qui car il était interdit de parler aux étudiantes, quand il a eu la chance de parler à quelqu'un il voulait que la conversation jamais terminerais. Mais, il ne pouvait se plaindre, il était heureuse de passé ses jours prenant soin du jardin de Saint-Cyr.

Soudain, il s'arrêta de dessiner. Quelque chose le gênait. Mais que faire si ses espoirs de jardinage se passerait jamais? Son père dirait: «Je vous avais bien dit» et il faudrait devenir parfumeur. Le mariage? Non, jamais. Et qui voudrait d'un jardinier? Il se leva et prit ses ciseaux et commença a tailler le rosier. Il était tellement plongé dans ses pensées qu'il n'avait pas réalisé que quelqu'un se trouvait derrière lui.

-Comment elle s'appelle?

Demanda une voix. Surpris, mais heureux d'avoir quelqu'un à qui parler, Paul se retourna et sourit. C'était une jeune fille, mais elle était une enseignante. Paul était à l'aise de parler avec elle. Ses cheveux roux était si brillant qu'ils reflètaient sur la fleur qu'elle tenait. Ses traits étaient doux, avec son visage rond et des yeux pétillants qui exprimaient un bonheur éclatant. Paul regarda la fleur qu'elle tenait, qui était une rose rose pâle. Il sourit, il savait qu'elle connaissait sans doute ce qu'est une rose était mais elle voulait certainement parler. À la fois amusé et massivement heureux, il dit:

-C'est une rose, mademoiselle. Mes fleurs préférées. Avez-vous une fleur préférée?

Il savait qu'il pouvait avoir des ennuis pour parler avec elle, mais il était si désespéré pour parler avec quelqu'un qu'il parlait aux fleurs parfois. Paul savait que ces filles avaient vu des garçons rarement dans leur vie et quand elles rencontrent un homme c'est comme s'il s'agissait d'un être étrange inconnu. Cette innocence l'amusait alors qu'il les comparait avec les filles frivoles qu'il avait vus à Versailles. Cette jeune fille le fit sourire, car elle avait une énergie qui, à ce moment-là semblent être sur le bord de l'explosion.
[/center]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Espèce en voie de disparition. [P. Seymour]   Lun 9 Juil 2012 - 16:10

[Un mois de retard et une réponse assez pourrie, je suis vraiment désolée.. >o<]


-Une rose, Mademoiselle.

Je fus déçus par sa réponse, et je fais la moue pour lui montrer mon mécontentement. Il aurait pu m'annoncer toutes les espèces de fleurs au monde, mais pas la rose! La rose pique. La rose fait mal. La rose a des piques. La rose est moche. Bref, tout sauf elle. Je regardai de nouveau ma fleur qui commençait déjà à se faner. Effectivement, elle piquait, faisait mal, avait des piques, était moche. C'était donc belle et bien un rose. Mais bizarrement, je n'avais rien senti de ses épines et je ne sentais toujours rien. Ne me posant toujours pas la question, je la serrais encore bien fort et déclama:

-Non.

Et voilà. Je devais lui dire que c'était tout sauf cela. Sinon... Sinon, je ne serais pas contente. Je sais, c'est bête, mais il fallait qu'il me dise autre chose que ce mot vulgaire qu'est rose. Comme, les personnes s’appelant Rose, je les plaint de devoir vivre un calvaire, les pauvres! Avoir le même prénom que les roses! En plus, elles étaient toutes gentilles, les Rose!

-Nous allons les appelées les hortenses!
... moment de réflexion... Ah non, cela existe déjà.... Les maries. Oui, ainsi car elles se revendiquent d'une grande beauté, alors autant leur approprier un nom à leur gloire!

Je lui fit un sourire oppressant, du genre «si t'es pas d'accord... Gloups pour toi». Qui aurait-cru que le sourire aurait pu aider pour faire contraindre quelqu'un à être d'accord? J'avais dis cela très rapidement car je sentais qu'il allait poser une question. J'étais disposée à lui répondre avec un sourire plus doux sur mes lèvres.

-Avez-vous une fleur préférée?

Je réfléchis quelques instants à cette question avant d'admettre une vérité: je ne connaissais aucun nom de fleur, aucune variété, j'avais juste en tête leur image. Je distinguais dans ma tête pleins de petites fleurs blanches avec un centre jaune balayées par le vent. Petite, je les trouvais si belle que j'en faisais des bouquets en m'amusant à les cueillir. Après, n'en savant que faire, je les donnais à ma nourrice qui les mises dans un petite verre d'eau. Alors, je ne pus répondre à sa question et j'en fus désolé:

-J'en suis fort désolé mais... je ne saurai dire laquelle c'est..

Je regardai autour de moi, et réalisais que tout se que je voyais, c'était fait par lui, le jardinier! Ce que je contemple depuis temps de fois, c'était grâce à lui! Ce qui me rendais mon sourire des fois, c'était grâce à lui! Je trouvais cela merveilleux... C'était presque comme s'il avait un pouvoir magique entre ses mains qui ferait pousser des fleurs... Soudainement, je fus impressionné par ce personnage et déclarai précipitamment:

-Oh, merci pour tout ce que vous faites! C'est tout simplement merveilleux de se promener autour de votre œuvre, vous êtes en quelque sorte un artiste!

N'est-ce pas vrai? Après quelques instants de réflexion, je me dis que si je n'avais pas été maîtresse de St-Cyr, je me serais converti dans le jardinage
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Espèce en voie de disparition. [P. Seymour]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Espèce en voie de disparition. [P. Seymour]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr) :: Extérieurs :: Jardin-
Sauter vers: