Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr)

Forum RPG au temps de Louis XVI, dans la Maison Royale de Saint Cyr à la veille de la Révolution Française.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Scrounch ! "Mangez des taupes !" Souvenirs... <3 (by Hed)

Partagez | 
 

 "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Mary-Elizabeth

~ Mary-Elizabeth
Maîtresse des Bleues.

Féminin Nombre de messages : 144
Age : 18
Localisation : 2ème étoile à gauche, et tout droit jusqu'au matin...
Date d'inscription : 30/10/2011

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rochefort
Date de naissance && Âge: 16 ans ...23 Décembre
MessageSujet: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   Dim 29 Jan 2012 - 12:56

Elle lisait, en haleine, allongée sur son lit, la tête dirigée à l'inverse de son oreiller, la jambe droite frétillant à sa lecture...Elle lisait à voix haute, et faisait entre, bien des exclamations: "Il partit sur-le-champ quérir la belle Yseult- Ben...je l'espère bien!!...- et il n'en résulta que de grands malheurs.- qu'est ce que vous croyez...- Il arriva à convaincre la belle de venir à Tintagel et d'épouser Marc'h.- Mais quel ignare!!...- La magicienne Mirgesse concocta pour Yseult et le Roi Marc'h, un Philtre d'Amour, une boisson si magique que ceux qui en boiront s'aimeront merveilleusement pendant l'éternité!- Maiss biensûr... Quand à moi, je suis la soeur cachée d'Artémise de Montray!!...- Mais sur le bateau du retour, Tristan et Yseult ont soif, cherchent une bouteille et par ignorance boivent le philtre d'amour. C'en est fait, dès lors ils sont invinciblement attirés l'un par l'autre.
Le Roi Marc'h qui ne sait rien, épouse Yseult. Par loyauté pour le roi, ils luttent contre leur folle passion, mais ne peuvent s'empêcher de se rencontrer en secret. Un jour, le roi, prévenu par les barons jaloux, surprend les amants. Tristan s'exile en Armorique mais le philtre est plus fort. Il ne reverra cependant plus jamais Yseult.-Bref...-


Elle ferma son livre lorsqu'une voix familière entra dans la pièce...



_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sorcerers-city.creerforums.fr/

Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   Mar 31 Jan 2012 - 2:09

Artémise avait eu une journée de l'enfer.

D'abord, Mlle de Lamballe n'arrêtait pas de l'embêter. Non, mais pour qui se prenait-elle? La faire balayer, sous prétexte que cela "lui ferait le plus grand bien"! N'importe quoi.

Elle entra dans le dortoir, dans la seule envie de se coucher sur son lit. Elle pensa encore à son petit appartement de Versailles, petit, certes, mais avec une servante prête à lui faire un bain de pieds... Et il y avait Frédéric, qu'elle avait laissé seul...

Tout en s'avançant vers le dortoir, elle entendit une voix. Elle reconnut le passage du livre Tristan et Iseult. Un livre atroce du Moyen Âge, dénué du moindre style, de la poussière comparé au Grand Cyrus de Georges et de Madeleine de Scudéry!

- ...un philtre d'amour, une boisson si magique que ceux qui en boiront s'aimeront merveilleusement pendant l'éternité! Mais bien sûr... Quant à moi, je suis la soeur cachée d'Artémise de Montray!!...

Artémise eut un sourire narquois. Mary-Nélizabeth... Décidemment, elle ne connaissait rien à l'amour. La seule chose qu'elle trouvait intéressante, dans ce roman stupide, c'était ce philtre. Il lui serait bien utile, pour retrouver Frédéric...

- Ah, et puis non! Il faut que j'arrête de penser à lui, à la fin! se dit-elle.

Elle entra enfin, et croisa le regard de Mary-Elizabeth qui avait fermé son livre et la fixait. Artémise lui fit un beau grand sourire bien mielleux.

- Mais bien le bonjour, très chère! Je vois que vous lisez un roman bien intéressant! Bien sûr, il ne vaut pas la Princesse de Clèves de Mme de Lafayette... Mais pour vous, je crois que c'est suffisant...

Elle sourit intérieurement de sa pique. C'était une petite vengeance de sa part, car, elle se rappelait que, lorsque elle avait balayé la classe, Mary-Elizabeth l'avait regardée d'un air à la fois hautain et moqueur.

- Ne croyez-vous point à l'amour, Mlle de Rochefort? Je suis désolée de vous l'annoncer, mais vous avez bien dit que si ce philtre fonctionnait vraiment, nous serions des soeurs... Je suis désolée, mais c'est faux... Le philtre fonctionne peut-être, mais vous ne connaîtrez jamais le bonheur d'être ma soeur!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mary-Elizabeth

~ Mary-Elizabeth
Maîtresse des Bleues.

Féminin Nombre de messages : 144
Age : 18
Localisation : 2ème étoile à gauche, et tout droit jusqu'au matin...
Date d'inscription : 30/10/2011

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rochefort
Date de naissance && Âge: 16 ans ...23 Décembre
MessageSujet: Re: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   Mar 31 Jan 2012 - 19:12

Mary-Elizabeth s'était redressée, et d'était approchée de sa pire ennemie, le sang bouillonnant et la parole tendue...

- Ne croyez-vous point à l'amour, Mlle de Rochefort? Je suis désolée de vous l'annoncer, mais vous avez bien dit que si ce philtre fonctionnait vraiment, nous serions des soeurs... Je suis désolée, mais c'est faux... Le philtre fonctionne peut-être, mais vous ne connaîtrez jamais le bonheur d'être ma soeur!

D'un ton vif qui se voulait clair, mais néanmoins moqueur, elle répondit...

_...Oh???...Mais croyez bien très chère que cela me fait le plus grand bien de l'entendre. Comme d'entendre vos pas bienveillant sur ce sol parfaitement ciré, enfin, il l'était il y a quelques secondes...

Mary-Elizabeth prit le temps de lui sourire, et reprit...


_...Lafayette vous dites??...Mmm oui...si vous appréciez les histoires d'amours où les jeunes hommes finissent ratatinés par la bouteille et rongés par la goutte, les conte de fées, cela sied à merveille ( elle rit de son rire habituel, celui qu'Ingrid appréciait, grâce à sa franchise ). Je me sied mieux aux histoires qui finissent tragiquement, mais avec un brin d'humour et de romantisme, soit exagéré, parodié, ou sincère...Dans votre cas, ce serait plutôt parodié...je me trompe??...

Sans détourner le regard de l'interpellée, Mary-Elizabeth, lui tendit son livre...La salua d'un air dénigrant se voulant mielleux...Et d'une la plus franche qui soit, lança...

_...alors Artémise va chanter des stupidités sur les filtres d'amour à quelqu'un d'autre qu'a moi, et laisse les honnêtes gens faire ce qu'il leur plait, sans empiéter avec ta langue de vipère et ta bouche de sorcière...



Elle la fixa plus énervée qu'elle ne le fut jusqu'à cet instant. Artémise était une jeune fille fort jolie, aux traits qui auraient pu être divin, si Mary-Elizabeth n'y voyait pas toute la méprise qui s'y trouvait...

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sorcerers-city.creerforums.fr/

Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   Sam 11 Fév 2012 - 2:29

Artémise soupira.

C'était un peu dans sa nature. Elle aimait confronter les gens. Elle n'allait jamais plus loin que leurs limites. Mais elle aimait les briser. Montrer qui était la plus forte. Elle voulait être la reine dans cette cour de Colombes. Comme elle avait mené sa petite cour à Versailles.

Mais peu à peu, ce jeu commençait à l'ennuyer. Elle se demandait souvent qu'est-ce qui lui arrivait. Ne devait-elle pas honorer la promesse qu'elle avait faite à sa mère mourante? De toujours être la plus brillante?

Mais Mary-Elizabeth avait touché une corde sensible. Elle tenta de ne rien laisser paraître. Mais Artémise prit une grande respiration, et déclama alors:

- On se demande qui est vraiment la sorcière dans notre roman, Mary-Elizabeth.

Elle vit la jeune fille sursauter. Artémise se rendit compte que c'était la première fois qu'elle l'appelait par son prénom.

- Je suis ici contre mon gré. Et le philtre d'amour, c'est pour pouvoir retourner là où est ma place...

La jeune femme se ressaisit. Et retrouva toute son arrogance.

- Mais bon, évidemment, vous ne voulez rien savoir! Vous allez sans doute me répondre que je ne suis qu'une fillette pourrie gâtée, et une illuminée qui se prend pour Raiponce! Ce qui est vrai, peut-être.

Elle se dirigea vers son lit, mais juste avant, se retourna.

- Et je parie que vous ne savez même pas ce qu'est que la souffrance. Pas juste les nôtres. Celles des autres aussi.

Encore une fois, elle s'était trop dévoilée. Artémise se reprit à nouveau.

- Si vous voulez connaître la fin de La Princesse de Clèves, Mme de Clèves refuse d'épouser Nemours qu'elle a toujours aimé et qui a involontairement tué son mari! Et tout ça, par pur héroïsme! Et pour rester fidèle, elle finit sa vie fort pieusement dans un couvent! Vous appelez ça une crise de goutte?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mary-Elizabeth

~ Mary-Elizabeth
Maîtresse des Bleues.

Féminin Nombre de messages : 144
Age : 18
Localisation : 2ème étoile à gauche, et tout droit jusqu'au matin...
Date d'inscription : 30/10/2011

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rochefort
Date de naissance && Âge: 16 ans ...23 Décembre
MessageSujet: Re: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   Lun 13 Fév 2012 - 18:03

_On se demande qui est vraiment la sorcière dans notre roman, Mary-Elizabeth...

Celle-ci sourit...Si Artémise croyait réellement lui faire du mal. Une sorcière, bien que son terme paraisse à première vue pégoratif, n'est en rien une réelle insulte...Elle avait sursautée, car la voix de sa rivale avait baissée d'un cran...Cela l'amusait. Elle la haïssait, elles se haïssaient, elles iraient jusqu'au bout pour le prouver. Pourtant, cette rivalité, cette stupide jeune fille que Mary-Elizabeth maudissait par dessus tout, tout cela la laisssait bouche bée. Elle si optimiste, si frâiche, si...elle-même, comment pouvait-elle dépasser ses propres réalitées, ses envies et ses principes. ( qu'elle-même trouvait idiot...) La vérité c'est qu'elle ne pouvait s'empêcher de rivaliser avec cette personbne, alors qu'habituellement, elle aurait rit, et se serait replongée dans ses passions, avec une vague de mâturité, ou pas daillkeurs. Là, il lui fallait se fâcher,n il lui fallait exploser, et déjà la colère montait.

Puis Artémise se remit à chantonner quelques stupidités, à la provoquer, de sa soif de méchanceté et de méprise. Mais la phrase qui la frappa, et la mit hors d'elle, fut: ".. vous ne savez même pas ce qu'est que la souffrance..." Non, la souffrance, elle n'en savait rien, et en gardait la fierté de savoir la chasser, de ne pas pleurnicher comme beaucoup de colombes...Pleurnicher que la vie avait été bien dure avec elle, qu'elle souffraient, et qu'elles étaient mélancoliques. Et Mary-Elizabeth détestait ça, alors la souffrance de son ennemie, elle s'en fichait éperduemment...Elle ne voulait aider que ceux qui méritaient son aiden et ceux qui avaient la volonté d'avançer...Et puis zut!!...Soyez honnêtes avec vous mêmes!!...Elle allait lui répondre quand...


_Si vous voulez connaître la fin de La Princesse de Clèves, Mme de Clèves refuse d'épouser Nemours qu'elle a toujours aimé et qui a involontairement tué son mari! Et tout ça, par pur héroïsme! Et pour rester fidèle, elle finit sa vie fort pieusement dans un couvent! Vous appelez ça une crise de goutte?

Mary-Elizabeth, retenant un éclate de rire nerveux, ou un cri sarcastique, reprit son souffle, et répondit, une boule coincée dans la gorge...


_...J'appelle ça, une jeune femme dénuée de franchise, qui va bouder durant toute son existence de n'avoir pas mis main basse sur la jolie petite fortune que son mari devait lui attribuer à sa mort, tout cela à cause d'un petit jeune homme épris d'elle et stupide qui l'a déshonnorée... Au lieu de se reprendre en maib, de s'expliquer, ou de faire un acte de bravoure, elle fait la fine bouche à beau graçon, et échapppe aux regards curieux des passants, en cachant sa culpabilité, derrière les murs grinçants de la piété!!...En bref..( elle se mit à hausser le ton) Vous ne pouvez donc pas, changer??...C'est impossible d'essayer d'être bien??...Non mais c'est impossible, j'en ai plus qu'assez!!...Bougez vous toutes autant que vous êtes!!...

Le regard étrange d'Artémise la fixait encore. Elle poussa un soupir bruyant, en s'asseyant sur son lit, détanchant ses cheveux. Elle se saisit du verre d'eau posé sur sa table de nuit. Et but une gorgée fade. Elle eut envie de jeter le liquide sur le visage blanc de sa rivale, mais préféra se retourner vers elle, d'un regard interrogateur...Ingrid lui manquait, elle ne lui avait pas parlée depuis quelques jours...






_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sorcerers-city.creerforums.fr/

Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   Sam 25 Fév 2012 - 23:34

_...J'appelle ça, une jeune femme dénuée de franchise, qui va bouder durant toute son existence de n'avoir pas mis main basse sur la jolie petite fortune que son mari devait lui attribuer à sa mort, tout cela à cause d'un petit jeune homme épris d'elle et stupide qui l'a déshonnorée... Au lieu de se reprendre en maib, de s'expliquer, ou de faire un acte de bravoure, elle fait la fine bouche à beau graçon, et échapppe aux regards curieux des passants, en cachant sa culpabilité, derrière les murs grinçants de la piété!!...En bref..( elle se mit à hausser le ton) Vous ne pouvez donc pas, changer??...C'est impossible d'essayer d'être bien??...Non mais c'est impossible, j'en ai plus qu'assez!!...Bougez vous toutes autant que vous êtes!!...

Artémise se mit à trembler de touts ses membres. Elle, la Reine de la Glace, elle qui rien ne semblait faire céder, se sentit faiblir. Mary-Elizabeth savait frapper là où ça faisait mal. Elle eut envie de murmurer "maman... je voudrais tant être comme les autres filles... j'en ai assez! Assez de devoir jouer à Mademoiselle Parfaite et Meilleure que Tout le Monde!"

Elle se ravisa.

- Non, en effet, Mlle de Rochefort, pour moi, c'est impossible. Et je ne vous dirai pas pourquoi, parce que je sais bien que, premièrement, vous vous en moquez royalement, et deuxièmement, cela ne vous regarde pas.

Artémise eut une espèce de sentiment étrange. Elle avait presque envie de faire la paix avec Mary-Elizabeth. Mais l'orgueil. Toujours l'orgueil. Il la retenait. Plus fort que tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mary-Elizabeth

~ Mary-Elizabeth
Maîtresse des Bleues.

Féminin Nombre de messages : 144
Age : 18
Localisation : 2ème étoile à gauche, et tout droit jusqu'au matin...
Date d'inscription : 30/10/2011

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rochefort
Date de naissance && Âge: 16 ans ...23 Décembre
MessageSujet: Re: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   Dim 26 Fév 2012 - 14:27

_Non, en effet, Mlle de Rochefort, pour moi, c'est impossible. Et je ne vous dirai pas pourquoi, parce que je sais bien que, premièrement, vous vous en moquez royalement, et deuxièmement, cela ne vous regarde pas.

A cet instant, la jaune ne tint plus...Elle se mit à éclater d'un rire nerveux, sans bouder son plaisir...Au fond, elle avait pitié d'Artémise...Mais une chose la retenait, l'honneur...Elle ne voulait absolument pas être indulgente avec une personne qui, sans égard, marchait à grands pas sur les autres...Mary-Elizabeth baissa le regard vers sa robe...Et de ses mains blanches et gantées, retira du tissus, une boucle de soie. Une boucle à la couleur ignoblement pâle, mais à la texture agréable...Elle sourit à sa rivale, en laissant apparaître deux fossettes de chaque coins de sa bouche, pour bien démontrer que ce n'était pas un geste médiocre...Elle lui tendit le ruban, marqua un temps et répondit...

_...Tu vois cela Artémise??...Oui, tu vois cela, car tu as beau être une mégère, tu n'en es pas pour autant aveugle...Alors regarde bien cela...Je te donne le gage que si tu accepte de le nouer dans tes cheveux, cela sera une déclaration de paix...Si tu le noues à ton poignet, nous continuerons ainsi, et je dois te dire, que te faire la paix ne sera absolument pas un geste serein pour moi. Je fais juste cela, car tu commence sérieusement à m'en faire voir de toutes les couleurs pour être polie...Alors, en d'autres termes, tu me laisse en paix, et j'accepte de faire semblant de ne pas avoir mal au coeur à ta seule vue...Ou bien je me fais une joie de e ridiculiser, comme tu semble être décidée à le faire...

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sorcerers-city.creerforums.fr/

Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   Mar 6 Mar 2012 - 2:02

- ...Tu vois cela Artémise??...Oui, tu vois cela, car tu as beau être une mégère, tu n'en es pas pour autant aveugle...Alors regarde bien cela...Je te donne le gage que si tu acceptes de le nouer dans tes cheveux, cela sera une déclaration de paix...Si tu le noues à ton poignet, nous continuerons ainsi, et je dois te dire, que te faire la paix ne sera absolument pas un geste serein pour moi.

Alors, ça, elle ne s'y attendait absolument pas. Une déclaration de paix. Elle avait presque envie d'accepter, de le nouer dans ses cheveux.

- Je fais juste cela, car tu commences sérieusement à m'en faire voir de toutes les couleurs pour être polie...Alors, en d'autres termes, tu me laisses en paix, et j'accepte de faire semblant de ne pas avoir mal au coeur à ta seule vue...Ou bien je me fais une joie de te ridiculiser, comme tu sembles être décidée à le faire...

Artémise soupira et prit le ruban dans sa main blanche et délicate.

- Tu sais quoi? Je ne veux pas que tu fasses semblant. Tu vas être malheureuse à mort sinon. Moi, ça m'amuse peut-être d'être hypocrite, pour parler comme toi, bien que ce ne soit pas vraiment le terme que j'utiliserais. Mais toi, ça ne te va pas. Mais alors, pas du tout. Alors, j'aime autant que tu sois sincère avec moi. Tu me détestes? Bon, très bien. Dis-le moi. Je m'en moque que les gens me mentent ou pas, je m'en rends compte de toute manière. Mais toi... je ne te reconnaîtrai plus, tout simplement. Et tu ne seras plus honnête avec toi-même.

Elle fut presque surprise des paroles qui lui étaient sorties naturellement de la bouche. C'était pratiquement la première fois qu'elle parlait franchement à d'autres personnes que Rosalie et Constance. De plus, elle avait tutoyé Mary-Elizabeth. Elle ne tutoyait jamais personne, même pas ses amies les plus proches. Peut-être était-ce le tutoiement de son ennemie qui l'avaient conduite à s'exprimer ainsi.

Et elle avait dit aussi le fond de sa pensée. Elle n'aurait jamais osé, en temps normal, parler ainsi. Jamais. Elle vivait selon l'étiquette de la Cour, qui était de parler à mots couverts et polis... Mais là... elle eut presque peur d'elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mary-Elizabeth

~ Mary-Elizabeth
Maîtresse des Bleues.

Féminin Nombre de messages : 144
Age : 18
Localisation : 2ème étoile à gauche, et tout droit jusqu'au matin...
Date d'inscription : 30/10/2011

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rochefort
Date de naissance && Âge: 16 ans ...23 Décembre
MessageSujet: Re: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   Sam 30 Juin 2012 - 2:16

(Sincèrement désolée!!...J'ai eu un trèèèèèèès long temps d'inactivité mais, je vais tenter d'empêcher que cela se reproduise...Encore pardon!)

_Tu sais quoi? Je ne veux pas que tu fasses semblant. Tu vas être malheureuse à mort sinon. Moi, ça m'amuse peut-être d'être hypocrite, pour parler comme toi, bien que ce ne soit pas vraiment le terme que j'utiliserais. Mais toi, ça ne te va pas. Mais alors, pas du tout. Alors, j'aime autant que tu sois sincère avec moi. Tu me détestes? Bon, très bien. Dis-le moi. Je m'en moque que les gens me mentent ou pas, je m'en rends compte de toute manière. Mais toi... je ne te reconnaîtrai plus, tout simplement. Et tu ne seras plus honnête avec toi-même.

Il était fort rare, pour Mary-Elizabeth, de rester bouche bée suite à des paroles prononcées, surtout de la bouche d'une ennemie jurée...Elle avait prit l'habitude de répondre avec franchise, sur le qui-vive...Sans jamais se tromper dans les mots exacts qu'elle souhaitait prononcer. Elle marqua un temps. S'en voulut...Puis, par un élan de rêverie,jeta un regard lassé sur la fenêtre étroite qui surplombait sa couche. Elle aperçue le ciel grisé, et se demanda quelle sensation procurait le fait de voler. Par une étrange association d'idée dont je ne vous conterais pas la trame, elle parvint à se demander ce que cela lui ferait d'expirer...
Elle tordit ses doigts fins, soupira et s'adressa, plus calme, à sa rivale.

_...Bravo...Bien bravo.Une révérence ne serait pas de trop en cette occasion. ( elle baissa la tête en signe de "respect") Tu peux être fière Artémise...Tu viens d'émettre des paroles censées durant plus de 4 secondes en une seule phrase. Si cela avait pu durer de façon constante j'aurais pu t'élever au rang de divinité...
Je vais te confier un secret pauvre princesse...Personne ne t'aime. On te le fera croire, un jour...Mais tout s'efface, tu peux en être sûre!!...Rien, non rien ne durera. Personne ne te prêtera main forte. Il n'y a personne de confiance...Pas même tes parents qui te gâtent et chérissent, un jour, ils t’oublieront, ils nous oublient tous...
Aucun...être humain n'a le courage ni l'honnêteté de venir en aide à son prochain, à son frère, ou à son amour...Tout cela, pour expirer dans un cri de douleur incertain, et plonger dans une mort lente et atroce...
Et, quand l'on espère, naïve, que notre sauveur s'aventurera jusqu'à la mort pour nous...Il se liquéfie, et fuit tel un vieil imbécile borné, vers la sortie, plus facile à emprunter...
La voilà ton honnêteté!!...


Tout en prononçant ces mots, dignes d'une tragédie...Mary-Elizabeth avait versée une larme. Elle, si forte, si dure, si joyeuse...Elle retrouvait, pour la première fois depuis trop longtemps...un souvenir qu'elle avait préféré chasser...
L'amour d'une enfant de 13 ans,confrontée, à l'abandon...de sa mère, de son père...et de son grand amour.
D'un mouvement tremblant de main gantée, et cacha sa bouche entrouverte, et sa lèvre humide...
Elle avait du vague-à-l'âme...Et puis une honte grandissante. Que de laisser sa sensibilité et ses souvenirs douteux, exposés à l'oeil perçant et malveillant d'Artémise de Montray...
Le froid glacial qu'il l'avait transpercé d'un coup de lame brutal, s'en était allé...Ses joues redevinrent pâles, ses cernes grise, et non bleues...Sa bouche retrouvant sa moue joyeuse, décrocha un léger sourire moqueur. Elle aurait rit s'il lui avait resté du souffle pour s’esclaffer.


_...Quelle idiote!!...(dit-elle, en suivant ces paroles d'un haussement de sourcil in-descriptif, inexpressif...)


Elle ne savait pas qu'elle muche l'avait piquée. Ni quel idée noire s'en était prit à elle...Mais, elle savait fort bien, qu'elle ne devait plus se laisser envahir par de tels sentiments...Ingrid pourrait, de toute évidence, lui venir en aide...

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sorcerers-city.creerforums.fr/

Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   Lun 2 Juil 2012 - 1:47

    Comment osait-elle?

    Comment osait-elle répondre ainsi? Ces paroles atteignaient Artémise jusqu’au cœur. Personne ne l’aimait. C’était faux. C’était totalement faux. Elle eut soudainement envie de hurler, de briser toutes les fenêtres du dortoir, ou encore de griffer le visage de sa pire ennemie avec ses ongles. Personne ne l’aimait. Rosalie l’aimait. Cela paraissait dans ses yeux pairs si expressifs, quand elle lui racontait ses légendes fantastiques. Constance l’aimait. Cela paraissait dans le petit sourire timide. Dans ses yeux si confiants. Frédéric… il l’aimait… ils avaient été tous les deux des enfants abandonnés qui s’étaient rencontrés et qui avaient ainsi bâti leur amour. L’une, issue d’une famille où le père était sous le joug de la mère, une coquette qui trompait son mari sans vergogne, pour qui la petite Amarillys, rebaptisée par sa mère précieuse Artémise portait une grande admiration, ou plutôt une grande adoration. Sa mère, c’était son modèle… À qui elle ne voyait jamais les défauts pourtant si présents. L’autre, qui avait perdu sa mère en bas âge, qui avait été battu par son père avant d’être recueilli par une vieille comtesse… ces deux vies les avaient rapprochés, mais leur avaient implanté la racine de l’orgueil de la sacro-sainte noblesse.

    Mais il y avait une autre chose. Mary-Elizabeth semblait... comment dire? Blasée de la vie. Comme si il n'y avait plus rien qui pouvait soutenir quelqu'un qui tombe dans les abîmes du désespoir. Oh, comme Artémise aurait aimé lui dire que c'était faux, que même elle, un cas désespéré, avait rencontré une main ou alors plusieurs mains aimantes qui la soutenaient!

    - Comment peux-tu dire une chose pareille?

    Elle tremblait de tous ses membres. Au même moment, son chignon qu’elle avait commencé à défaire un peu plus tôt se dénoua sans que personne n’y touche. La fenêtre derrière la jeune précieuse s’ouvrit subitement dans une grande bouffée de vent, faisant danser l’or de sa tête. Elle se calma peu à peu, histoire de répondre comme il se le fallait à cette petite impertinente comme il le fallait.

    - Ce n’est pas parce que tu me détestes que tout le monde me déteste, chère petite. D’ailleurs, crois-le ou non, je n’ai pas que mes admirateurs et admiratrices. J’ai des amies... et je crois que grâce à elle, je deviens… comment dire? Un peu plus supportable chaque jour. Tu as de la chance de ne pas m’avoir connue quand j’étais encore à Versailles… Je crois que tu aurais piqué une crise cardiaque au bout de deux heures…

    Elle eut un petit sourire. Elle sentait qu’au plus profond d’elle-même, elle ne s’était pas seulement défendue elle-même… Elle avait défendu Frédéric, Rosalie, Constance… Et c’était bien cela le plus important.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mary-Elizabeth

~ Mary-Elizabeth
Maîtresse des Bleues.

Féminin Nombre de messages : 144
Age : 18
Localisation : 2ème étoile à gauche, et tout droit jusqu'au matin...
Date d'inscription : 30/10/2011

Feuille de personnage
Nom de famille: de Rochefort
Date de naissance && Âge: 16 ans ...23 Décembre
MessageSujet: Re: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   Lun 2 Juil 2012 - 17:45

_ ...Je crois que tu aurais piqué une crise cardiaque au bout de deux heures...

Mary-Elizabeth avait chassée se idées noires...Son courage et sa détermination avaient refaits surface...

_ N' ais crainte, je n'en doute pas une seconde!!... Quelques secondes, si j'en conviens, auraient même été de trop...Aurais-tu l'obligeance e prendre ton jupon et de me laisser en paix, pour aller ruminer ta vengeance sur tes faux semblants et tes manières de petite fille??...

Tout en disant ces mots, la jaune s'était étendue sur sa couche, et avait repris son ouvrage à la page précise où elle avait été interrompue...Se disant pour dissimuler sa lassitude que peut-être un des personnages mourrait au dénouement de l'histoire...Ou que les amants avaient au moins le plaisir de faire payer le bon roi pour ses ébats malséants...
Elle sourit à sa rivale- dont la chevelure dansait gaiement dans l'air frais- et lui adressa un sourire précieux qui signifiait clairement: "Si ce n'était pas trop te demander, j'aimerais savoir pourquoi tu me fixe de la sorte??..."
Quelques secondes s'écoulèrent ainsi, puis Mary-Elizabeth fixa Artémise avec toute la sauvagerie et le courage dont elle était digne... Puis elle lui adresse ce etit mot expressif qu'elle chérissait...

_Aurevoir!!...

Avant que son ennemie prit le temps de li répondre, Mary-Elizabeth déposa son livre sur sa table de chevet, s'assit sur son lit, noua sa chevelure avec le fameux ruban...Puis elle se leva, et alla à la fenêtre...
Du balcon, elle apercevait le jardin touffu... Une grande verrière dont elle ignorait la venue. Le haut plafond et la tour qui surplombaient la bibliothèque... Puis des jeunes Rouges marchant dans la cour principale...
Elle regarda au loin, observant l'horizon...ne prenant plus garde à la princesse qui l'observait dans son dos. Et qui ainsi avat dû remarquer son corset mal noué, ses chaussure trop petites, et sa robe volontairement trop courte...
Elle n'en avait rien à faire. Son esprit était loin, elle ne savait pas où...





_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sorcerers-city.creerforums.fr/

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: "Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Très chère, l'étude de la haine me conduit à dire que...je vous hais..." (PV: Artémise)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr) :: 2ème Étage :: Dortoirs-
Sauter vers: