Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr)

Forum RPG au temps de Louis XVI, dans la Maison Royale de Saint Cyr à la veille de la Révolution Française.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Scrounch ! "Mangez des taupes !" Souvenirs... <3 (by Hed)

Partagez | 
 

 Non, je vous en prie ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: Non, je vous en prie ! [Libre]   Sam 26 Mar 2011 - 15:16

Alors que ma maitresse m'avait appelé pour que j'aille au parloir, je me posais pleins de question. Qui? Pourquoi ? J'avançais lentement dans le couloir pour retarder la nouvelle. Ma respiration saccadait résonné entre les murs blancs du couloir. Le printemps arrivait et mon anniversaire aussi. Puis je me disais que sa pouvez être une bonne nouvelle, que peut-être j'allais retourner a Versailles pour rejoindre Louis ! Je pris ma robe a deux mains et couru vite, mes petits talons claquaient sur le sol en marbre. Un sourire me vint aux lèvres. J'espérais car avec cette malheureuse histoire toute ma vie se trouvait être chamboulée. Enfin devant la porte, la surveillante me toisa du regard et je pris une mine sombre. Elle ouvrit la porte et je souris m'attendant a voir Louis lui même. Et bien non, je m'arrêtais nette en voyant Charles. Mes yeux devinrent aussi noir que des nuages l'lorsque qu'il va pleuvoir. Je fis une magnifique révérence. Charles était celui qui nous avait dénoncé, car Louis et moi nous étions embrassés alors que notre mariage n'était que prévue dans 3 ans. Louis XVI leur oncle en avais pris ombrage et m'avais envoyé dans cette école. Que finalement j'aimais un peu.

-Ah, Henriette vous embellissait de jour en jour. Ne prenez pas cette aire fâcher avec moi, je n'ai fait que mon devoir. Donnez moi votre douce main.

Je lui donnais ma soit disant douce main et il me fit un baise main. Je sentais qu'il c'était rasé ce matin. J'enlevais vitement ma main. Aucun sourire aucun, ce frère jaloux avait ruiné mes amours et ma vie bien tranquille. Je reculais et vis qu'il avait une tenue de deuil. Mon visage se fit horrifié. Ce peut il que Louis soit mort. Oh! non.

-Merci, mais dites moi pourquoi cette habille de deuil et ce sourire mesquin? Ne me regardez pas comme une friandise. Je suis promise a quelqu'un je vous le rappelle. Et ce quelqu’un est votre merveilleux frère !

-Ah, mais votre caractère ne sait pas adoucie a mon égard. En parlant de notre bien aimée Louis, il est très malade, la petites vérole apparemment. Je prévois c'est tout. Est-ce qu'on te nourri bien ici ?

-Quoi! Arrête ce n'est pas drôle.

Tellement j’étais énervée je l’avais tutoyé. J'étais sur qu'il me faisait encore une de ses drôlerie très déplaisante. Mais il tourna la tête doucement en faisant des "tssst" très énervant. Je sentis que des larmes commençaient a monter mais je les retenais du mieux que je pouvais. J'hochais la tête en prenant une position aussi Royale que possible. Je lissais pour me détendre ma robe marron et remis quelques nœuds qui, par ma course de toute a l'heure, c'étaient défaient. Je regardais de nouveau mon futur beau frère et je revoyais les même traits que Louis.

-Mmmm, tu lui diras qu'il me manque et que je lui souhaite un bon rétablissement.

Sur ce, je lui fis une autre révérence, je me retournais et la surveillante m'ouvrit la porte pour que je reparte dans les couloirs et dans la cour. Dès que je fus seule des larmes jaillirent de mes yeux bleus. Louis, mon beau Louis pourquoi toi ! Je m'assit contre le mur et pleurais de tout mon soul. Je repliais mes genoux et cachais ma tête entre eux. Je n'arrêtais pas de pleurer. Je tournais en même temps la bague qu'il m'avait offert le jour de mon départ. Des bruits de pas se firent entendre mais je n'arrivais point a me clamer. Ils se rapprochaient et j'entendis qu'ils s'arrêtèrent auprès de moi. Je ne levais pas la tête attendant surement la sanction d'une professeur ou encore de la directrice ou alors les questions d'une élève.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calypso

♣ Admin Caly
Tyran malgré elle.

Féminin Nombre de messages : 416
Age : 20
Localisation : J'ai oublié. ._.
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: De Jinerais
Date de naissance && Âge: 19 ans, née le 7 octobre.
MessageSujet: Re: Non, je vous en prie ! [Libre]   Dim 27 Mar 2011 - 16:46

    Dans certains cas, on pouvait dire que la vie était remplies de belles choses. Que la naissance était un cadeau offert par dieu, et qu'il veillait sur vous pour que votre vie reste rose jusqu'à la fin. Mais parfois aussi, elle se révélait sombre, triste, que ce soit par la faute du Destin qui écrivait votre histoire ou celle des nombreux personnages mal intentionnés que l'on croisait...

    Aujourd'hui était un bon jour. Il faisait beau, l'arrivée du printemps rendait tout le monde de bonne humeur. Le soleil irradiait dans le ciel, et faisait rayonner les sourires et les yeux des élèves qui bavardaient gaiement dans les couloirs. En tant que professeur, Calypso se devait de les réprimander quand l'agitation se faisait trop forte, mais quel plaisir pourtant de voir les demoiselles s'amuser... Elle-même, du temps où elle était encore élève, aimait à relâcher un peu la tension que cela faisait de prier vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Mais ce temps là n'était plus... Elle ne voulait plus que le bonheur de ses nouvelles élèves ( qui, quelques jours plus tôt, étaient encore ses camarades... ) et le sien.

    C'était amusant, en fait, de traîner dans les couloirs, sans but très précis, cherchant simplement un peu de liberté. Elle espérait simplement que personne ne la voit gambader comme ça, alors que ses élèves étaient sensés être dehors, et qu'elle devait normalement les surveiller... Arrêtant de sautiller sur place, Calypso reprit une attitude digne et s'approcha d'une porte. Qu'y avait-il ici ? Le parloir. Elle n'y était encore jamais allé. En fait, elle n'avait plus de famille et personne à qui parler : la seule personne qui aurait pu demander à la voir était un prétendant, et la belle n'avait pas vraiment envie d'en avoir un.

    Elle tendit l'oreille : une conversation se tenait à l'intérieur. Sûrement la jeune Henriette, qu'elle avait envoyé quelques minutes avant. Ne voulant pas écouter aux portes, Calypso avança de quelques pas. Henriette reviendrait bientôt dans la cour, et se serait tout...

    Une phrase assassine fut lancée à l'intérieur, d'une voix qui fit froid dans le dos de Calypso. La porte, derrière elle, s'ouvrit à la volée : sortit du parloir une demoiselle en larmes. Elle s'arrêta, s'adossa contre le mur, prit son visage entre ses longues mains blanches. Une bague, sur le doigt de la fille, tomba quand elle voulut la tourner. Mais Henriette -car c'était bien elle,- était trop perturbée pour y faire attention.

    Calypso resta figée devant l'expression de la Verte : une expression d'horreur, de peine intense... Une expression que Calypso détestait voir sur les visages. Que devait-elle faire ? Elle pouvait encore partir, Henriette ne l'avait pas aperçue. Oui, prendre ses jambes à son coup pour ne pas avoir l'air ridicule, à regarder pleurer quelqu'un sans prendre de ses nouvelles... La belle se mordit les lèvres : comment pouvait-elle penser à s'enfuir alors qu'Henriette était là, sous ses yeux, déversant des torrents de larmes ? Elle était vraiment horrible.

    S'approchant, Calypso ferma les yeux, contenant un semblant de nausée. Dieu qu'elle détestait voir les gens peinés ! Dieu qu'elle se sentait imbécile alors qu'elle attendait, ne sachant que faire et que dire devant Henriette...! Elle était une bien piètre professeur.

    Sans un mot elle se baissa et ramassa la bague tombée à terre. D'un oeil expert elle l'observa ; c'était une belle bague en or, comme celles qu'on offrait aux fiancés. Henriette allait-elle se marier ? Cela expliquerait peut-être son malaise... A moins que quelqu'un de sa famille ne soit décédé ? Ou bien, elle s'était fait renvoyée...? Stoppant ses conjectures, Calypso décida d'agir. Sans un mot elle posa sa main froide sur l'épaule d'Henriette, qui sursauta à ce contact. Les lèvres de Calypso s'affinèrent en un sourire qu'elle espérait doux, et elle tendit la bague à son élève, qui la rendait en sanglotant :

    - Est-ce un objet qui vous est cher ?

    Agrandissant un peu plus son sourire, la belle s'assit à côté d'elle. Lui tendant cette fois un mouchoir en soie, elle murmura :

    - Que voilà un joli visage... Allez-vous laisser les larmes le ravager ?

    Que dire d'autre ? Elle se sentait vraiment bête. Qu'allait penser Henriette en entendant ça ? Tout ce que pouvait faire Calypso à ce moment, c'était de sourire doucement en pressant la main de son élève pour la soulager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14cacahuetes.sosblog.fr/Premier-blog-b1.htm

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Non, je vous en prie ! [Libre]   Dim 27 Mar 2011 - 17:09

Je sentis ma bague me tomber du doigt. La personne la regarda et me toucha l’épaule. Je tressaillais a se contact et relevais la tête. C'était notre nouvelle maîtresse Mlle Calypso. Je l'aimais bien, elle était gentille et nous laissait un peu de liberté. Un petit sourire commença a naitre sur ces fines lèvres. Elle me tendit ma bague. Je la lui pris doucement et la remis a mon annulaire gauche. Je fit oui je la tête en reniflant.
Quel triste vision, elle devait avoir de moi a ce moment. Mais je ne pouvais m'empêché de pleurer car la nouvelle était très grave a mes yeux. Puis elle sortis de son corset son mouchoir en soie et me le tendit de sa main très blanche. Et s'assit a mes côtés attendant que je le lui prenne.

- Que voilà un joli visage... Allez-vous laisser les larmes le ravager ?

Je lui pris enfin son mouchoir et essuyais doucement mes joues. Je lui fit un sourire. Puis je sentis le besoins de me confier a qui que se soit. N'importe qui pourvu que je crache la nouvelle, t'elle un serpent venimeux. Je lui rendit son bout de tissus et fit un beau sourire.

-Hélas, je crois que la beauté de mes joues ne me servent plus a grand chose.

Son sourire s'évanouit et elle fit les grands yeux. Je montrais ma main, la ou la bague reposait.


-Vous voyez cette bague c'est le neveu de Louis XVI qui me l'a offert. C'est mon fiancé mais il vient d'attraper la petite vérole et il va peut être mourir et son frère, son fourbe de frère ...


Plus je parlais plus mes paroles devenais incompréhensible avec la colère qui m'envahissais a la simple allusion de ce fourbe maudit. Qu'il aille en enfer et y brule a tout jamais. Je me remis a pleurer. Calypso devait commençait a s’impatienter mais je la regardais attendant qu'elle me console ou qu'elle me demande toute l'histoire. Je ne sais pas mais mon dieu faite qu'elle me parle!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calypso

♣ Admin Caly
Tyran malgré elle.

Féminin Nombre de messages : 416
Age : 20
Localisation : J'ai oublié. ._.
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: De Jinerais
Date de naissance && Âge: 19 ans, née le 7 octobre.
MessageSujet: Re: Non, je vous en prie ! [Libre]   Sam 2 Avr 2011 - 11:45

    - Hélas, je crois que la beauté de mes joues ne me servent plus a grand chose, me répondit-elle en souriant tristement.

    Ce doit être une nouvelle importante, s'affola Calypso. Un mariage ? Un décès ? Ou bien rien de tout cela...? Sans savoir exactement ce qu'il en était, elle lut dans les yeux de la jeune fille une peine intense, qui la fit presque frissonner. Reprenant ses esprits, Calypso se reprocha : " Quoi ! Tu es devenue Maitresse et tu flanches devant quelques larmes ? Consoles-la au lieu d'avoir peur..."
    Elle allait ajouter quelque chose, un mot réconfortant, une phrase de politesse, ou que savait-elle encore, quand Henriette la coupa et expliqua :

    - Vous voyez cette bague ? C'est le neveu de Louis XVI qui me l'a offert. C'est mon fiancé mais il vient d'attraper la petite vérole et il va peut être mourir et son frère, son fourbe de frère ...

    Et elle se remit à sangloter. Des larmes coulèrent sur ses joues à mesure qu'elle passait et repassait la bague à son doigt, en signe de nervosité. Ou de colère ? Calypso voulait la calmer. Apaiser sa peine. C'était son devoir, en tant que Maitresse, en tant que camarade, en tant qu'amie ? Elles ne se connaissaient pas encore vraiment, mais une relation amicale était toujours possible entre élève et professeur.
    Ne sachant que dire de plus, Calypso la prit dans ses bras. C'était doux, c'était chaud, c'était une étreinte réconfortante. Cela n'allait certes pas sauver le fiancé de Henriette, mais peut-être sauver Henriette elle-même...

    - Tout va bien, murmura la Maitresse en guidant le visage de son élève jusqu'à son cou.

    Que dire d'autre ? Henriette pleurait toujours, mais il lui sembla qu'elle se calmait peu à peu. Elle n'avait jamais été très forte pour consoler les gens, alors cela sonnait un peu comme une victoire... Ne sachant qu'ajouter, Calypso se contenta de resserrer son étreinte en murmurant encore :

    - La petite vérole peut se soigner, vous savez. Je suis sûre que tout se passera bien. Aimez-vous votre futur mari ?

    La dernière question pouvait paraître incongrue, mais elle tenait debout. Peut-être qu'avouer ses sentiments ferait du bien à Henriette. Voulant vraiment ajouter quelque chose, Calypso se détacha peu à peu de son élève et continua :

    - Quant à ce frère dont vous me parlez... Que veut-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14cacahuetes.sosblog.fr/Premier-blog-b1.htm

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Non, je vous en prie ! [Libre]   Sam 2 Avr 2011 - 21:08

Calypso me prit dans ces bras. Je me sentais réconforté et j’appuyais un peu plus ma tête sur son épaule. Je respirais son doux parfum et entre ces bras touts mes soucis s'envolèrent d'un coup. En tout cas j'en eu la grande impression. Mes sanglots arrêtèrent peu a peu a me secouer et au bout de quelques minutes je ne pleurais plus. Calypso me rassura et j'appréciais son geste. Elle venait de devenir maitresse et je sentais bien qu'elle était gênée mais elle resserra son étreinte comme pour me protéger. Je respirais encore un peu plus son odeur et mon esprit devint a nouveau calme.

-Oui, je l'aime de tout mon cœur.


Puis ma maitresse se détacha un peu de moi. Je voulais encore rester accroché a elle mais l'éducation que j'avais reçus me l'interdisait. J'étais de sang bleu et pourtant parfois cela me pesait. J'essuyais avec ma main mes joues encore humide et regardais Calypso avec mes grands yeux. Je me mis sur les genoux et fit un petit sourire. Je remis une mèche qui c'était échappée de ma coiffure.

- Quant à ce frère dont vous me parlez... Que veut-il ?


-Et bien, il.._
je commençais a paniquer vite je pris un grande bouffée d'air et repris _ il m'aime enfin il me veut surtout pour mon énorme dot. Et il est près a tout pour nuire a son frère, Louis, l'élue de mon cœur. Charles a déjà mis son costume de deuil et je n'aime pas du tout cela. D'ailleurs, c'est a cause de lui que je suis ici. Car il nous as dénoncé....


Je devins alors toute rouge et mis ma main sur ma bouche par réflexe. Mon regard fixa le sol et je me tus. Je ne pouvais dire sa a ma maitresse, elle me prendrais pour une gourgandine et je n'étais pas du tout de ce style là. Je relevais alors le regard doucement vers Mlle de Jinerais et mes joues s'empourprèrent encore plus. Je fis un léger sourire me rappellent de ce jour a la fois merveilleux et ci tragique. Mon cœur se ressaiera et une boule se format dans ma gorge.
Mais après tout j'avais 16 ans je pouvais embrasser mon futur époux comme même ! Puis je voulut lui dire mais les mots ne traversèrent pas mes petites lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calypso

♣ Admin Caly
Tyran malgré elle.

Féminin Nombre de messages : 416
Age : 20
Localisation : J'ai oublié. ._.
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: De Jinerais
Date de naissance && Âge: 19 ans, née le 7 octobre.
MessageSujet: Re: Non, je vous en prie ! [Libre]   Sam 2 Avr 2011 - 23:48

    - Oui, je l'aime de tout mon coeur, murmura Henriette en se détachant un peu de Calypso.

    La réponse était franche, elle fit sourire la Maitresse. Se rendait-elle compte qu'elle parlait d'amour dans l'enceinte d'une maison d'éducation, où l'amour était interdit ? Peut-être, mais Henriette ne paraissait pas être le genre de fille qui se laissait démonter. Elle avait des sentiments, et puis, elle était trop fatiguée pour pouvoir les cacher... Calypso la comprenait vraiment. Ce n'était pas facile de renier un amour.

    En réponse à sa deuxième question, la Verte s'installa sur les genoux de sa professeur. Cela aussi, c'était un contact à éviter quand on était pensionnaire de Saint Cyr, et Henriette avait bien du courage. Ou bien elle cherchait simplement du réconfort. Elle ouvrit la bouche, et se perdit un peu dans ses pensées avant de continuer :

    - Et bien, il... Il m'aime, enfin, il me veut surtout pour mon énorme dot. Et il est près à tout pour nuire a son frère, Louis, l'élu de mon cœur.

    Ses larmes menacèrent de poindre à nouveau, aussi Calypso prit un temps pour caresser les cheveux d'Henriette, avec toute l'amitié qu'elle lui portait. Un geste simple qu'elle avait souvent fait quand sa petite sœur, des années plus tôt, avait elle aussi besoin d'amour... La comparaison était troublante, pourtant oui, la professeur s'en rendait bien compte à présent : Henriette lui faisait penser à sa sœur. Peut-être était-ce la raison pour laquelle Calypso se sentait si responsable d'elle...
    Henriette voulut reprendre la parole. L'air lui manqua un peu, mais courageusement elle continua :

    - Charles a déjà mis son costume de deuil et je n'aime pas du tout cela. D'ailleurs, c'est à cause de lui que je suis ici. Car il nous a dénoncé...

    Aussitôt après, elle se mordit violemment la lèvre tandis que son visage se colorait de rouge. La bouche de Calypso s'affina un peu plus : la franchise, parfois, était un vilain défaut... Il semblait que Charles ait été au mauvais endroit au mauvais moment. La Maitresse, bien qu'étant censé donner l'exemple, comprit la gêne d'Henriette. Le sentiment d'amour était strictement interdit... Pourtant elle n'avait pas hésité à en parler à sa professeur, qu'elle ne connaissait pas vraiment bien. Cela prouvait le dévouement qu'elle lui portait... Ou bien, la tristesse avait fait déraper ses pensées et paroles.

    - Ne vous inquiétez pas, chuchota Calypso pour la rassurer. Votre secret est bien gardé.

    La détresse d'Henriette l'avait émue. Pourtant par habitude, la Maitresse avait du mal à accepter la présence des autres. Elle était distante et froide, négative même. Mais Henriette était différente... Peut-être parce qu'elle aussi connaissait l'amour et la peine ? Peut-être parce que Calypso aussi avait peur que la Mort n'aie emporté l'un de ses proches ? Préférant ne pas y penser, elle ferma les yeux. La nausée menaça de la prendre, mais le visage de la belle resta fermé.

    Cherchant autre chose à ajouter, Calypso continua à lisser du plat de la main les boucles brunes de la jeune fille, qui se calmait à nouveau. Allait-elle s'endormir ? Non. Elle semblait plongée dans ses pensées.
    Ne voulant pas la déranger, la Maitresse se tut simplement. Elle attendait qu'Henriette parle. Peut-être voulait-elle se confier après tout ? Ou garder ce secret dans son coeur ? Qu'importe ce qu'elle dirait : Calypso serait là pour écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14cacahuetes.sosblog.fr/Premier-blog-b1.htm

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Non, je vous en prie ! [Libre]   Dim 3 Avr 2011 - 20:01

- Ne vous inquiétez pas. Votre secret est bien gardé.

Je reposais ma tête sur son épaule et me mis a réfléchir. Calypso me caressait les cheveux du plat de sa main. Ce geste me rappelait celui de ma mère puis de ma sœur, quand je pleurais car ma nourrice m'avait par trop houspillé. Je fis un long soupir.
Donc je réfléchissais a ce que je pouvais bien lui dire. Oui, j'avais envie de me confier a quelqu'un qui m'écoute, quelqu'un qui me comprendrait. Je savais bien qu'elle et Stefan étaient amoureux. Mais que penserait-elle de moi ensuite, serait-elle scandalisé (bien que sa mitonnerais). Donc pour avoir une réponse je me détachais tout doucement des bras de Calypso et cherchais dans ses yeux une réponse, un quelconque indice. Mais a la place je vie aussi de la nostalgie et de la tristesse. Ma moue détermina peut-être son geste car elle me fit un petit signe de la tête pour m'encourager. Alors je pris une grande respiration et commençais mon histoire un peu vite. Premièrement car j'étais un peu gêner et que deuxièmement bien car je m'inquiétais pour la suite.

-Il y a, a peut près trois mois, moi et Louis nous promenions dans les jardins de Versailles. Il faisait chaud et comme nous avions mal aux jambes, enfin surtout moi, nous nous étions dirigés vers un Kiosque. J'avais desserré mon corset pour reprendre mon souffle. Louis avais bien vu que j'avais du mal et m’a aidé. Il a alors glissé ses mains sur mon ventre. Je précise par dessus ma chemise!, et ma attiré vers lui encore plus. Je me suis alors retournais et bien sur la tentation était trop forte, je l'ai embrassé a pleine bouche. Nous continuons pendant encore quelques minutes quand Charles est arrivé et...et a ...et a balancer son frère contre l'autre bout du Kiosque. Bien sûr je n'avais toujours pas remit mon corset et Charles croyait..il croyait..et que bien voilà. Bref je l'ai supplié de laisser Louis tranquille et que j'avais voulu sa de mon plein gré. Il a tout dis a son père qui ma envoyé ici. Voilà.

J'avais bien envie de remettre ma tête contre l'épaule de ma maitresse, comme pour me protéger mais je m'abstins. Que pensait-elle de moi a cette instant précis. Et bien moi je le savais que j'étais une gourgandine et peut-être plus encore...mon dieu. J'enfouis mon visage entre mes mains mais cette fois je ne pleurais pas. Juste comme pour me cacher de son regard si vert. J'entrouvris les doigts pour voir si elle était partis mais non surprise, elle était toujours là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Calypso

♣ Admin Caly
Tyran malgré elle.

Féminin Nombre de messages : 416
Age : 20
Localisation : J'ai oublié. ._.
Date d'inscription : 31/08/2010

Feuille de personnage
Nom de famille: De Jinerais
Date de naissance && Âge: 19 ans, née le 7 octobre.
MessageSujet: Re: Non, je vous en prie ! [Libre]   Ven 15 Avr 2011 - 13:28

    Calypso serait là pour écouter... En fait, maintenant que son élève racontait ses mésaventures, la professeur n'en était plus aussi sûre. Henriette expliquait ce qui lui était arrivé, son amant, le frère arrivé au mauvais moment, mais Calypso se sentait gênée... En tant que supérieure, elle se devait de sermonner Henriette, mais après tout, même professeur, c'était une humaine et elle ne pouvait vraisemblablement pas remonter les bretelles de quelqu'un parce qu'elle avait aimé.

    Et puis, le visage d'Henriette toucha encore Calypso. Les yeux étaient remplis de larmes, les traits figés en une expression douloureuse. Elle avait, visiblement, peur de la suite des évènements. Pensait-elle que sa Maitresse allait la gronder ? C'était inévitable... Mais même avec le sale caractère de Calypso, qu'elle avait toujours estimé froid et hautain, étrangement, elle ne pouvait pas en vouloir à Henriette. En vouloir ? Pourquoi en vouloir ? Parce qu'elle, au moins, pouvait vivre son amour presque tranquillement...?

    Non, la situation semblait plus critique que cela, car n'oublions pas, mais ce Louis était actuellement alité. Réalisant soudain la difficulté de la situation, Calypso se décida pour faire une petite morale, mais sans plus.

    - Et bien, je suppose que l'on vous a assez punie pour vos actes avec Louis... Même si personnellement, je ne comprends pas vraiment ce que vous avez fait de mal. Vous êtes bien placé pour le savoir... commença-t-elle, avec un clin d'œil pour Henriette.

    Elle aurait voulut être plus franche, se mettre en colère, réprimander Henriette, obéir au règlement qu'on imposait aux professeurs... Mais non, rien de tout cela ne se passa. La nature froide et distante de Calypso s'était comme envolée. Peut-être que voir son élève aussi triste et abattue l'aidait à réaliser que malgré tout, il y avait un fond de bon en elle-même.

    Mais elle s'égarait. Tout ce qui importait pour l'instant, c'était Henriette.


[ Vraiment désolée pour la longueur et la qualité. Je n'avais vraiment pas d'idées TT' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14cacahuetes.sosblog.fr/Premier-blog-b1.htm

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Non, je vous en prie ! [Libre]   Sam 16 Avr 2011 - 12:54

[Oh t'inquiète !]

Ma maitresse me fit un clin d'œil et cela me fit chaud au cœur. Un léger sourit commença a naitre sur mon visage. Peut-être qu'elle n'allait pas me prendre pour une jeune fille corrompu par les émotions. J'enlevais mes mains de mon visage et me mit a genou face a elle. Je ne savais que faire. Puis je décidais d'agir selon mon cœur et lui sautais dans les bras. Je ne savais pas mais je me sentais réconforté dans les bras de Calypso et surtout son parfum me rappelait celui de ma cher sœur. Je le humais et c'était comme si tout mes problèmes avais disparut.

-Merci ! Merci de ne pas aller voir la supérieur. Je vous en suit reconnaissante.

Je repensais mon arrivé ici, a mes nombreux cours, aux amies que je m'étais faite. Sans que ma maitresse ne le sache je trouvais un peu en elle, de mon Versailles et de ma famille. Je fermais les yeux et me dit que jamais sa ne pouvait être pire. Soudain des pas retentir dans le couloir. Mon cœur ne fit qu'un bon et je me détachais des bras de Calypso. Je ne savais que faire et attendait une réaction de celle-ci.

[Heu, on peut faire une surveillante imaginaire comme sa on peut la faire parler nous même ? ]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Non, je vous en prie ! [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Non, je vous en prie ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Royale de Saint Louis (Saint-Cyr) :: Parloir-
Sauter vers: