Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr)

Forum RPG au temps de Louis XVI, dans la Maison Royale de Saint Cyr à la veille de la Révolution Française.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Scrounch ! "Mangez des taupes !" Souvenirs... <3 (by Hed)

Partagez | 
 

 The Abyss of Hope |P.V Diligence|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Estelle De Montmiraille

♣ Modo Estelle
Ma soeur, c'est mon Dieu.

Féminin Nombre de messages : 302
Age : 19
Localisation : J'vous dirais pas où est ma réserve de chocolat !! :)
Date d'inscription : 26/02/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: De Montmiraille
Date de naissance && Âge: 4 Mai - 15 ans
MessageSujet: The Abyss of Hope |P.V Diligence|   Dim 30 Oct 2011 - 14:22

| Adieu |

ESTELLE && DILIGENCE

CRÉDIT - CSS


Rêver. Action de laisser son esprit, son imagination vagabonder. Penser à ce que l'on voudrait qu'il arrive un jour, notre plus cher désir, celui pour lequel on vit, celui pour lequel on se maintient en vie, celui pour lequel on respire, pour lequel on ferait tout notre possible. Sans même savoir si ça en vaut la peine, si nos efforts seront récompensés. On avance tête baissée. Seul, abandonné aux abymes de l'espoir. Sombres alors qu'on les croit si belles, si rassurantes, elles donnent seulement l'illusion d'être réconfortantes. Beaucoup sont devenus fous, dépourvus de tout sentiment humain, enivrés par leurs espoirs, leur pulsions, ils ont tous péris. Estelle se disait souvent que ce qui la rendait forte se tenait juste devant elle, même si elle ne pouvais pas l'atteindre. Comme ses rêves. Le soir, quand elle ferme ses yeux, ils sont là, juste devant-elle, ils n'attendent qu'une chose, quelle tende la main pour qu'ils se réalisent. Mais elle s'est aussi toujours dit qu'il lui manquait quelque chose. Du soutient. Ce n'était surement pas sa sœur qui allait lui donner, c'était même surtout l'inverse. Cependant, elle ne souhaitait pas devoir rendre des comptes à qui que ce soit. Sa sœur l'avait vu naître, elles étaient liés pas les liens du sang, c'était différent. Tout était différent quand il s'agissait de Céleste. Aux yeux d'Estelle elle était parfaite, ni plus ni moins, même si il lui manquait elle aussi quelque chose pour être excellente. Mais Céleste ne l'admettrait sans doutes jamais. Elle n'admettrais jamais ses erreurs, tout comme Estelle, ce serait comme un échec. Le sentiment de ne pas avoir réussi, d'avoir échouer n'envahirai pas l'esprit d'Estelle. Pour rien au monde elle ne se laisserait tomber pour une erreur, sans doute futile. Rien au monde. Elle préférait autant mourir que d'avoir à s'excuser pour une petites faute. Elle répondrait de ses actes, sans pour autant s'excuser. Comme elle l'avait toujours fait quand elle était petite, à l'image de sa sœur. Assumer était un des mots clés dans le vocabulaire des Montmiraille sans doute. Assumer, réussir, exceller. Des mots qui avaient bercé l'enfance d'Estelle et celle de Céleste aussi. A en déduire ce que cette dernière avait accompli, le chemin qu'elle avait parcourut ici, pourtant miné. Estelle idolâtrait sa sœur, ni plus ni moins, elle serait prête à tout pour elle, seulement, elle ne donnerait pas sa vie pour la sauver. Pour la simple et bonne raison qu'elle ne le ferait pas non plus. Et puis, si elles mourraient toutes les deux, elles ne pourraient plus rien faire pour redorer le blason des Montmiraille à six pieds sous terre.

En plus des rêves, il y a aussi l'amitié. Beaucoup de gens disaient que l'on ne pouvait pas devenir des gens important, des gens respectés et respectables sans amis, sans bonnes relations. Mais Estelle n'était pas d'accord. Le meilleur moyen d'arriver à ses fins, c'est d'avoir des relations. Juste des relations, à cette époque, il n'y a pas d'amitié qui tienne. Tout est fait pour que la population respecte les règles, aie peur, respecte le roi et ses ministres. Ni plus ni moins. Cependant, se lier avec quelqu'un d'un lien aussi fort que l'amitié n'est pas une mauvaise chose, juste un handicap. Estelle voulait réussir. Rien de plus, seulement, si elle s'encombrait de quelqu'un à qui elle devait être fidèle, qu'elle devait aimer, quelqu'un pour qui elle serait même prête à donner sa vie, pour peu qu'elle soit en danger, elle n'y arriverait pas. Même si se confier à quelqu'un qui l'écouterait vraiment lui ferait le lus grand bien. Elle le savait aussi mais elle ne voulait pas avouer qu'elle avait besoin de quelqu'un d'autre que sa sœur. Pour rien au monde elle ne l'aurait fait. Elle garderait sa fierté, jusque dans la tombe. Même si, avouer que l'on avait besoin d'amis n'est pas une honte, loin de là, c'est une force. Estelle avait l'esprit fermé à tout ça. Elle n'avait jamais connu ni l'amour, ni l'amitié, rien de tout ça. Lorsqu'elle était petite, sa sœur restait dans un coin, à l'abri des regards, ses frères étaient déjà partis, son père, elle ne l'avait pas connu, et sa mère sombrait peu à peu dans la maladie. Elle avait toujours été seule. Une des raisons pour lesquelles elle connaissait si bien sa sœur pour l'avoir observer pendant des heures, pendant des jours, essayant tant bien que mal de copier sa démarche, son allure, ses habitudes, ses expressions. Céleste était si forte aux yeux d'Estelle qu'elle aimait tellement l'idée qu'un jour elle serait aussi belle, aussi parfaite qu'elle, malgré ses défauts pourtant minimes à côté de tout ce que pouvait accomplir Céleste avec ses qualités. Elle était belle et dans ce monde, à cette époque, il manquait juste l'intelligence pour briller, et ça, Céleste l'avait aussi. On dit que quand la nature donne d'un côté, elle reprend de l'autre, Céleste était, aux yeux d'Estelle, l'exception qui confirmait la règle. On lui avait souvent dit qu'à force d'adorer sa sœur à l'excès, Estelle allait se dévaloriser et ne plus vouloir vivre que pour devenir comme Céleste, que ce n'était pas une bonne chose de l'admirer autant. Mais Estelle ne changera jamais. Elle vouera toujours pour sa sœur cette même adoration.

Estelle avait passé une journée comme les autres, sans grand intérêt, broderie, catéchisme, et tout ça dans le silence, ce qui ne la dérangeait pas, à l'inverse de beaucoup d'autres de ses camarades. Estelle aimait se retrouver seule, dans une pièce, avec pour seul compagnon, le silence. Elle pouvait réfléchir, méditer. Mais quand elle était avec les jeunes filles de sa classe, elle pouvait observer toutes ses filles, déduire ce qu'elles aimaient faire ou non, qui elles étaient, tout simplement. Elle avait remarqué une jeune fille. La peau blanche, au teint marmoréen, de fins cheveux châtains qui lui tombent au milieu du dos, ses prunelles sont grises avec une délicate lueur bleutée. Elle ne connaissait pas son prénom, mais ce détail l'importait peu. Elle l'avait remarquée, différenciée parmi toutes les autres, parce qu'elle était distante, silencieuse. Un peu comme Estelle. Mais elle se ressemblait de part leur caractère, légèrement, mais aussi par le physique, elles étaient fines, assez grandes, les yeux bleus, ou presque, les cheveux longs et clairs... Elles se ressemblaient plus toutes les deux que Céleste et Estelle, liées par les liens du sang ne pouvaient se ressembler. Cependant, même si ces ressemblances étaient assez frappantes, ce n'était pas pour autant qu'Estelle allait lui parler. Cette fille n'inspirait rien de bon à Estelle. Rien. Elle n'avait pourtant pas l'air méchante, ni apte à lui faire du mal, mais elle était intimidante. Estelle ne voulait pas se faire d'ennemies ici, mais elle ne recherchait pas pour autant à s'entendre parfaitement avec tout le monde ni à devenir amie avec qui que ce soit. La solitude lui plaisait. Il ne lui fallait, pour le moment, rien de plus. Rien de plus...

_________________
Estelle De Montmiraille

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Abyss of Hope |P.V Diligence|   Lun 31 Oct 2011 - 14:10

Diligence était assises sur sa couchette, à observer une autre Jaune. Diligence aimait observer les gens, car les défauts qu’elle pouvait trouvé chez eux la rassurait. Ça lui permettait de se dire que chacun était à égalité, qui elle n’était pas inférieur aux autres, qu’elle était comme tout le monde. Sauf que Diligence n’était pas exactement comme tout le monde. Et la Jaune qui était en face d’elle non plus. Elles étaient toutes les deux seules. Mais c’était un choix de leur part, à toutes les deux. De rester enfermer, chaque seconde qui s’écoulait se faisait sans compagnie, sans distraction, sans amies. C’était la solitude. Pour Diligence, la solitude c’était réconfortant, rassurant, ça la protégeait, des autres et d’elle-même. C’était une barrière qui, certes, la séparait du reste du monde, de l’humanité même, mais pour elle cela n’avait rien de gênant, au contraire. C’étant bon pour sa santé, pour sa vie se disait-elle. Plus elle resterait à l’écart des autres, plus les autres et leurs ennuis resteraient à l’écart d’elle. C’était en somme un juste équilibre fort simple à comprendre. Mais seulement, les Jaunes elles aimaient la compagnie et l’idée de rester une seule seconde sans quelqu’un sur qui s’épauler les terrifiaient et elles trouvaient cela injuste. Pour Diligence c’était juste normal, logique. Certaines de ses camarades avaient essayé de l’inviter dans leur discussion la nuit, ou même à la cantine, dans les couloirs. Mais à chaque fois, Diligence leurs répondait par un grognement, comme une bête sauvage et solitaire. Depuis, ses camarades ont abandonné, la trouvant fort peu sympathique et pas du tout sociable. Et Diligence elle en était ravie. Rester seul dans son coin c’était son rêve et son passe-temps favoris. Aller dans son monde de rêverie, s’envoler loin et ne jamais redescendre, rester en l’air, flotter, oublier, s’évader. Mais hélas ces bons moments on toujours une fin. Et cette fin arrive toujours trop tôt au goût de Diligence. Toutes les bonnes choses ont une fin, mais les mauvaises aussi. La jeune fille ne s’avait plus où elle avait entendu cette phrase. Mais en tout cas, ce qu’elle disait était faux. Enfin une partie. Les bonnes choses ont une fin. Oui, cela c’était vrai, archi-vrai, un peu trop vrai. Mais les mauvaises choses n’ont jamais de fin. Elles continuent de vivre, d’exister en nous. Nous les nourrissons, les faisons grandir sans même qu’on sans rendent compte. Les mauvaises choses sont comme les mauvaises herbes. On croit sans être débarrassé car à la surface de la terre nous ne voyons que notre belle pelouse verte, mais en dessous, les racines, ces êtres mauvais, sont tapis, caché, près à ressurgir. Les mauvaises choses, c’est pareil. Une fois que c’est fini, on pense que plus rien ne pourras nous atteindre, mais le souvenir, lui est toujours présent, prêts à nous sauter dessus pour nous affaiblir. Oui, les mauvaises choses ne se finissent jamais. Mais les bonnes oui, car la mémoire, aussi diabolique que le souvenir, écrasent mange, efface, pulvérise les bons moments pour que notre être entier ne ressassent que les moments les plus cruels. C’est comme cela que se marche, et Diligence le sait très bien. Mais le pire c’est quand l’espoir d’oublier un peu les mauvaises choses disparaît. Diligence pensait pouvoir oublier juste un peu sa mère, sa sœur, ces deux diablesses et rester au calme dans Saint Cyr. Illusion, espoir idéaliste. Rien de tout cela n’est exaucé ni le serait jamais. Les Jaunes remplacent largement sa sœur, et la Maîtresse sa mère. Encore un espoir d’anéanti. Mais la jeune fille n’a pas mal. Elle est habituée. Cela fait bien longtemps qu’elle est immunisée contre les faux espoirs. Elle en a tellement bavé avant, que maintenant cela ne lui fait quasiment plus rien. Mais Diligence continue d’espérer, car l’humain n’est pas très intelligent. Il sait, il connait, il voit son échec arrivé mais il faut quand même qu’il tente le coup. Et qu’il le rate.
Revenons à la Jaune assise en face de Diligence. Cette jeune fille doit s’appeler Lise, ou Estelle ou Hélène. Diligence n’en sait rien en fait, mais s’en fiche pas mal également. Sans même connaître cette fille, elle l’aime bien. Ou plutôt elle est attirée par elle. Pas attirée dans le sens de la séduction, non, attirée dans le sens ou cette fille renfermée et silencieuse lui ressemblait, et l’envie de la connaître démangeait Diligence. La Jaune d’habitude repoussait les jeunes filles qui voulaient mieux la connaître et ne cherchait aucunement à les rencontrer, mais là, cette fille avait quelque chose de différent. Peut-être parce que comme Diligence, elle était seule, peut-être parce qu’elle aimait être renfermée, seule, repousser les autres et vivre sa vie sans rien demander à personne. Vis ta vie mon amie. Peut-être aussi parce que la jeune fille était plutôt jolie et que Diligence aimait bien regarder les jolies filles. Pas par vice, non, mais Diligence aimait le voir, par plaisir, pour s’imaginer à leur place, aussi jolie qu’elles. Depuis toujours Diligence admirait les femmes qui s’avait montrer leurs atouts et séduire. Sa la fascinait et l’intriguait. Et puis Diligence était aussi attirée par cette fille parce que le matin même elle l’avait observé. Pas méchamment, pas gentiment non plus d’ailleurs. Non un regard qui voulait dire « Je te comprends, on est pareil » mais en même temps, se regard n’avait rien de « Et si on devenait amies ? ». Non, la fille ne cherchait pas la compagnie, même d’une fille semblable comme Diligence. Ça tombait bien, car Diligence non plus. Mais toute la journée, Diligence repensait à cette Hélène, ou Estelle. Et plus elle y pensait, plus cette fille l’attirait, la fascinait. Et petit à petit, Diligence se prit d’affection pour elle. Pas une affection tendre, ni un fort lien d’amitié, mais un regard banal, lancé en classe, un sourire discret lui convenait parfaitement, juste pour signaler qui elles étaient en fin de compte pas si différentes. Après tout, quelque ce que risquait Diligence ? D’être encore dessus une fois par le destin ? Certainement, mais la Jaune avait envie de tenter sa chance. Rappelez-vous, l’humain voit sans échec foncé droit sur lui, sa perte arrivé, mais il faut quand même qu’il tente. Diligence était humaine, différente de la plupart mais humaine quand même. Et le soir, sur sa couchette Diligence se demandait comment aborder l’intrigante jeune fille. Et s’il fallait vraiment l’aborder d’ailleurs. Alors pour attirer son attention, elle l’observa de fond en comble, avec son regard fort, comme elle s’avait si bien faire. Son regard perçant était tellement appuyé sur vous qu’il est impossible que vous ne sentier pas une chaleur là on ses prunelles se posent sur vous.

La jeune fille avait un visage rond, joliment délimité. Une magnifique chevelure dorée lui encadre le visage. Diligence n’avait pas remarqué à qu’elle point la jeune fille avait de beau cheveux. Ils s’harmonisaient parfaitement avec ses yeux bleu envoutant. Diligence aurait vraiment aimé être comme elle. Solitaire, effacée, mais avec une physique attrayant. Pas comme elle, avec ses yeux inexpressif mais qui laissait passé ce qu’elle pensait, sa bouche qu’elle trouvait affreuse, son nez étalé. Non, franchement, Diligence aurait préféré ressembler à la Jaune. La jeune fille avait une poitrine normale, une taille pas trop fine sans pour autant être grosse. La Jaune était aussi très petite, et Diligence la dépassait certainement. Diligence appuyait son regard, pour que la jeune fille tourne la tête et la remarque. Diligence ne s’avait pas pourquoi elle voulait absolument en s’avoir plus sur cette fille, mais tout ce qu’elle s’avait c’est qu’elle ne lâcherait pas. Surement pas !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elisabeth du Bois Vermeil

♣ Admin Eli
Accro aux Fruits Rouges.

Féminin Nombre de messages : 1053
Age : 22
Localisation : Oo, mais où suis-je ?
Date d'inscription : 22/06/2009

Feuille de personnage
Nom de famille: du Bois Vermeil
Date de naissance && Âge: JJ.MM.1764 > 16 ans
MessageSujet: Re: The Abyss of Hope |P.V Diligence|   Mer 4 Juil 2012 - 18:29

Bonjour bonjouuur =D Où en est ce RP ? Toujours d'actu ?

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwendalavirrpg.forumactif.com

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The Abyss of Hope |P.V Diligence|   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Abyss of Hope |P.V Diligence|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr) :: 2ème Étage :: Dortoirs-
Sauter vers: